Magazine Cinéma

There Will Be Blood

Par Ffred

There Will Be Blood

L'histoire

Lorsque Daniel Plainview entend parler d'une petite ville de Californie o�n dit qu'un oc� de p�ole coulerait litt�lement du sol, il d�de d'aller tenter sa chance et part avec son fils H.W. �ittle Boston. Dans cet endroit perdu o�cun lutte pour survivre et o�nique distraction est l'�ise anim�par le charismatique pr�e Eli Sunday, Plainview et son fils voient le sort leur sourire.
M� si le p�ole comble leurs attentes et fait leur fortune, plus rien ne sera comme avant : les tensions s'intensifient, les conflits �atent et les valeurs humaines comme l'amour, l'espoir, le sens de la communaut�les croyances, l'ambition et m� les liens entre p� et fils sont mis en p�l par la corruption, la trahison... Et le p�ole.

Mon avis

Voil�� cinq ans que Paul Thomas Anderson�avait disparu de nos �ans. Tout ce temps donc pour que son nouvel opus (le 5�) nous arrive. Une fois de plus, autant le dire tout de suite, c'est un chef d'oeuvre. Changeant encore totalement de style et�d'�que apr�Hard Eight (pas vu), Boogie Nights (1998), Magnolia (2000) et le tr�beau et m�nnu Punch Drunk Love, pourtant prix de la mise en sc� �annes (2003), voici There will be blood, portrait sans concession d'un p�olier au temps de la grande ru�vers l'or noir au d�t du 20�i�e.

Tir�'un roman �it �'�que o� faits se d�ulent, le sc�rio �it par le metteur en sc� lui-m� est d'une grande limpidit�Chacun des personnages est parfaitement�d�ni et �di�out en gardant une part de myst� et de secret n�ssaire �'int�t de l'histoire. Le tout est trait�vec une certaine lenteur, surtout au d�t, qui installe parfaitement le r�t, la progression de l'histoire et de l'itin�ire de chacun. La lente ou rapide�m�morphose des individus, selon le cas,�au contact de cet or noir, qui fait autant tourn�es t�s que faire rentrer les dollars, est orchestr�de main de main de ma�e par une mise en sc� grandiose. Anderson arrive �ous faire adh�r �out : autant �'histoire commune de ces hommes et ces femmes vers un nouvel eldorado, qu'�eurs histoires personnelles forc�nt li�, et qu'�'origine m� de l'exploitation de cette nouvelle �rgie. Si le d�ulement de l'action peut paraitre lent il n'en est rien, il prend juste le temps de bien tout nous montrer. Les paysages magnifiques de l'ouest am�cain, le mode de vie de l'�que et l'incroyable face �ace de deux hommes assoiff�de pouvoir qui vont s'affronter sur de nombreuses ann�. Techniquement tout est bien s� diapason, un sans faute sur toute la ligne, seul b�l la musique. Ecrite par un des membres de Radiohead elle est parfois un peu envahissante et semble souvent inadapt��'image ou �a sc� que l'on voit �'�an. Enfin un d�il face au colossal travail de P.T. Anderson, qui prouve (mais �it-ce encore utile ?) qu'il est vraiment l'un des plus grands metteurs en sc� am�cains. Cerise sur le g�au, il �it pr�nt avec Paul Dano (Daniel Day-Lewis �it rest� l'avant-premi� "officielle" sur Les Champs Elys�)��ette avant-premi� du 12 f�ier �'UGC des Halles�o� ont dit quelques mots sympas au public et ont eu droit �ne standing ovation (naturellement l'appareil photo de mon portable n'a pas fonctionn�).

Ce qui nous am� logiquement �'interpr�tion. Celle-ci contribue largement �a r�site et �a puissance du film. Il faut dire qu'avec le tr�rare (5 films en 10 ans)�Daniel Day-Lewis au g�rique c'est quasiment un gage de succ� Voil�n acteur qui sait g�r sa carri�, ne tourne pratiquement que dans des chefs d'oeuvre et rend �haque fois une copie parfaite. Il ne d�ge pas �a r�e cette fois encore. Sa prestation est tout bonnement �ustouflante. Du grand art. Apr�d� un Golden Globe et un Bafta du meilleur acteur on voit mal comment l'Oscar pourrait lui �apper. Face �ui on retrouve Paul Dano, le Dwayne fr� muet de la Little miss sunshine. Il est lui aussi extraordinaire, et aurait m�t�ne nomination �'Oscar du second r� Il tient parfaitement la distance face �on prestigieux partenaire. Toutes leurs sc�s communes sont d'une force exceptionnelle, tour �our dr�ou tragique. Un tr�beau face �ace o�cun tentera constamment de dominer l'autre. Tr�fort. Le reste de casting est tr�convaincant et certaines "gueules" ont vraiment la t� de l'emploi.

L'un des films les plus attendus de ce d�t d'ann�tient toutes ses promesses. Tout comme son metteur en sc�, qui nous a habitu� chaque fois �n grand film, confirme encore cette fois. There will be blood est une grande fresque �que, passionnante, dure, cruelle, r�iste. On apprend beaucoup sur ce morceau d'histoire de l'Am�que et du p�ole, tout en passant un excellent moment devant un film d'une parfaite beaut�isuelle. La mise en sc� et la direction d'acteurs de Paul Thomas Anderson en font le chef d'oeuvre attendu et esp�. Rien d'autre �ajouter juste : Allez le voir !

Golden Globes 2008 du meilleur acteur dans un drame : Daniel Day-Lewis

Oscar 2008 : meilleur acteur Daniel Day Lewis�et meilleure�photo. Nominations :�meilleur film, r�isateur, d�rs, montage, sc�rio adapt�/p>

Daniel Day-Lewis. Miramax Films
'There Will Be Blood' scene (Image 18867821.jpg)
'There Will Be Blood' scene (Image 18867809.jpg)

Daniel Day-Lewis in Paramount Vantages' There Will Be Blood

Daniel Day-Lewis stars in Paramount Vantages' There Will Be Blood
Paramount Vantages' There Will Be Blood

Filmo s�ctive Daniel Day-Lewis

There Will Be Blood
There Will Be Blood
There Will Be Blood

There Will Be Blood
There Will Be Blood
There Will Be Blood


Tu dois activer le JavaScript pour afficher cette vidéo. &
 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ffred 143 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines