Magazine Culture

LE PARADOXE ARTHUR MEYER, homme de presse, journaliste, FONDATEUR DU MUSEE GREVIN

Par Bernard Vassor

PAR BERNARD VASSOR

8efa68fa9459ccf832f09dc5f71a008c.jpg Arthur Meyer dans son bureau de la rue Drouot (4) Né en 1844 au Havre, mort à Paris en 1924. Il fit des études au collège Bonaparte (lycée Condorcet) puis des études de droit. Il fut clerc chez un avoué : maître Chain, qui devient pendant le second Empire, maire du neuvième arrondissement. En 1862, il fréquenta les salons de Blanche dAntigny, reine de la bicherie parisienne (un des deux modèles de Zola pour le personnage de Nana)  et devint un temps son secrétaire particulier, lui permettant ainsi grâce à ses relations, une ascension rapide dans le monde du journalisme. Puis c'est un personnage sulfureux qui le prit à son service :Janvier de la Motte., dont j'ai déja raconté les aventures scandaleuses. En 1869, il entra en qualité de chroniqueur mondain dans le journal fondé par Edmond Tarbé et Henry de Pène. En 1870, il devint secrétaire du Comité plébiscitaire. 

Il s'était retrouvé dans le camp des boulangistes, puis des antidreyfusards comme ses abonnés du Gaulois. Il s'était battu en duel avec Drumont qui l'avait éreinté dans son pamphlet antisémite « La France juive » et surnommé "Juda Meyer". Converti au catholicisme, au boulangisme et au monarchisme après avoir été un farouche bonapartiste, cela ne l’empêcha pas d'avoir maille à partir avec « La Libre Parole » et « L'Action française ».Antisémite, malgré ses origines (son père avait été rabin à Strasbourg), il a justifié ses positions dans un livre de mémoires : "Ce que mes yeux ont vu",(Plon-Nourrit 1912) sa conversion et son mariage avec une descendante d'une des plus grandes familles de l'aristocratie française.

Réconcilié avec Edouard Drumont, il approuve bruyamment ses écrits antisémites les plus féroces.

Ennemi farouche d'Emile Zola qu'il poursuivit de sa haine même après la mort de l'auteur des Rougon Macquart.

A SUIVRE....................

Sa petite fille Odette Carasso a  rédigé une biographie honnête de son aïeul :

Odette Carasso, Arthur Meyer, Directeur du Gaulois. Un patron de presse juif, royaliste et antidreyfusard, Éditions Imago, 2003

.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bernard Vassor 2258 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines