Magazine Culture

Mais qui était Maxime Marchand, assassiné par l'OAS à El Biar en 1962 ?

Par Gezale
A l'occasion du 50e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie, il me parait utile voir indispensable de rappeler que des Français de qualité ont tout fait pour que les relations entre la France et l'Algérie ne soit ni détériorée ni détruite à l'occasion du choix légitime du peuple algérien de sortir de l'état de colonisé. Maxime Marchand, inspecteur d'Académie dans l'Education nationale, était de ceux-là. Ce Français amoureux de l'Algérie et des enfants algériens a été assassiné à El Biar trois jours avant la signature des accords d'Evian scellant l'avenir distinct des deux nations.
Un commando de l'OAS (organisation de l'Armée secrète) animé des pires intentions a criblé de balles 6 hommes (trois Français et trois Algériens) militants de la paix et de l'amitié entre nos pays liés par 130 ans d'occupation. Ces six hommes, tous de l'Education nationale étaient réunis au Château blanc, près d'El Biar et c'est là que les criminels les ont tués au cours d'un processus désespéré visant à empêcher tout lien entre la France et le nouvel état.
Maxime Marchand, originaire de Montaure, fut l'objet d'un hommage national et nombre d'établissements publics portent son nom tel l'ensemble sportif Maxime Marchand de Louviers. j'ai fait quelques recherches sur Internet et je vous livre deux textes dus à la sagacité de quelques confrères blogueurs à qui j'ai emprunté ce travail.

Mais qui était Maxime Marchand ?

Maxime Marchand - né en février 1911 dans l'Eure, d'un père menuisier, assassiné à El Biar le 15 mars 1962. Il était alors Inspecteur d'Académie, chef du Service des centres sociaux d'Algérie (créés en 1955 par Germaine Tillion)] Voici le dernier texte qu’il a publié sur le « comportement de la jeunesse » : "Bah !penserez-vous. Cela n'est pas si tragique. Les jeunes savent trouver des plaisirs qui leur font oublier les contraintes de cette âpre concurrence". Ne le croyez pas si vite. La vie moderne ne leur permet pas de satisfaire facilement leur besoin d'évasion. En effet, si nous examinons l'influence qu'exerce sur eux une civilisation chaque jour de plus en plus transformée sous l'effet des progrès matériels et mécaniques, ce ne sera guère rassurant, car cette civilisation a eu pour conséquence de multiplier à l'infini les besoins des jeunes sans pour autant leur donner les moyens de les satisfaire. C'est le monde des autos ultra-rapides, des avions, de la télévision, des caméras... C'est un monde qui nous fait vivre à l'âge de la vitesse et des incessants voyages sur une planète maintenant rétrécie comme un petit village. C'est exaltant... mais combien décevant aussi lorsque, faute de moyens, les jeunes sont réduits au rôle de spectateurs à la longue figure.Ils voient certains adultes riches ou certains jeunes privilégiés s'offrir ces merveilleux engins qui donnent l'impression de supprimer l'espace. Ils les jalousent, ou bien, comportement plus grave encore, ils sont prêts à tout pour jouir au maximum de la civilisation matérielle et de ses merveilles. C'est à ce déséquilibre entre les besoins et les moyens que j'attribue la progression constante de la délinquance juvénile. La presse relate chaque jour les pitoyables exploits de certains de nos Blousons noirs. Encore passe-t-elle sous silence les innombrables petits larcins, semblables à celui d'un de ces héros des Tricheursqui resquillait des disques par plaisir, ou à celui de l'héroïne, prête à tout, pour se mettre au volant d'une Jaguar.Partout, dans le monde entier, trop de jeunes pris d'une frénésie de jouissances matérielles partent à l'assaut de ce qu'ils ne possèdent pas et qui leur permettra de goûter aux plaisirs de la civilisation matérielle. Ainsi naissent les associations de jeunes gangsters. Toutes les nations du monde portent en leur flanc cette horrible lèpre. Aux U.S.A., de 1952 à 1957, à New York, 115 200 individus de moins de vingt ans ont été arrêtés pour vol et assassinat, Christiane Fournier nous l'a signalé dans une enquête de Carrefour intitulée : "Nos enfants sont-ils des monstres ?". Les Teddy-boys d'Angleterre en pantalons tuyaux de poêle, les "houligans" de Tchécoslovaquie, les bandes d'enfants de Russie, les amateurs de surboums de certains quartiers de Paris, tous rêvent de voitures, de randonnées ou de vie luxueuse acquises à bon compte. C'est sans doute notre époque qui veut cela. Les jeunes d'autrefois apparaissaient plus vertueux ou moins remuants. Mais c'était souvent une vertu sans mérite, une vertu forcée. Les jeunes d'autrefois vivaient sous le signe de la carriole à cheval ou de la bicyclette, sous le signe de la fête au village ou de la promenade au bois. C'étaient des besoins très modestes qu'on pouvait satisfaire facilement sans enfreindre trop profondément ni les conventions sociales, ni les règles morales.Je me sens glisser vers des conclusions très sombres et très pessimistes. Si le monde continue à se développer à son rythme actuel, en augmentant géométriquement le nombre des jeunes tout en élargissant le champ des activités et des besoins de chacun de ces jeunes, les prochaines générations iront de difficultés en difficultés vers d'inévitables catastrophes, à échéance plus ou moins lointaine.Il faut être optimiste malgré tout et proposer des solutions qui permettront à l'espèce humaine de se sauver. Bien sûr, notre action est très limitée.Il n'est pas question de modifier la psychologie de l'adolescent qui est un fait, et dont la modification ne paraît d'ailleurs pas souhaitable en raison des lumières que nous y avons décelées.Nous ne pouvons agir que sur l'aspect sociologique de cette jeunesse en changeant le milieu qui détermine son comportement. A nous de créer un milieu plus habitable, plus harmonieux, plus noble, plus exaltant et pourquoi ne pas le dire, un milieu un peu moins encombré. A nous aussi de faire admettre à nos jeunes une nouvelle hiérarchie des plaisirs. Ceux que leur donnent aujourd'hui la vitesse, l'image, le bruit, la publicité tapageuse, l'agitation trépidante et désordonnée ne sont pas forcément les meilleurs et les plus durables. Cela n'est pas nouveau. Platon, qui apparaîtrait probablement à de nombreux jeunes comme un "Son et Lumière" bien poussiéreux, l'avait déjà dit au jeune Alcibiade. Que tous les Alcibiade d'aujourd'hui veuillent bien se souvenir du conseil et y trouver des raisons de devenir plus heureux ![© Maxime Marchand, in l'Éducation nationale, n° 12, 22 mars 1962, pp. 16-18].
Le 15 Mars 1962, un commando delta de l’O.A.S. a méthodiquement assassiné Marcel BASSET, Robert EYMARD, Mouloud FERAOUN, Ali HAMMOUTENE, Max MARCHAND, Salah OULD AOUDIA.Ils étaient six, Algériens et Français mêlés. Tous inspecteurs de l'éducation nationale, réunis le 15 mars 1962, trois jours avant la signature des accords d'Evian, à Château-Royal dans le quartier d'El Biar, près d'Alger. Parmi eux, Max Marchand, leur responsable, un Normand passionné d'Algérie, et Mouloud Feraoun, l'écrivain kabyle. Ils dirigent des centres sociaux lancés en 1955 par Germaine Tillion, où l'on crut jusqu'au bout à l'alphabétisation et à la formation professionnelle des jeunes et des adultes pour apprendre, enfin, à vivre ensemble un peu moins mal. Un commando Delta de tueurs de l'OAS, commandé semble-t-il par l'ex-lieutenant Degueldre, les déchiqueta à l'arme automatique, ce jour-là, comme des chiens, dos au mur, pour qu'un dernier espoir s'éteigne. [Jean-Pierre Rioux]Au cours de la nuit qui suivit cet assassinat, Germaine Tillion a écrit le texte suivant qui est paru dans Le Monde du 18 mars1962.

La bêtise qui froidement assassine

"Mouloud Feraoun était un écrivain de grande race, un homme fier et modeste à la fois, mais quand je pense à lui, le premier mot qui me vient aux lèvres c'est le mot: bonté...C'était un vieil ami qui ne passait jamais à Paris sans venir me voir. J'aimais sa conversation passionnante, pleine d'humour, d'images, toujours au plus près du réel - mais à l'intérieur de chaque événement décrit il y avait toujours comme une petite lampe qui brillait tout doucement: son amour de la vie, des êtres, son refus de croire à la totale méchanceté des hommes et du destin.Certes, il souffrait plus que quiconque de cette guerre fratricide, certes, il était inquiet pour ses six enfants - mais, dans les jours les plus noirs, il continuait à espérer que le bon sens serait finalement plus fort que la bêtise...Et la bêtise, la féroce bêtise l'a tué. Non pas tué : assassiné. Froidement, délibérément ! ...Cet honnête homme, cet homme bon, cet homme qui n'avait jamais fait de tort à quiconque, qui avait dévoué sa vie au bien public, qui était l'un des plus grands écrivains de l'Algérie, a été assassiné... Non pas par hasard, non pas par erreur, mais appelé par son nom, tué par préférence, et cet homme qui croyait à l'humanité a gémi et agonisé quatre heures - non pas par la faute d'un microbe, d'un frein qui casse, d'un des mille accidents qui guettent nos vies, mais parce que cela entrait dans les calculs imbéciles des singes sanglants qui font la loi à Alger...Entre l'écrivain Mouloud Feraoun, né en Grande-Kabylie ; Max Marchand, Oranais d'adoption et docteur ès lettres; Marcel Basset, qui venait du Pas-de-Calais ; Robert Aimard, originaire de la Drôme ; le catholique pratiquant Salah Ould Aoudia et le musulman Ali Hammoutène, il y avait une passion commune : le sauvetage de l'enfance algérienne - car c'était cela leur objectif, l'objectif des Centres Sociaux : permettre à un pays dans son ensemble, et grâce à sa jeunesse, de rattraper les retards techniques qu'on appelle "sous-développement". Dans un langage plus simple cela veut dire : vivre.Apprendre à lire et à écrire à des enfants, donner un métier à des adultes, soigner des malades - ce sont des choses si utiles qu'elles en paraissent banales : on fait cela partout, ou, à tout le moins, on a envie de le faire. [...]Et c'était de quoi s'entretenaient ces six hommes, à 10 heures du matin, le 15 mars 1962 ..."
Jean-Philippe Ould Aoudia, fils de Salah Ould Aoudia, a publié, une enquête surl'assassinat de Château-Royal (éditions Tiresias). Jean-Philippe Ould Aoudia enquête minutieusement, recoupe les documents, vomit les clauses des amnisties successives qui rendent le crime innommable et font taire les proches des victimes. Il n'a qu'un but : traquer les assassins de son père à El Biar, relire cette tuerie planifiée, établir les complicités en hauts lieux, pointer du doigt les inconscients et les aveugles, reconstituer l'atmosphère d'affolement à Alger au printemps de 1962, qui laissait proliférer l'exécution à la raflette entre deux anisettes et l'attentat méthodique des commandos surentraînés. [d'après Jean-Pierre Rioux, Le Monde du 20 mars 1992]

Une association pour ne pas oublier :

l'Association des Amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs Compagnons
48, rue la Bruyère 75440 PARIS Cedex 09


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gezale 7337 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines