Magazine Cinéma

Harry Potter et les reliques de la mort part 2

Publié le 16 août 2011 par Flow

Harry Potter et les reliques de la mort – Part II.

(réalisé par David Yates)

L'homme sans nez est mort...

 

 

Après la surprise que m'a procurée la première partie du septième opus, de par sa qualité j'entends, je me suis tout de suite un peu plus intéressé à la conclusion de la saga. Et j'avoue avoir pris du plaisir et même (soyons fous) avoir ressenti quelque émotion devant cette épique bataille finale.

 

harry-potter-7-partie-2-image-449055-article-ajust 614

 

Harry Potter continue sa quête visant la destruction des derniers horcruxes, ces morceaux d'âme de «vous savez qui». Pendant ce temps, ce dernier rassemble ses troupes afin de mener l'assaut final...

Honnêtement, je n'ai pas tout compris au film. Pas de résumé, de previously on HP. On rentre directement dans le cœur de l'action. Et pour quelqu'un comme moi qui n'a regardé les sept premiers films qu'avec un regard distrait, ça n'a pas été facile. Entre les personnages que je ne reconnais pas, les lieux fétiches qui me laissent indifférents et les baguettes qui changent de possesseurs toutes les deux minutes cinquante, mon cerveau a vite périclité.

Heureusement, pas besoin de comprendre pour apprécier le spectacle. N'attendez pas de réflexion approfondie (mis à part une idée pas très conne sur le pouvoir magique des mots) dans ce long-métrage, il n'y en a pas. Mais ce n'est pas très grave tant le souffle épique et nostalgique soufflant sur ce spectacle abouti est suffisant.

Je vais tout de suite évacuer la fatidique question de la qualité d'adaptation. Je n'ai jamais lu le livre et mon frère (le plus grand fan à ma disposition) la trouve assez fidèle donc je m'en contenterai. On revisite les lieux clés de la saga. Par exemple, la cave du basilique de l'épisode deux. On voit à nouveau certains monstres comme les araignées du même épisode deux (que j'ai détesté d'ailleurs). Je suppose que pour un fan qui suit les films depuis dix ans, cette tournée d'adieu doit être pleine d'émotion. Cela prouve que les scénaristes gâtent les aficionados du binoclard. L'émotion est également contenue dans les nombreux flashbacks et autres intermèdes. Ils nous en apprennent plus sur le passé de certains personnages et sur la puissante force tragique du personnage de Rogue, restée secrète jusqu'à présent. Enfin, la mort de certains personnages et le sacrifice courageux de Potter sont d'autres séquences à l'émotion forte.

Mais, ce qui m'a le plus plu est le souffle épique qui souffle sur la bataille de Poudlard se déroulant pourtant en hors champ ou au mieux en arrière plan. Les héros n'y prennent jamais part. Pour JK Rowling ne plus utiliser les décors équivaut à les détruire. J'aime cet état d'esprit! Tout pète, les gens meurent (notamment une certaine mange-mort, ah il était temps et le pauvre Lupin), la musique claque. En bref, c'est du bon. Un divertissement abouti. Et pour finir, l'affrontement final très attendu est vite expédié, certes, mais remplit son office.

Voilà, Harry Potter c'est fini. Non, le petit sorcier qui a grandi ne me manquera pas. Mais j'ai apprécié la conclusion même si la dernière scène est totalement ratée et malgré la permanence des limites (les combats à la baguette magique c'est assez ringard cf la mort de Bellatrix). La saga restera un étonnant phénomène de société qui entrera dans les annales et ce qu'on le veuille ou non.

Les +

- Ambiance de fin du monde.

- Souffle épique.

 

Les moins

- Pourquoi tous les films n'ont pas bénéficié du même travail?

- Les combats à la baguette c'est pas très crédible en film.

Note:

pastèque commune


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Flow 261 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines