Magazine Cinéma

L'Incroyable Hulk

Publié le 15 janvier 2012 par Olivier Walmacq

L'Incroyable Hulk

L'histoire: Bruce Banner a été bombardé aux rayons gamma, le transformant en colosse vert, à chaque fois qu'il est énervé. Recherché par l'armée, il décide de fuir. Mais finalement, toujours rattrapé par le général Ross, il revient à New York...

La critique d'Alice In Oliver:

Après l'échec artistique de Hulk, le film réalisé par Ang Lee, les producteurs veulent se rattraper auprès des fans du comics.
Dans cette logique, un reboot est annoncé. C'est donc Louis Leterrier qui est choisi pour signer L'Incroyable Hulk en 2008.
Dans ce blockbuster, vous pouvez oublier la genèse de ce super héros hors du commun.

Ici, Bruce Banner (Edward Norton) est déjà victime de sa colère et de sa rage incontrôlable. Poursuivi par l'armée, le scientifique est condamné à voyager et à se cacher à travers le monde.
Les militaires américains aimeraient s'emparer de Bruce Banner, le but étant d'exploiter son pouvoir et sa force démesurée dans de nouvelles guerres.
Au niveau des acteurs, on retrouve Edward Norton (que j'ai déjà cité), Liv Tyler, Tim Roth, William Hurt et Lou Ferrigno dans une apparition clin d'oeil.

SND

Indéniablement, cette nouvelle production est particulièrement ambitieuse. Louis Leterrier est conscient d'avoir sous la main un super héros en or, à condition de l'exploiter à sa juste valeur. Pour cela, le cinéaste décide de réaliser un blockbuster définitivement bourrin. Contrairement à la précédente version de 2003, L'Incroyable Hulk a bien l'intention de nous montrer ce que le monstre a sous la cuirasse.

Le film peut alors s'appuyer sur de nombreux effets spectaculaires. Au moins, on ne s'ennuie jamais ! Ce qui change tout de même du film réalisé par Ang Lee, désespérement ennuyeux. Pourtant, L'Incroyable Hulk n'est pas exempt de défauts.
En vérité, ce blockbuster est victime de son propre concept. En choisissant de signer un film bourrin qui va directement au but, Louis Leterrier passe à côté de son personnage.

SND

Certes, Edward Norton n'est pas forcément mauvais dans la peau de Bruce Banner. Hélas, le film passe à côté de l'essence même du personnage: sa sauvagerie animale, le passé de son héros et ce qui le relie à son ex-fiancée.
Par exemple, l'idylle entre Bruce et sa copine (Liv Tyler) est totalement inintéressante. Cette nouvelle variation de la Belle et la Bête n'est guère passionnante.

En résumé, Louis Leterrier préfère se concentrer sur la baston homérique à venir, Hulk se retrouvant opposé à un adversaire de poids.
Certes, sur ce dernier point, le film délivre largement la marchandise. Mais encore une fois, tout cela est un peu vain.
Ici, Bruce Banner est condamné à courir. Vous pouvez donc oublier le scientifique tourmenté par sa nature profonde.
Et c'est bien ce dernier point qui détermine tout l'intérêt du personnage. Ce dernier reste intimement lié au monstre qui se tapit au fond de lui.

Edward Norton. SND

A ce sujet, L'Incroyable Hulk reste vraiment discret et préfère miser sur la grosse baston, finalement stérile, tant le film passe à côté de son scientifique.
Au final, cette nouvelle version se révèle encore une fois décevante, très en dessous des promesses annoncées.
Un super héros aussi complexe mériterait probablement une adaptation largement plus ambitieuse, et surtout, un meilleur réalisateur derrière la caméra.

Note: 08/20 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines