Magazine Autres sports

Les grandes questions : l’AFC Ouest

Publié le 30 juin 2012 par Sixverges
Les grandes questions : l’AFC Ouest
Division intéressante alors qu’une seule victoire a séparé le gagnant de la division de l’équipe de dernier rang. Est-ce qu’une de ces formations pourra prendre le large en 2012? Voyons voir.
Broncos de Denver : L’air des Rocheuses est-elle thérapeutique pour le cou?
C’est la plus grosse nouvelle de la saison morte. Peyton Manning a troqué le fer à cheval pour le cheval sauvage au complet. Même si ça fait encore drôle de le voir lancer des ballons avec un nouvel uniforme, il semble qu’il faudra s’habituer. Sauf que lui aussi devra changer ses habitudes et plusieurs questions demeurent en suspens. Son cou est-il réellement guéri? Quelle chimie développera-t-il avec ses nouveaux receveurs et joueurs de ligne? Comment réagira-t-il en décembre, hors du confort du dôme en pleine tempête de neige des Rocheuses? Pour l’instant, tout ce qu’on peut dire, c’est que le cou n’est pas à 100 %, mais semble sur la bonne voie. Quant à la chimie, fidèle à sa réputation, Manning ne compte pas les heures de préparation et l’unité offensive suit son leadership. Par contre, lui qui a eu comme cible les Harrison, Wayne, Clark et Garçon risque de s’ennuyer. Demaryius Thomas, Eric Decker, Brandon Stokley et Andre Caldwell devraient constituer le plus faible arsenal mis à la disposition du Sheriff depuis longtemps. Avec le # 18 derrière le centre et une défensive comptant sur de bons éléments, les Broncos espèrent distancer leurs rivaux dans l’AFC Ouest et même, se battre avec les grands pour le trophée Vince Lombardi. A ce sujet, les doutes subsistent, même au sein des partisans du Denver. En effet, même s’il est surréaliste de penser que Tim Tebow est supérieur à Peyton Manning, plus de la moitié des supporteurs s’identifiant comme « très religieux » préfèrent le Messie qui lance mal au # 18! Invraisemblable, mais c’est de la pression supplémentaire qui s’ajoute sur les épaules (ou le cou) de Peyton. Saura-t-il valider le pari de John Elway?
Chiefs de Kansas City : Les jeunes peuvent-ils revenir au niveau de 2010 ?
Bien sûr, le football est un jeu d’équipe. Mais lorsque la campagne du meilleur joueur défensif des Chiefs, Eric Berry, a pris fin moins de 2 minutes après qu’elle ait débutée gracieuseté d’un cut block douteux de Stevie Johnson, disons que ça commençait mal. Puis, lorsque le meilleur joueur offensif de la formation Jamaal Charles est tombé au combat dès la semaine # 2, la saison des jeunes Chiefs sur lesquels beaucoup d’espoirs étaient fondés, était foutue. La misère ne s’est qu’accentuée lorsque Matt Cassell (qui n’est déjà pas une star) s’est retrouvé au rancart, laissant le champ libre au loufoque Tyler Palko au poste de quart-arrière, puis au moment où le TE Tony Moeaki est allé rejoindre tout ce beau monde sur la liste des blessés. Tout cela, combiné au caractère détestable de l’entraîneur-chef Todd Haley a fait en sorte que les rouges et jaunes ont abandonné en cours de route, y voyant une occasion de se débarrasser de leur coach désagréable. La stratégie a fonctionné et KC a montré plus de tonus en fin de saison sous Romeo Crennel, se permettant même d’infliger leur seule défaite de la saison aux Packers en cours de route. En 2012, Crennel est confirmé au poste d’entraîneur –chef, les blessés sont revenus et la direction a même ajouté de la profondeur, notamment avec la venue de l’énigmatique porteur de ballon Peyton Hillis. Donc, est-ce que 2012 verra les Chiefs revenir vers les niveaux atteints en 2010, eux qui avaient remporté la division et participé aux séries? Ce n’est pas certain. Matt Cassell est de loin le pire QB de l’AFC Ouest, Charles a subi le genre de blessure qui tue les carrières des RB et la perte du CB Brandon Carr, parti à Dallas, n’aidera pas la défensive. Kansas City compte sur un bon noyau de jeunes joueurs qui devront démontrer que leur participation aux séries en 2010 n’était pas un coup de chance dû à un calendrier favorable, mais un premier pas vers un succès durable que les malchances de 2011 n’aura repoussé que d’un an.
Raiders d’Oakland : Carson Palmer peut-il justifier son prix d’acquisition ?
L’histoire est connue. Après une campagne 2010 extrêmement frustrante et décevante, Carson Palmer informe l’état-major des Bengals qu’il ne jouera plus dans la jungle. Voulant prouver un point, le propriétaire du Cincinnati le laisse sécher. Du moins, jusqu’à ce que Jason Campbell se pète la clavicule à quelques jours de la date limite des transactions. Profitant du flou dans l’organigramme d’Oakland suite au décès d’Al Davis et de l’admiration sans borne du coach d’alors Hue Jackson pour le gagnant du Heisman en 2002, Mike Brown arnaque le Silver & Black, obtenant un premier et un deuxième choix contre les services de Palmer. Faute d’options, ce dernier est lancé dans la mêlée en catastrophe et malgré quelques bombes qui permettent d’espérer, il n’a pas répondu aux attentes, lançant interception sur interception. Pour boucler la boucle, coach Jackson, congédié, s’est dégoté un boulot dans le staff de Cincinnati! Or, tout cela c’est du passé. S’il y a un avenir dans le Black Hole en 2012, il passe plus que jamais par Palmer. Déjà douteuse, la défensive a perdu quelques morceaux via le marché des joueurs autonomes. Inévitablement, Oakland accordera beaucoup de points cet automne. Aussi, le RB Michael Bush est rendu à Chicago, ce qui veut dire que le jeu de course repose sur le fragile Darren McFadden. Bref, si les Raiders ont une chance en 2012, elle viendra du bras de Palmer et des jambes rapides de ses jeunes cibles. Jacoby Ford, Darrius Heyward-Bey et Denarius Moore ont tous démontré de bons flashs en 2011, mais comme leur QB, ils ont manqué de constance. Aucun de ces joueurs n’a été choisi par les dirigeants actuels, donc autant pour leur propre emploi que pour les espoirs des Raiders, ils se doivent de mieux performer en 2012.
Chargers de San Diego : Leur fenêtre d’opportunité s’est-elle refermée?
S’il y a un jeu qui résume la saison des Chargers, c’est celui-ci : Philip Rivers qui échappe la remise transformant une victoire assurée en défaite crève-cœur. Depuis 2 ans, c’est ça les Chargers : une équipe qui invente chaque semaine de nouvelles façons de perdre. Ce n’est pas nouveau de voir San Diego jouer avec le feu. En 2008, ils remportent leurs 4 derniers duels incluant celui décisif contre les Broncos lors du dernier match de l’année pour remporter le titre de section. En 2009, ils commencent tranquillement à 2-3 avant de remporter les 11 parties suivantes. Ce n’est pas nouveau non plus de les voir performer en deçà des attentes en séries. Entre 2006 et 2009, cette équipe favorite des parieurs fut extrêmement payante pour les casinos de Vegas, échouant fois après fois en janvier. Sauf que depuis 2010, c’est bien pire. Ils n’ont même pas la chance d’aller choker en séries, ils ne s’y rendent pas! Dans une division resserrée, les remontées de fin de saison ne suffisent plus. Une partie du blâme revient certainement à l’insipide Norv Turner ainsi qu’au directeur général AJ Smith. Cependant, ces 2 messieurs doivent avoir filmé le propriétaire Alex Spanos en train de tromper sa femme, car ils ont encore leur emploi aujourd’hui. Lorsque les camps d’entraînement se mettront en branle, Peyton Manning sera dans la division, les jeunes Chiefs auront les dents longues et les imprévisibles Raiders seront dangereux en attaque. Les Chargers? Ils miseront sur Robert Meachem comme WR # 1 plutôt que Vincent Jackson, sur une ligne offensive douteuse, sur une défensive qui ne fait plus de magie et sur un Antonio Gates vieillissant. La vitesse à laquelle San Diego est passé de prétendant sérieux au Super Bowl à la pire formation de la division est saisissante.
Bon déménagement à ceux qui sont dans les boîtes! Après avoir donné pendant des années, j’aurai une pensée pour vous en sirotant un p’tit rhum dans la piscine!!!

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sixverges 1945 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines