Magazine Culture

Chemins d’exil

Par Lonesloane

De Evelyn Juers.

Chemins d’exil
Étrange sentiment qu’il me reste à l’issue de la lecture de ce « Chemins d’exil ». Une impression mitigées, d’abord comme un immense soulagement d’en terminer avec un ouvrage dont je ne voyais pas le bout, mais en même temps quelque chose qui se rapproche d’une sorte de nostalgie de s’éloigner de ce récit poignant qui présente sans fioriture les parcours croisés d’intellectuels juifs en exil au cœur des années 30. En février 1933, Heinrich et Thomas Mann quittent une Allemagne complètement gangrénée par un fascisme ultra violent, une idéologie dévastatrice qui contamine petit à petit de nombreuses couches de la société.

C’est un exil forcé pour de nombreux intellectuels, à l’image d’Alfred Döblin, Bertold Brecht, Sigmund Freud ou encore Albert Einstein… Pourtant, au travers de cette fuite forcée, la notion de résistance faisait son petit bonhomme de chemin. Par des manuscrits bien évidemment, qu’on lisait à l’occasion de rencontres et de réunions, un peu comme des sortes de « cercles d’initiés » qui pointaient du doigt l’ignominie et la barbarie du régime nazi. Mais les mois passaient, les années, avec pour seuls nouvelles l’annonce de la mort de tel ou tel intellectuel dans un camp de concentration, avec le sentiment d’un plongeon inexorable de l’Europe dans la guerre et la souffrance… Dans ce chaos indéfinissable, certain, dont Heinrich Mann créent un « comité pour le front populaire Allemand » et font passer des tracts et des articles de journaux clandestinement en Allemagne, comme pour essayer de rendre leur exil un peu plus acceptable.

C’est pourtant un sentiment inexorable de défaite qui va envahir ces hommes et ses femmes cachés aux quatre coins du monde. L’Europe s’embrase, et c’est impuissant qu’ils vont tous assister à l’hégémonie de la barbarie nazie… L’exil comme une épreuve douloureuse, spectateurs impuissants d’une crise à l’issue inéluctable. Plus on avance dans l’ouvrage et plus le sentiment d’angoisse est présent, au détour de chaque page. Comme pour chercher à s’enfuir dans un ailleurs plus onirique, certain useront et abuseront de morphine, Adaline, Phanodorm et autre Véronal, soulagement éphémère.

Des témoignages bouleversants, un nouvel éclairage sur les années 30 et l’avènement du barbarisme nazi, vécue au travers de l’œil aiguisé de nombreux intellectuels allemands. C’est fort, et intransigeant, je revis intérieurement avec force le passage relatant l’autodafé sur les livres et l’énumération des quelques 400 auteurs interdits par le Reich. Et cette lutte à distance que dès le début nous savons vaine, mais qui fut pourtant tellement nécessaire.

Comme je le disais au début de ce billet, je reste mitigé à la lecture de cet ouvrage d’Evelyn Juers. Tantôt long et imbuvable, tantôt palpitant et passionnant, chaque paragraphe, chaque chapitre regorge d’anecdotes croustillantes (enfin façon de parler), mais quoi qu’on puisse en penser, il a le mérite de proposer un éclairage (un de plus me direz vous) sur une période de notre histoire que nous ne pouvons, ne devons surtout jamais oublier…

Je remercie les éditions  « Autrement » ainsi que « Babelio » de m’avoir fait parvenir ce livre dans le cadre du programme Masse critique.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lonesloane 295 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines