Magazine Culture

James Blake à Barcelone

Publié le 01 décembre 2011 par Cardigan @onlyapartmentsF

La célèbre salle de concert Razzmatazz de Barcelone http://www.salarazzmatazz.com/ organise le 8 décembre prochain un concert pour la modique somme de 25-30 euros un concert réunissant James Blake, Jamie XX et Jamie Woon (le prodigieux et l’incontestable trumvirat du dubstep britannique), une figure mythique, parmi les nombreux événements musicaux qui ont eu lieu à Barcelone.

james <b alt=
blake barcelone " title="James Blake à Barcelone" />blake barcelone " />blake barcelone " title="james blake barcelone" />blake barcelone " />

Il s’agit du dubstep-un genre de musique électronique d’origine britannique qui est apparu à la fin du XXe siècle. Il se caractérise par un mélange de dub jamaïcain et de la culture sound-system (avec l’usage extrême des sub-basses), à savoir un usage peu conventionnel des batteries et l’utilisation d’une série de moyens sophistiqués pour la production comme la réverbération et les échos. Tout ceci pour constituer un ensemble où l’ordre et le contrôle sont les maîtres mots  afin de maîtriser le chaos, le vacarme et le fracas. Plus particulièrement, dans le cas de James Blake (pianiste de formation classique, chanteur de gospel et poète enthousiaste mais également un producteur indépendant génial de musique électronique et grand connaisseur des studios d’enregistrement) n’importe quelle classification à l’intérieur d’un genre déterminé est une offense envers les panoramas sonores de sa musique intime, fragile, intense, délicate et très belle.

Beaucoup d’écrivains pensent que la littérature contemporaine s’inspire de Rimbaud. La qualité et la beauté rare des compositions de Blake (une séance d’autographes sera organisée après l’interprétation de ses dernières chansons parues dans l’EP, Enough Thunder) semblent arriver d’un voyage sidéral au cœur de la nature réduite en silence par des classes d’astéroïdes et de météorites inconnues. Il s’agirait plus d’un organe de silice qu’un organe de feu recouvert de cendre où résonnent les échos minimalistes des chansons d’amour, vides, nostalgiques et de lamentations qui dotent l’atmosphère de planètes lointaines, disparues dont nous sentons leur orbites.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Cardigan 4102 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines