Magazine Culture

De Breivik à Laurent Ozon, des bouffées délirantes sur une immigration massive qui n'existe pas

Publié le 16 août 2011 par Jcgrellety

Adorateurs de la Force, ces supposées magnifiques incarnations d'une Blancheur chrétienne se sentent très faibles face à une "immigration" représentée comme un Tsunami. Les immigrés ne sont pas des êtres humains avec des contraintes, des limites, mais des parties d'une substance aveugle qui menace les maisons et les consciences fragiles de ces pauvres garçons, qui se trouvent pas assez aimés par les leurs. Ce Laurent Ozon a fait de telles déclarations après le massacre, la boucherie de Breivik, qu'il a été conduit à démissionner du FN, désavoué par sa Présidente, pourtant peu connue pour sa tolérance à l'immigration, qui est pour elle une même obsession que pour les sus-nommés. Alors que la mondialisation repose sur une colonisation occidentale du monde, que tant de peuples sont soumis à la présence et à l'influence souvent dangereuse, criminelle, exploitante, des Européens, ce genre de faibles adorateurs de la Force diffusent une représentation digne des contes d'enfants : ils sont des bons et des victimes de quelques méchants étrangers. La Norvège est dans leur logodiarrhée, envahie : les faits indiquent le contraire. L'article de Wikipédia sur la Norvège (cf les sources ) :"La Norvège compte environ 4 700 000 habitants, chiffre en augmentation de 0,7 % par an. D’un point de vue ethnique, la plupart des Norvégiens sont d’origine germanique. Une minorité Saami habite les régions centrales et septentrionales du pays ainsi que la Suède, le nord de la Finlande et dans la péninsule de Kola en Russie. On trouve aussi une minorité kvène descendue d'un peuple parlant le finnois ayant migré au nord de la Norvège dans les XVIIe et XIXe siècles. Les Saami et Kvènes furent tous les deux assujettis à une politique forte d'assimilation de la part du gouvernement norvégien depuis le XIXe siècle jusqu'aux années 197016. Dû à ce processus de « norvégianisation » beaucoup de personnes d'origine saami ou kvène s'identifient aujourd'hui en tant qu'ethniquement norvégiens17. C'est cela, ainsi que la longue cohabitation des Saami et Scandinaves sur la péninsule Scandinave, qui fait que les statistiques sur les ethnies ne soient pas aussi claires que suggéré, particulièrement en ce qui concerne les régions centrales et septentrionales de la Norvège. Parmi les autres minorités reconnues on trouve les Juifs, les Skogfinn et les Roms. L’immigration, ces dernières années, a assuré plus de la moitié de la croissance démographique. En 2006 Statistisk sentralbyrå, le service de statistiques du gouvernement, a trouvé que 45 800 immigrants sont arrivés sur sol norvégien, soit 30 % de plus qu'en 2005. Au début de l'année 2009 il y avait 508 200 personnes d'origine immigrée en Norvège (immigrants et enfants d'immigrants), soit 10,6 % de la population. En janvier 2009 on compte 244 873 immigrants non-occidentaux légaux en Norvège 18. Les nationalités les plus représentées parmi la population d'origine immigrée sont les Polonais, les Pakistanais, les Suédois, les Irakiens, les Somalis, les Allemands, les Vietnamiens et les Danois18. Depuis quelques années on voit un plus grand nombre d'immigrants de l'Europe centrale et orientale, dont les Polonais sont la nationalité la plus représentée en Norvège, suivis des Lituaniens18. Oslo est la ville avec le plus grand pourcentage d'habitants d'origine immigrée, avec 152 100, soit 25 % de sa population totale18."

Et la France ? Idem.

Les extrémistes de droite se plaignent que la liberté d'expression serait trop limitée dans nos pays (loi Gayssot, etc). Mais hélas, comme le prouvent les sources de Breivik, en Europe comme aux Etats-Unis, les pays les laissent dire, horreurs, mensonges, et même apologies de crimes, sans que des poursuites soient engagées. De pseudo-intellectuels ou écrivains réussisent à faire publier leur bile et leur vomi. Des ministres de la police reprennent des concepts utilisés par Breivik et ses amis, sans être virés. Une trop grande tolérance permet de laisser penser à quelques-uns de ces faibles qu'ils ont entièrement raison, ce qui peut les inciter à agir, c'est-à-dire à tuer - et c'est bien dans cet acte qu'ils rejoignent leurs prétendus contraires, les Talibans. Mais c'est aussi sur l'ensemble des thèmes obsessionnels de l'extrême-droite dans le monde qu'il n'y a pas assez, quantitativement et qualitativement, de réponses, argumentées, alors que ces réponses existent et ne sont pas difficiles à élaborer, à formuler, à expliquer.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jcgrellety 408 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine