Magazine Culture

Tour de France: Présentation des équipes (Part 2)

Publié le 26 juin 2012 par Wtfru @romain_wtfru

Tour de France: Présentation des équipes (Part 2)

Le 99ème  Tour de France débute samedi à Liège. Comme chaque année le gotha du cyclisme mondial se retrouve sur les routes de la Grande Boucle, et on vous propose un tour d’horizon des forces en présence. 22 équipes batailleront pour ramener quelque chose à Paris, de la simple victoire d’étape au titre suprême.

EUROPCAR

Composition : Thomas Voeckler, Giovanni Bernaudeau, Cyril Gautier, Yohann Gène, Vincent Jérôme, Christophe Kern, Pierre Rolland (France), Yukiya Arashiro (Japon), Davide Malacarne (Italie)

 L’homme à suivre : Pierre Rolland

Le fidèle compagnon de Thomas Voeckler sera le leader de l’équipe cette année pour le classement général. Il se dit plus affuté que l’an dernier à pareille époque, encourageant quant on sait que son Tour de France s’était soldé par une 10ème place et une victoire de prestige à l’Alpe d’Huez. Le hic c’est que Rolland est typiquement le grimpeur qui charge en contre la montre, vous commencez à le comprendre pas le meilleur profil pour performer au général cette année. Cependant lors de la dernière édition, le français avait perdu plus de 6 minutes sur les meilleurs lors de la première semaine, ce handicap ne l’avait pourtant pas empêché de briller au général. Alors pourquoi pas un top 10 cette année ? Rien ne s’y oppose d’autant qu’il a travaillé en CLM pour limiter la casse. Au pire le maillot à pois lui irait très bien.

EUSKALTEL

Composition : Samuel Sanchez, Egoi Martinez, Gorka Verdugo, Mikel Astarloza, Ruben Perez, Pablo Urtasun, Gorka Izagirre, Jorge Aranza, Amets Txurruka (tous Espagne enfin Pays Basque)

 L’homme à suivre : Samuel Sanchez

Le guerrier basque est toujours présent. Sans lui Euskaltel ferait bien pâle figure sur la scène internationale. Plus qu’un leader, Sanchez est la caution de cette équipe. Alors qu’espérer de lui sur ce Tour ? Un classement général honorable (entre 5 et 10) mais surtout de belles attaques en montagne. Dès les Vosges on devrait le voir à l’offensive. Bien évidemment le graal suprême serait une victoire sur ses terres pyrénéennes devant tout le peuple orange, le champion olympique de Pékin devrait tout tenter pour le décrocher. Sanchez ne sera pas en jaune à Paris, en revanche il est un sérieux candidat à la tunique à pois rouge.

FDJ-BIGMAT

 Composition : Sandy Casar, Pierrick Fédrigo, Matthieu Ladagnous, Cédric Pineau, Thibaut Pinot, Jérémy Roy, anthony Roux, Arthur Vichot (France), Yauheni Hutarovich (Biélorussie)

 L’homme à suivre : Thibaut Pinot

Initialement prévu sur la Vuelta, le jeune français a modifié ses plans afin de palier au forfait d’Arnold Jeanneson. S’il n’est pas le leader officiel de l’équipe, il est de loin celui qui offre le plus de garanties en montagne. Le hic c’est que pour son premier grand Tour, le garçon risque de souffrir en plaine et en CLM. En même temps Marc Madiot ne lui demande pas un top 10, suivre les meilleurs en montagne serait déjà une performance remarquable. Ce premier Tour de France devrait être le début d’une longue série pour le Franc Comtois. A 22 ans il en est déjà à sa 3ème saison professionnelle, suffisant pour gérer ce grand rendez-vous ? Réponse le 23 juillet au plus tard.

Ps : Attention à ne pas s’enflammer en cas de très bons résultats… du genre :

Thierry Adam : « Laurent Jalabert, après cette 8ème place du jeune Pinot à la Toussuire, peut-on dire que le cyclisme français tient enfin le successeur de Bernard Hinault ? »

GARMIN-SHARP

Composition : Tom Danielson, Tyler Farrar, Christian Vandevelde, David Zabriskie (USA), Ryder Hesjedal (Canada), Robert Hunter (Afrique du Sud), David Millar (G-B), Johan Vansummeren (Belgique)

L’homme à suivre : Daniel Martin

L’irlandais découvre le Tour cette année. Même s’il n’est pas le leader de sa formation, il devrait jouer les premiers rôles lorsque la route s’élévera. Bon 13ème de la dernière Vuelta, il a déjà prouvé sa capacité à enchainer les difficultés sur une période de 3 semaines. A l’aise sur les arrivées réservées aux puncheurs (5ème de Liège Bastogne Liège en 2012, 6ème de la Flèche Wallonne  en 2012), il sera un sérieux outsider pour les étapes compliquées. On a déjà misé sur lui pour une victoire d’étape du côté de Porrentruy ou de la Planche des Belles filles. Et puis ça fait combien de temps qu’un rouquin n’a pas gagné une étape du Tour ?

KATUSHA

 Composition : Denis Menchov, Vladimir Gusev, Yury Trofimov, Eduard Vorganov (Russie), Oscar Freire, Joan Horrach (Espagne), Giampaolo Caruso, Luca Paolini (Italie), Aleksandr Kuschynski (Biélorussie)

L’homme à suivre : Giampaolo Caruso

On en a marre de Denis Menchov, alors on vous présente ce petit grimpeur italien. Ce coureur a cotoyé une grande partie de sa carrière l’immense Manolo Saiz…les nostalgiques de la ONCE apprécieront. Si Menchov est aux fraises, Caruso prendra sa chance en montagne. Dans le jargon Pro Cycling Manager il est ce que l’on appelle un électron libre, c’est le genre de mec que tu fais attaquer à 100 bornes de l’arrivée pour le plaisir et aussi car on ne sait jamais. Pour avoir une chance de s’imposer, le Transalpin devra anticiper. Il a en tout cas montré sur le dernier Tour de Suisse que la condition était là (2 top 10) Il n’est pas improbable de le retrouver jouer la gagne au moins une fois en 3 semaines. On espère que cela rendra un peu le sourire à Manolo. 

_


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Wtfru 11406 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine