Magazine Cinéma

Fighter : un DVD Director's uppercut

Par Cineblogywood @Cineblogywood
Fighter : un DVD Director's uppercut En DVD et Blu-ray : Fighter débarque en vidéo dans une riche édition signée Metropolitan et c'est l'occase de découvrir ce grand film pour ceux qui l'ont raté lors de sa sortie en salles. Un film de boxe, oui mais qui plaira autant aux cinéphiles qu'aux fans de Rocky... et à leurs copines !
Fighter (The Fighter) est un film sur la boxe. Tout y est : la petite salle miteuse de quartier dans une banlieue défavorisée, des combats de seconde catégorie, de la sueur, du sang, des larmes, des doutes, des engueulades, des défaites honteuses, puis des succès glorieux.
Fighter aurait pu être un mélo : deux frangins unis par la même passion - la boxe. L'aîné (Christian Bale) est une ancienne gloire devenu camé : il fait l'admiration de son "petit frère" (Mark Wahlberg), qui a bien du mal à se détacher de cette encombrante influence. Ajoutez une famille grande comme un village irlandais (le film se passe près de Boston), avec une kyrielle de soeurs tout aussi bagarreuses, le tout sous la coupe d'une mère envahissante (Melissa Leo). Ce petit monde s'adore, se déchire, s'insulte, se cogne. Pour autant, pas de facilité, ni de misérabilisme. Les personnages sont abordés avec beaucoup d'humanité et de dignité. Résultat : de l'émotion toute en délicatesse.
Fighter aurait pu être une comédie : frangin camé et fort en gueule, soeurs hystériques, mère névrosée et possessive... il y a aussi matière à se marrer ici et là. Même un bourre-pif peut provoquer le rire quand on s'y attend le moins.
Fighter est un film d'acteurs : quelles performances ! Christian Bale et Melissa Leo méritent complètement leur Oscar. La seconde pour être entrée corps et âme dans un personnage haut et en couleurs, débordant d'amour et manipulateur. Le premier pour son interprétation habitée : il a perdu du poids, des cheveux et et s'est transformé en junkie irresponsable mais encore lucide (enfin...). Un des excellents bonus du DVD nous apprend d'ailleurs que Bale a bluffé ceux qui connaissent le boxeur qu'il interprète. Même façon de bouger, mêmes intonations, mêmes mimiques... Face à ces deux Method Actors volcaniques, Mark Wahlberg assure et délivre, l'air de rien, une prestation toute en retenue mais pas moins intense. Chapeau également à Amy Adams qui tire son épingle du jeu face à ses trois monstres.
Fighter est un film de cinéaste : David O. Russell refuse l'esbrouffe. Il ne filme pas la boxe comme un ballet ou un opéra. Au contraire, il s'est entouré d'une équipe de techniciens télé habitués à filmer les combats en direct. Hors du ring, même approche réaliste sans que la mise en scène en pâtisse. Le réel n'est pas l'ennemi des mouvements de caméra et c'est tant mieux !
Fighter aurait pu être un documentaire : oui, ces frères-ennemis, cette smala impossible, ces échecs lamentables et ces triomphes éclatants sont tirés d'une histoire vraie. Les bonus du DVD reviennent sur les destins incroyables des frères Ward et sur l'adaptation à rebondissements portée par Wahlberg.
Pour toutes ces raisons, il faut voir Fighter. Et lire la belle chronique que lui a consacré l'ami Travis Bickle (Fighter : Black Swan sur le ring).
Anderton

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Cineblogywood 2265 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines