Magazine Humeur

Anonymous

Publié le 30 août 2011 par Kasparov
ANONYMOUS

Qui est ANONYMOUS ?

« We are Anonymous. We are Legion. We do not forgive. We do not forget. Expect us »

« Anonymous est la première superconscience construite à l'aide de l'Internet. Anonymous est un groupe semblable à une volée d'oiseaux. Comment savez-vous que c'est un groupe ? Parce qu'ils voyagent dans la même direction. À tout moment, des oiseaux peuvent rejoindre ou quitter le groupe, ou aller dans une direction totalement contraire à ce dernier. »
Chris Landers

Valeurs et modes opératoires d’Anonymous

1- Les valeurs

Anonymous c’est avant tout un collectif international sans nom. Un collectif composé d’individus qui se séparent de leur identité lorsqu’ils deviennent des Anonymous, pour des raisons de confidentialité mais pas uniquement. Alors que l’époque voit triompher l’identité comme objet de revendications communautaristes et de promotion de soi, les Anonymous universalisent l’identité collective dans la singularité de leur mouvement. Parce qu’aucun prérequis n’est nécessaire pour faire partie des Anonymous, n’importe qui peut le devenir. A une condition : que les actions perpétrées au nom d’Anonymous aient pour objet la défense et la promotion des libertés sous toutes ses formes. Liberté d’expression, d’association, d’accès à la culture, droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, droit au respect de la vie privée.
N’importe qui peut devenir Anonymous, cela veut dire, n’importe qui peut devenir Citoyen. Les Anonymous avancent masqués lorsqu’ils prennent la parole en public. L’emblème de leur anonymat est le masque de Guy Fawkes rendu célèbre par le livre et le film V for Vendetta.

Les Anonymous utilisent Internet pour se regrouper, communiquer et agir. Bien que les innovations technologiques permettent aux Etats et aux multinationales d’être plus intrusifs que jamais, ces mêmes outils sont utilisés par les Anonymous pour défendre leurs droits. Celui des citoyens.

« Nous croyons que la liberté d'expression, la liberté de la presse, et plus que tout, un internet ouvert et libre sont la pierre angulaire d'une société démocratique : ils nous permettent à nous, citoyens, d'évaluer efficacement nos gouvernements. Si vous chérissez aussi ces valeurs et ces droits, vous faites donc, vous aussi, partie d’Anonymous. Nos adversaires ne devraient douter ni de notre détermination, ni de notre dévouement. Nous sommes déterminés à poursuivre ce combat aussi longtemps que nécessaire pour atteindre notre objectif. Nous ne sommes pas des "Hackers". Nous ne sommes pas des criminels. Nous ne sommes pas des terroristes. Nous ne sommes ni des vandales numériques à réprimer, ni des héros masqués à aduler. Nous sommes des citoyens de la vie de tous les jours, de simples hommes et femmes du monde numérique, préoccupés par la protection de leur liberté élémentaire. Nous sommes vous, nous sommes vos fils et vos filles, vos frères et vos sœurs, vos amis et vos collègues de travail. Nos rangs sont formés d'individus issus de nombreux pays et ethnies, unifiés par la camaraderie numérique et par l'intime conviction que nous nous battons pour l'intérêt commun et non pour le profit d'une minorité. Anonymous est la voix de ceux qui croient en la vérité, en la liberté et en la liberté d'expression. Anonymous pense que ce sont les petites actions d'un tout unifié qui font la différence. La liberté d'expression ne dépend pas d'une nation ou d'un parti. Nous n'avons ni visage, ni nom, nous sommes indépendants, mais nous luttons ensemble pour une cause commune. Si nous vous demandons de nous soutenir, ce n'est pas pour nous, mais pour votre propre liberté. Ne permettez à aucun gouvernement, aucune entreprise ou qui que ce soit d'autre de contrôler ce que vous êtes autorisé à voir, entendre ou penser. Nous ne tolérerons pas la censure. Nombreux sont les gouvernements ou les multinationales voulant mettre un terme à Wikileaks, OpenLeaks, Indoleaks ainsi qu'à bien d'autres plateformes similaires. Ils définissent leurs actions comme étant innocentes, ou les justifient par des appels douteux à l'intérêt national, alors que nuire à la liberté d'expression revient à porter atteinte à celle de toute une nation et de son peuple. Toute institution qui cherche à bloquer, à perturber ou à attaquer ces sites s'attaque de fait à la liberté d'expression, à la liberté de la presse, à l'Internet libre et aux valeurs fondamentales de la démocratie. Si rien n’est fait ces atteintes à la liberté d’expression auront des conséquences négatives pour l’humanité toute entière. Notre militantisme pacifique attirera l'attention sur ceux qui ont l’intention d’empiéter sur ces libertés d’expression et d’information – quel que soit le pouvoir dont ils disposent. Les entités contre qui nous faisons campagne nient un droit humain fondamental. Toute personne, société ou gouvernement qui se révolte contre ce modèle de censure et commence à promouvoir la liberté d’expression deviendra notre allié. Anonymous vise à éduquer nos adversaires plutôt qu'à leur faire du mal; nous faisons campagne pour la liberté de tout le monde, même celle de ceux qui nous critiquent et nous attaquent. Anonymous vous propose de rejoindre ses rangs pour lutter contre toutes les formes de censure et pour défendre la liberté, aussi bien ligne que dans le vrai monde. Nous existons dans toutes les sociétés, dans tous les pays. Si vous cherchez, vous nous trouverez, tout autour de vous, nous sommes partout.»
2- Le mode opératoire
L’arme des Anonymous est l’attaque par déni de service (DDOS) contre les multinationales ou les Etats qui bafouent les valeurs défendues par le collectif. Les Anonymous dialoguent via des forums où ils échangent de l’information, coordonnent leurs actions de manière immanente. Sans figure tutélaire, la proposition d’une attaque peut venir de n’importe lequel des membres qui participent au chat. Le logiciel LOIC installé sur le PC de chaque Anonymous est l’arme grâce à laquelle l’attaque décidée sur le chat va être mise en œuvre. Le principe est que chaque Anonymous envoie simultanément via LOIC un message à destination du serveur ennemi de sorte à ce qu’il sature et soit hors d’état de fonctionner. Seuls les plus doués techniquement peuvent aller jusqu’à modifier le contenu du site web ennemi (http://www.youtube.com/watch?v=OLEnO3WUIRI) . Les Anonymous qui ont décidé de se joindre au piratage n’ont même pas besoin de rester devant leur PC pour actionner le logiciel LOIC. Ce logiciel peut programmer l’envoi du message qui contribuera à saturer le serveur ennemi à l’heure H choisie par le Collectif. Une minorité ne suffit pas pour créer un DDOS. Pour réaliser l’attaque contre le site Mastercard (cf paragraphe ci après « Campagne Avenge Assange »), il a fallu rallier à cette cause au moins 3000 Anonymous. Si la mesure n’est pas populaire, le déni de service ne prend pas.
Nous pouvons considérer qu’une attaque par déni de service est une forme de manifestation numérique. Au lieu de battre le pavé pour protester contre je ne sais quoi, l’attaque par déni de service est une action pratiquée de chez soi qui touche directement sa cible.

Quelques faits d’arme des ANONYMOUS

1- Opération Raid sur Great Habbo

Le mouvement Anonymous a piraté le site web d’un hôtel virtuel après avoir pris connaissance d’un fait divers en Alabama. Un enfant de deux ans avait été banni de la piscine du parc sous prétexte qu’il avait le sida. Les Anonymous se sont infiltrés sur le site web. Ils ont crée des avatars noirs pour bloquer l’entrée de la piscine de l’hôtel virtuel, déclarant qu’elle était « fermée pour cause de sida ».

2- Projet Chanology

Le mouvement Anonymous sort réellement de l’anonymat début 2008.
Le 14 janvier, une vidéo de Tom Cruise faisant l’apologie de l’Eglise de Scientologie est postée sur Youtube et se propage à vitesse grand V sur la toile (http://www.youtube.com/watch?v=UFBZ_uAbxS0?). Pour endiguer le phénomène, L’Eglise de Scientologie exige que Youtube retire sans attendre la vidéo pour cause de non-respect du droit d’auteur. En réponse à cela, les Anonymous mettent en œuvre le projet Chanology. Ils lancent une série d’attaques informatiques contre le site web de la Scientologie, des canulars téléphoniques et fax aux centres de scientologie et organisent en parallèle des manifestations dans plusieurs pays.

3-Campagne Avenge Assange

Devant les pressions internationales, Paypal a décidé de ne plus accepter les dons envers Wikileaks. Visa et Martercard ont refusé d’accepter les paiements au profit de Wikileaks. Pire encore, le site financier suisse Postfinance a bloqué le fonds prévu pour la défense de Julian Assange. Alors que la justice n’a pas encore rendu un quelconque verdict sur les accusations qui pèsent sur le fondateur de Wikileaks, ces dénis de service constituent une condamnation avant l’heure de Julian ASSANGE. Par leurs actes, ces multinationales condamnent un présumé innocent. A ce déni de justice, les Anonymous répondent par un déni de service. Visa a été bloqué plus de 12h. 500 PC et 900 utilisateurs se sont attaqués simultanément au site Postfinance.

4- Opération Tunisie



«Le gouvernement Tunisien veut contrôler le présent avec des mensonges et de la désinformation, afin d’imposer le futur en cachant la vérité à ses citoyens.
Nous ne resterons pas silencieux face à ces actes.
Les Anonymous ont entendu l’appel à la liberté du peuple Tunisien. Nous, Anonymous, sommes décidés à aider le peuple Tunisien dans sa lutte contre l’oppression. Cela se fera.. Ceci est un avertissement pour le gouvernement Tunisien : les attaques à l’encontre de la liberté d’expression et d’information faites envers ses citoyens ne seront plus tolérées. Toute organisation impliquée dans la censure sera attaquée sans relâche jusqu’au jour où le gouvernement Tunisien entendra les appels à la liberté de son peuple»
Les Anonymous ont apporté un soutien concret à la révolution tunisienne : «Le 2 janvier 2011, huit sites gouvernementaux ou proches de la présidence tunisienne ont été mis hors service par saturation de leurs serveurs. Anonymous a fourni à ses membres et à tous ceux qui le souhaitaient un logiciel noyant ces sites de demandes d'accès, avec instruction de l'utiliser en même temps. Une semaine après, le site internet de la télévision nationale TV7 a été piraté pour qu'elle n'affiche que le message, en arabe « Les journalistes condamnent la répression de la police et exigent la libération de Slim Amamou ». Par ailleurs, Anonymous a aidé les internautes tunisiens à se protéger des agents de la censure sur internet du gouvernement en fournissant des astuces pour garantir l'anonymat de messages, de partage de fichiers ou leur protection. Certains tunisiens n'ont pas hésité, en Tunisie même, à s'afficher avec le masque symbole d'Anonymous.
Au début de leur action, au printemps 2010, les membres tunisiens d'Anonymous étaient environ une cinquantaine. Ils seraient à présent plus de 4000 à agir au travers de ce groupe.[]
Selon un des opposants arrêtés par la police tunisienne, Slim Amamou, l'action de la communauté a été « déterminante » dans l'extension de la révolte en Tunisie. C'est également l'avis d Lucie Morillon, membre de Reporters Sans Frontières. »

5- Opération Egypte

« Ceux qui détiennent le pouvoir en Égypte ont décidés de répondre aux appels à  la démocratie par de la violence létale. Les organisations internationales doivent être responsables et entendre ces appels dans ce moment critique de l’histoire. Vos appuis aux révoltes populaires dans les pays arabes ont étés ambiguës, voir même tout simplement inexistants. La Secrétaire d’état américaine Hillary Clinton a exemplifié l’indécision de la communauté internationale en indiquant que les États Unis “ne peuvent pas prendre parti”.  La neutralité mène à la complicité envers les régimes totalitaires, qui ont manifestés leur mépris contre le droit de leurs citoyens à manifester. Le régime de Moubarak a essayé de déconnecter le peuple Égyptien du reste du monde en leur coupant l’accès à Internet, pendant que sa police anti-émeutes  tirait - à balles réelles - sur les civils et agressait des journalistes internationaux. C’est à vous de travailler pour le peuple et de supporter le droit universel par rapport à la liberté d’expression. C’est votre devoir de vous opposer  aux régimes oppressifs, sans prendre en compte vos préférences politiques.  Les préoccupations géopolitiques quant à la «stabilité» ont trop longtemps servi d’excuse pour ignorer les violations manifestes des droits de l’Homme. Les citoyens du monde arabe sont victimes de leurs régimes politiques et pris en otage par ces derniers. Aujourd’hui ils font face. La situation actuelle en Égypte présente aux dirigeants du monde entier l’opportunité unique de reconnaître et respecter les ambitions d’un peuple à contrôler son propre futur. C’est aussi le moment où cette situation existentielle sera une fois pour toute résolu : Les gouvernements occidentaux sont-ils vraiment fait « pour et par le peuple » ou sont-ils des gouvernements marionnettes visant à assurer leur domination continuelle par le pouvoir. Anonymous a fait son choix. Nous prendrons parti. Nous apporterons notre aide aux personnes qui luttent pour la liberté d’expression, de rassemblement, et de communication - les droits civiques essentiels pour les peuples afin de construire leurs propres futurs.
Nous ne pardonnons pas. Nous n’oublions pas. Redoutez nous. »

Les pages web du Ministère de L’information et du Parti ont été piratées. Tirant les leçons de la révolution tunisienne, Moubarak ne s’est pas contenté de censurer Internet, il a coupé son alimentation à la source. Les Anonymous ont transmis des modes d’emploi pour que les Egyptiens puissent malgré tout poster leurs vidéos sur Internet. Les exactions commises par la police du Parti ont pu être visionnées par le reste du monde grâce à l’ancêtre de l’ADSL, le modem. Moubarak n’avait pas coupé les lignes téléphoniques…

Mise en perspective : De quoi Anonymous est-il le nom ?

Anonymous est un avatar du Cyberespace. Le cyberespace est pour le XXIe siècle le produit de révolutions technologiques et l’antichambre des événements politiques à venir. Véritable 4e dimension, le cyberespace est un espace-temps international, qui remet en question les frontières, la manière dont se déroulent les conflits entre Etats, les relations que les Etats entretiennent avec les peuples, les relations que les peuples entretiennent entre eux.
Le cyberespace est l’événement techno-politique du XXIe siècle. Nous ne pouvons plus ignorer les liens qui unissent, pour le meilleur comme pour le pire, technique et politique. Nous ne pouvons plus aujourd’hui parler de l’un sans évoquer l’autre, nous ne pouvons sérieusement penser l’un sans faire appel à l’autre. Avant Einstein, l’espace et le temps pouvaient être convoqués séparément ; bien qu’ils aient toujours entretenus des liens étroits. Avant la généralisation du cyberespace, la technique et la politique pouvaient être convoqués séparément ; bien qu’ils aient toujours eus des liens étroits. Nous ne pouvons plus ignorer aujourd’hui la co-appartenance de ces termes. Le cyberespace met plus que jamais en évidence le lien qui aura toujours déjà été effectif entre technique et politique.
La plus importante cyberattaque de l’Histoire a été subie par l’Estonie en 2008. Les Russes sont soupçonnés d’être à l’origine de cette cyberattaque (http://www.youtube.com/watch?v=OTNPj094TfY : voir l’excellent documentaire qui évoque bien d’autres questions passionnantes, « la Guerre Invisible »). Ce qui change dans ce type de conflit, c’est que l’ennemi est illocalisable. Un pays peut embaucher des hackers à travers le monde. Les PC dont ils prennent le contrôle pour initier des DDOS peuvent venir des 4 coins du monde. Dans ce nouvel espace-temps techno-politique, comment un Etat peut-il riposter à une attaque de cette ampleur si l’ennemi a du mal à être identifié et localisé ? Les Etats se sont rendu compte de leur vulnérabilité à la suite de la cyberattaque menée contre l’Estonie. D’autant que peu de moyen sont nécessaires pour mener une cyberattaque, tandis que les moyens déployés pour se protéger sont très coûteux. Depuis la cyberattaque menée contre l’Estonie, les Etats-Unis, la Russie, la Chine, Israël et de nombreux pays d’Europe se sont dotés d’institutions luttant contre la cybercriminalité, en lien avec l’armée, et recrutent à tour de bras des experts en sécurité informatique.
Lorsque nous avons la possibilité d’être témoin et de penser un réel changement d’époque, il est intéressant de faire une table de correspondance entre les termes de la nouvelle et ceux de l’ancienne époque. Aujourd’hui, les hackers qui sont temporairement à la solde d’un Etat peuvent être comparés aux corsaires ou aux mercenaires d’autrefois. La course au recrutement et au développement des techniques de piratage informatique peut être comparée à une course à l’armement pour qu’un Etat puisse atteindre une puissance de feu suffisante pour prétendre à l’équilibre de la terreur informatique (cf virus nouvel génération stuxnet qui a retardé de deux ans le programme nucléaire iranien évoqué dans « La Guerre Invisible : http://www.youtube.com/watch?v=OTNPj094TfY » et http://fr.wikipedia.org/wiki/Stuxnet).
Si les hackers à la solde de l’Etat sont les corsaires d’autrefois, qui est Anonymous ? Depuis la Grèce et hormis quelques particularités locales, notamment helvètes, la démocratie directe restait une idée, un concept sans ancrage concret. Anonymous est le nom de l’effraction de la démocratie directe dans le réel à échelle internationale. Anonymous est le tenant-lieu du peuple dans l’ère techno-politique. La question du Chef, de sa place dans le groupe, a toujours été une des problématiques incontournables posées à toute organisation politique. Tocqueville évoquait à ce propos qu’il y aurait toujours quelqu’un au bout de la laisse du pouvoir. Anonymous est le nom du premier mouvement politique acéphale, sans figure tutélaire. Les actions sont décrétées de manière immanente lors de discussions sur un forum anonyme. Celui qui est à l’origine de l’initiative est un Anonymous dont la proposition aura été suivie par de nombreux autres. Rendez-vous le jour J à l’heure H pour mener l’opération X en opposition à tel acte. Chaque Anonymous décide lui-même de prendre part ou non à une action. Il peut lui-même proposer des actions qui seront suivies ou non. Chaque fois que vous prenez part à une action, c’est comme si vous votiez en sa faveur. Il n’y a plus de médiation orchestrée par un tiers ou par une figure tutélaire. Il n’y a plus de représentants. Il n’y plus de différence entre le vote et l’action.
Anonymous est le fils de la technique. Comme elle, il est en deçà du bien et du mal. Comme la technique, la puissance de subversion des Anonymous peut faire craindre des dérives. Certes, un groupe de 10 personnes ne peut créer à lui seul un déni de service. Toutefois, nous pourrions imaginer la coordination de 3000 fanatiques prendre le contrôle de centrale nucléaire (cf encore une fois à la « Guerre Invisible » : aussi incroyable que cela puisse paraître, certaines centrales américaines pouvaient être pilotées (donc hackées) via Internet. Nous pourrions encore imaginer la coordination de cybercriminels à l’échelle internationale menant des escroqueries contre des particuliers. Qu’importe. Quoiqu’on en pense, cela arrivera. Il s’agit de notre présent. Nous sommes dans une nouvelle ère. Nous sommes dans l’ère techno-politique. Il est temps que les indignés d’aujourd’hui et les communistes d’hier comprennent qu’ils louperont le train de l’Histoire s’ils ne passent pas au numérique. Ils louperont le train de l’Histoire s’ils ne deviennent pas des Anonymous. Les Anonymous sont les Citoyens du monde. A eux d’inventer une éthique qui les prémunira du retour des idéologies en kit et des communautarismes de tout poil. Les Anonymous ne devront pas perdre leur essence : tout groupe gender, fasciste, communiste, écologiste, conservateur, social démocrate, que sais-je ne sera jamais considéré comme Anonymous même si ce groupe se revendique d’Anonymous. Anonymous doit conserver ses valeurs fondamentales mais minimalistes (cf pp 2-3) pour devenir le peuple qu’il est. Chaque Anonymous doit protéger et défendre, par ses actes, c/ses valeurs pour devenir le citoyen qu’il est :
http://linuxmanua.blogspot.com/2009/03/cyber-resistance-anonyme-en-2-minutes.html
http://fr-fr.connect.facebook.com/notes/anonymous-hactivist/anonymous-comment-rejoindre-le-r%C3%A9seau-irc/128614240546494
Selon l’expression consacrée, «  je décline toute responsabilité, de quelques natures qu’elles soient, quant à l’utilisation qui sera faites des services, techniques et méthodes décrites dans ce dossier. »
ANONYMOUS

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Kasparov 54 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines