Magazine Culture

KoiKonFé ce Week-end? #4

Publié le 29 novembre 2011 par Bigbabou

Vous avez dû le remarquer, le Koikonfé a testé pour vous l'hivernation (à ne pas confondre avec hibernation plutôt pratiqués par les loirs et autres spermophilus)... Le genre de truc que font les ours pendant l'hiver pour éviter de trop se geler les roupettes. Forcé de constater que cette technique de gros feignant est définitivement réservée à la race des ursidés, le Koikonfé sort de sa tanière (sorte d'hibernaculum) pour vous guider à travers les refuges teuffesques qui vous sauverons de cet hiver besogneux (rien à voir, mais j'aime ce mot). J'ai placé mon excuse moisie pour justifier le fait que je n'ai rien posté pendant 3 semaines (j'aurai pu faire pire, mais je les garde sous le coude pour les prochaines fois), nous pouvons passer aux choses sérieuses. Au programme ce week-end ? Un gros anniversaire qui fait chaud au coeur (C'est l'hiver !! Figures de style chaud-froid, vous y couperez pas) et une soirée Hispano-Brésiliano-Russe (et pourquoi Russe hein ?), ça donne pas envie de prendre une grosse douche écossaise d'émotions musicales tous ensemble ça ?

Je vous laisse votre instant Wikipédia (un peu comme un instant Nescafé), parce que c'était touffu en mots compliqués cette intro, mine de rien.

Mercredi : FEEL MY MOTHERLOVIN'BASS IN YOUR FACE @Chez Moune (Jean Nippon, French Fries...)

Faisons dans le pitch classique, j'y suis allé fort dans l'intro. Non content d'ambiancer les week-end pigallesque, Chez Moune se prend à nous dévergonder la semaine. Au sein d'une programmation super éclectique, mais toujours super remuant, se trouve de petites pépites à ne pas manquer, un peu comme ce mercredi d'ailleurs. Bambounou, French Fries, Jean Nippon et autres s'invitent pour faire trembler les murs de ce lieu qui fleurt le souffre et la luxure. Question lieu, rien à redire, une réminiscence des années folles parisiennes (même si ça déborde parfois, et pas qu'aux chiottes...), un petit cocon musical prêt à se métamorphoser à chaque instant. Jean Nippon (un fou derrière ses platines) et ses potes se chargent d'emballer le tout avec un thème on ne peut plus évocateur « FEEL MY MOTHERLOVIN'BASS IN YOUR FACE ». C'est gratuit, donc c'est permis !

https://www.facebook.com/event.php?eid=269900283062901

Vendredi : SNTWN 3ans @La Machine (Shed, Dorian Concept, Roman Lindau, Machindrum, Gordon Shumway...)

Le Koikonfé est super objectif, il va donc voir son ami Gordon Shumway à la machine du Moulin Rouge. Je ne le présente plus, tant il est stratosphérique et que tout le monde lui

demande de quelle planète il peut bien venir (...) et c'est super génial. La machine n'est plus à présenter non plus, navire indus caché derrière une façade pailletée. Ce que l'on peut dire c'est que le label/webzine/promoteur, Sonotown, ne fait pas les choses à moitié pour fêter ses trois ans. Une multitude de label est invitée pour garnir les deux superbes scènes de la Machine, et non des moindres. Parmi les plus connus on retrouve Ostgut Ton, les Allemands ultrabasseur, Ninja Tune, l'anglais mythique et Hotflush. Un bien beau pot-pourri (le pot hein ! Pas la musique) qui ne manquera pas de faire fleurir un bouquet de fourmis dans votre corps. Je passe rapidement sur les artistes (sinon on y est encore dans 50 lignes) avec Shed et Roman Lindau, l'Allemagne vient tout droit nous rappeler une certaine rigueur rythmique, une techno lunaire et hypnotique qui nous fera piocher dans nos plus profondes rêveries. A ses deux turbines viendront s'opposer deux lives Break-bass Noisy (Ni la ville, ni le beurre) de Machinedrum et Dorian Concept (Et ho on a un pote qui s’appel Dorian en plus !), où la fantaisie anglaise viendra titiller la rigueur allemande (c'est la crise !!!). Deux ambiances et deux raisons de venir célébrer l'anniversaire d'un collectif qui se bouge à Paris !

http://www.sonotownweb.com/ s://www.facebook.com/event.php?eid=302574916434613

Samedi : WIHMini Festival @Showcase (Gui Boratto, Maceo Plex, Seuil...)

Sans hésitation et sans faire injure aux autres soirées se déroulant cette semaine, on peut dire que ce Samedi au Showcase sera THE night of the week (i'm an english speekouse, yes to please). Une tête d'affiche mondialement reconnue, un underdog qui prend de l'ampleur, et un routier des clubs, le tout dans un lieu magique. [Pitch Award Style] Dans le rôle de la tête d'affiche mondialement reconnue, j'appels Gui Boratto ! Le brésilien n'en finit plus de confirmer, et nous ferais presque délaisser les ailes de pigeon et autre passements de jambes chères à la culture locale pour sa rythmique Techno-Samba-Synthétique, le Pelé de la musique électro ! (et hop, comparaison fastoche). Dans le rôle de l'underdog, j'appels Maceo Plex ! Yannick Noah persona non grata au Showcase ce samedi, « SI » spanish do it better, on y peut rien c'est dans l'air du temps, et même si le monsieur avait de la potion magique, on en redemanderait, Es un grande de la musica electronica (jo ablar espanol, yes to please). Dans le rôle du routier des clubs, j'appels Seuil ! Un réunionnais monté à Paris signé sur des labels comme Moon Harbour ou Minibar, ça en impose. Et bien ce monsieur n'a pas de seuil comme de limites, il ajoute le Showcase à une liste impressionnante de clubs ou il a pu développer sa techno elliptique, Se nan fèt la! (mwen pale kreyòl, yes to please) Je conclue cette invitation en vous conseillant vivement le Showcase, un club imposant et ronflant dans les première heures de la nuit, qui se transforme en brasier chatoyant et sulfureux une fois les premières lueurs du jour venues caressées le Pont Alexandre III.

Ne nous fixons pas de SEUIL, laissons nous GUIder par l'ivresse de faire la faire la teuf sur du PLEX

https://www.facebook.com/event.php?eid=219585061441502

Un petit Mix de Maceo Plex tout frais, tout chaud:  http://soundcloud.com/maceoplex/maceo alt="External link" />


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bigbabou 1583 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte