Magazine Cinéma

Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban

Publié le 26 mars 2012 par Olivier Walmacq

harrypotteretleprisonnierdazkaban

genre: fantastique
année: 2004
durée: 2h20

L'histoire: Sirius Black, un dangereux criminel, s'est échappé du pénitencier d'Azkaban dans le but de retrouver Harry Potter. Le jeune sorcier fait l'objet d'une surveillance attentive. Black, qui aurait livré les parents d'Harry à Voldemort, voudrait en effet le tuer.

La critique d'Alice In Oliver:

Après deux premiers épisodes de bonne, voire très bonne qualité, ce troisième chapitre, intitulé Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban, est évidemment attendu au tournant. Premièrement, Chris Colombus n'est plus derrière la caméra et est donc remplacé par Alfonso Cuaron, à qui l'on doit le superbe Les Fils de L'Homme.
Le cinéaste saura-t-il transposer son savoir-faire à ce nouveau volet ?

harry-potter-et-le-prisonnier-dazkaban-9

La mission est difficile, d'autant plus que le sorcier binoclard entre dans une période difficile: l'adolescence.
Dès les premières minutes, Alfonso Cuaron montre ce changement via un comportement plus rebelle, Harry Potter n'hésitant pas à menacer son oncle et sa tante avec sa baguette magique. Finies les punitions et les parties d'humiliation dans le placard !

Ensuite, Alfonson Cuaron rompt également avec la réalisation un peu mollassonne de l'ami Colombus, certes, très compétent derrière la caméra, mais se contentant de respecter les grandes lignes du roman.
Plus que jamais, Alfonso Cuaron a l'intention d'apporter sa petite touche personnelle tout en respectant les principaux événements du matériel d'origine.

hp priso

C'est à partir de ce troisième chapitre que l'intrigue se détache clairement de l'école de Poudlard. De nouvelles aventures attendent Harry et ses deux principaux amis, Ron et Hermione. Sirius Black s'est échappé de la prison d'Azkaban.
Dans un premier temps, Harry Potter est persuadé que ce dernier est son plus grand ennemi, Sirius Black étant accusé d'avoir livré les parents du sorcier au terrible Voldemort.

Toutefois, l'intrigue se veut plus complexe et multiplie plusieurs pistes intéressantes avec quelques loups-garous et paradoxes temporels.
C'est donc un Harry Potter de plus en plus mature et adulte qui se profile devant la caméra d'Alfonso Cuaron. Indéniablement, le cinéaste apporte une touche supplémentaire aux aventures du jeune sorcier.

harry-potter-et-le-prisonnier-dazkaban-10

Le film y gagne en noirceur et en profondeur. Si le début est un peu long à se mettre en place, l'intrigue prend toute son ampleur après une petite demie heure de bobine. Ensuite, la photographie de Cuaron est réellement superbe.
Mieux encore, Alfonson Cuaron apparaît comme étant le réalisateur le plus compétent du moment, instaurant un climat austère et se focalisant sur des personnages qui prennent enfin toute leur dimension.
Bref, le meilleur épisode de la saga. Par la suite, la franchise perdra progressivement de son intérêt, surtout avec l'arrivée de David Yates à partir du cinquième opus.

Note: 18/20

 
Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban bande annonce VF


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines