Magazine Cuisine

Autour d'un thé tibétain

Par Vanessav
le toit du monde.

Alors autour d’un thé tibétain (thé au lait et au beurre salé), nous nous sommes retrouvés…bon, c’est vrai que j’ai été la seule à m’offrir ce breuvage, l’amoureux a préféré le lassi indien.

Mais quelle belle découverte que ce thé tibétain (bod cha, po tcha, bod ja, su you cha, cha süma). J’appréhendais ce goût gras et pourtant ce fut un vrai délice. C’est vrai que le breuvage est crémeux, d’une belle couleur ocre, voire or. Il faut oser le déguster avec ses petits bulles "huileuse" à la surface. Mais ne vous méprenez pas, c’est bon et doux, salé mais pas lourd. Il faut éviter de penser à un thé vert mais la dégustation en bouche vaut le coup.
Ce thé tibétain, servi dans un restaurant parisien, doit tout de même présenter des différences avec celui que nous pouvons boire là-bas : est-ce du beurre de Yak ? Est-il rance ?...en tout cas le beurre utilisé n’a pas été conservé dans des outres en peau de yak retournées et aucun poil de yak ne vient déstabiliser la petite occidentale que je suis. Je me suis rêvée en trek ou nomade, là-bas avec les peuples des sommets.

*source photo
« Au Tibet, on prépare le thé dans une baratte. Après l’avoir servi, on le laisse reposer pendant un moment avant de le boire. En prendre trois à cinq tasses chaque matin est une nécessité pour tout tibétain. Et nous disons toujours une prière d’offrande avant de le boire. Puis, nous prenons la tasse et nous soufflons dessus pour tout faire glisser de l’autre côté tout le beurre qui flotte sur le thé. Si vous arrivez à garder un peu de beurre, lorsque vous aurez fini de boire votre thé, c’est un vrai délice d’y mélanger un peu de tsampa.
La plupart des tasses sont en bois. A plusieurs reprises, au cours de la journée, on prend un peu de beurre au fond de la tasse et on en frotte la paroi extérieure ; cela empêche le bois de craqueler quand on verse le thé chaud et la tasse prend une apparence brillante. Certains prennent aussi du beurre pour s’en frotter le visage et derrière les oreilles ou encore les mains. »

(extrait de « La cuisine traditionnelle tibétaine » de Rijing DORJE trouvé ici )
Il m’a manqué un peu d’authenticité : je n’ai pas fait de prière et le beurre (et le lait) était tellement émulsionné (pour les français ?) que je n’ai pas eu besoin de souffler dessus pour boire…mes mains et mon visage ont manqué ce masque hydratant et de beauté…et pourtant il faisait bien froid dehors. Quand au tsampa (farine d’orge grillé), je n’en ai pas goûté.

*source photo
Traditionnellement fait dans une baratte ou un dong mo (contenant traditionnel haut et sphérique), il se prépare à partir de thé noir Tuocha de la province du Yunnan, largement connu pour être présenté en petits nids ou en plaque.

*source photo
J’ai bien envie de reproduire ce thé tibétain à la maison, car pas temps froid, il apporte beaucoup de réconfort, sans baratte, ni dong mo, je pense que j’utiliserais le mixeur pour émulsionner et je suivrais l’une des deux recettes ici (dont l’extrait plus haut est tiré) ou à l'occidentale. N’hésitez pas à aller lire un peu plus avant ces liens.
Mais si vous voulez le boire préparé par des spécialistes, n’hésitez pas à aller au restaurant népalais suivant aux spécialités népalaises, tibétaines et indiennes…allez donc lire une critique . Vous devinerez peut-être mon menu (exclusivement tibétain sauf le dessert et le thé de digestion : menu très copieux que j’ai limité vers la fin!)...n'hésitez pas à prendre le timo, pain tibétain, pain peu cuit en escargot, que l'on déroule...à manger chaud!


J’aime aussi cette mise en abime de la notion de régime, de minceur, que certaines font avec ce thé particulier, le Tuocha de Yunnan, aux pouvoirs drainant et laxatif …y rajouter du lait entier et du beurre ! C’est vrai qu’il ne faut tout de même pas oublier que les règles diététiques de la médecine tibétaine comprennent le jeûne et que ce thé fait parti d’une vraie « hygiène de vie ».


En attendant je ne peux vous souhaiter qu’une bonne dégustation de ce thé tibétain (sur les photos, il s'agit d'un thé plus conventionnel, de digestion) et " Souzi nyabo nyango " (bon appétit)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vanessav 1193 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte