Magazine Concerts & Festivals

Scorpions à Forest National, le 26 novembre 2011

Publié le 26 novembre 2011 par Concerts-Review

Depuis la création du groupe en 1965 à Hanovre, Scorpions a sortit 18 albums studio et cinq live et vendu plus de cent millions d'albums dans le monde.
Après 45 ans de bons et loyaux services et de tournées incessantes dans toutes les parties du globe, le band a décidé de jeter l'éponge et a entamé une tournée d'adieu mondiale qui devrait se terminer en octobre 2012.
edit_preview.php-copie-31.jpg
Il est bien loin le temps où je vis le groupe en concert en 1975 au Casino de Tervueren dans une petite salle qui surmontait le bistro du même nom. Ce soir là nous devions être une septantaine à assister au show dont la plupart des titres étaient tirés du fraîchement sorti dans les bacs Fly to the Rainbow.
Je me rappelle de cette discussion que nous avions eu avec Rudi Lenners et Klaus Meine dans cette petite pièce aux murs de béton qui leur servait alors de pseudo-loge. Je me souviens aussi de la gentillesse de Rudolph Schenker et d'Uli Jon Roth qui à cette époque ne parlaient qu'allemand, mais qui semblaient si heureux que des jeunes fans comme nous viennent les voir après le show. Ensuite, pendant presque six années nous étions chaque fois au rendez vous pour saluer le band après chacun de leurs concerts en Belgique ( Théâtre 140, Auditoire Paul Emile Janson, etc...) et une véritable complicité s'était créée entre eux et nous.
Les portes se fermeront à leur premier passage à Forest National car le succès planétaire de Blackout avait fait son oeuvre et les Scorpions étaient devenus des stars du hard rock mondial. Mais ce contact unique et sincère qu'ils ont avec leur public restera pendant toute leur carrière leur marque de fabrique. Scorpions fait partie de ces groupes qui ne trichent pas avec leurs admirateurs.
edit_preview.php-copie-32.jpg
Ce soir le Final Sting Tour 2012 passe par notre petit pays et par la mythique salle de Forest National qui affiche sold out depuis des lustres.
L'ambiance est électrique et on sent le public en attente d'un évènement important, d'une ultime grand messe avant que les dieux ne se taisent à jamais.
Ce soir les fidèles seront comblés : on peut même parler de miracle !


Après une première partie anecdotique servie par les belges de Elvis Black Stars et leur power pop rock énergique, les Scorpions démarrent leur set par "Sting in the Tail" dans un déluge d'explosions pyrotechniques.
La scène est immense, le son monstrueux, et les 5 allemands se donnent comme à leur habitude à du 200% et les sourires immenses qu'ils arborent sur leurs visages en disent long sur le plaisir qu'ils ont d'être sur scène.
Ca bouge dans tous les sens : Klaus Meine harangue la foule, Rudolph Schenker maltraite sa flying V avec brio, Mathias Jabs fait hurler sa six cordes à tout va, et la section rythmique formée de Pawel Maciwoda et du charismatique James Kottak est tout simplement ahurissante. On en prend plein les mirettes et plein les oreilles car pour cet ultime tournée, les allemands nous ont concocté un show fabuleux, peut-être le plus impressionnant de leur longue carrière.
Pendant 135 minutes ils vont réellement nous porter à bras le corps et nous faire survoler leur carrière avec une setlist et une mise en scène d'une rare intelligence. Une succession de titres fameux: "The Zoo", "In Trance" qu'ils n'avaient plus joué depuis 2009, "Tease me please me", "Dynamite", "Blackout" (où Rudolpf Schenker se pointe sur scène dans le costume du guitariste bandagé de la pochette !),

edit_preview.php-copie-33.jpg

"Six String Sting" et "Big City Nights" où le nom de Bruxelles apparait sur les écrans lumineux. Quant au solo de batterie de James Kottak, tandis que les écrans géants diffusent des parodies mettant en scène le batteur dans des saynettes évoquant les différentes pochettes d'albums du groupe, il fut réellement un modèle du genre pendant lequel on ne s'est pas ennuyé une minute.

edit_preview.php-copie-34.jpg
Tous les hits sont exécutés de main de maître et l'osmose avec le public est omniprésente. Bref le band est à son top et nous offre un concert que je peux agrafer comme étant un des dix meilleurs que j'ai vu dans ma vie !
Lorsque Klaus Meine, drapeau belge sur les épaules et accompagné des autres membres du groupe viendra saluer la foule devant une marée de bras tendus, on ne peut s'empêcher d'avoir la larme à l'oeil sachant que c'est sans doute la dernière fois que ces cinq là nous transportent de bonheur à ce point.
En rappel un "Still loving You" majestueux précédant un "Wind of change" poignant seront suivi de "No One like you" adressé à leur fidèle public avant que "Rock you like a Hurricane" ne transforme Forest en véritable chaudron en ébullition.
C'est avec "When the smoke is going down" que les "Scorps" clôtureront un concert d'anthologie dont le souvenir restera imprimé à jamais dans le coeur de tous les spectateurs présents ce soir.
Le dard de l'animal nous a piqués une dernière fois et le délicieux poison qui se répand dans nos veines constitue pour chacun d'entre nous une blessure indélébile qui se ravivera à chaque nouvelle écoute future de leurs albums.
Un superbe et venimeux cadeau d'adieu ...
edit_preview.php-copie-35.jpg

setlist
Sting In The Tail / Make It Real/ Bad Boys Running Wild /The Zoo/ Coast To Coast/ Loving You/ Sunday Morning In Trance / The Best Is Yet To Come/ Send Me An Angel/ Holiday/ Raised on Rock/ Tease Me Please Me / Dynamite/ Kottak Attack / Blackout /Six String Sting/ Big City Nights
Encore: Still Loving You / Wind Of Change/ No One Like You/ Rock You Like A Hurricane /
edit_preview.php-copie-36.jpg

Encore 2: When The Smoke Is Going Down
JPROCK


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Concerts-Review 35011 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte