Magazine Culture

CESM : Le contentieux des îles Kouriles, par Charlène EVENO

Par Theatrum Belli @TheatrumBelli

Avec 180 millions de km², l'océan Pacifique représente à lui seul la moitié des espaces maritimes de la Terre et le tiers de sa surface totale. De nombreux archipels et îles occupent les rivages du Pacifique Nord. Peuplés pendant longtemps par les diverses branches de l'ethnie Aïnou, ils ont été le lieu de rencontres et d'affrontements entre plusieurs États. Aujourd'hui, certains de ces archipels et îles sont encore au centre de revendications et continuent d’attiser les tensions. Le Japon, pays insulaire de l'Asie de l'Est, est confronté aussi bien dans la partie nord, ouest et sud de son territoire à des conflits territoriaux avec certains pays voisins concernant la souveraineté d'îles entourant l'archipel : notamment avec la Chine, la Corée et la Russie. Dans un contexte de mutations des données stratégiques en Extrême-Orient, il convient d'analyser la question des îles Kouriles, obstacle persistant à la signature d'un traité de paix entre Moscou et Tokyo. A cette querelle frontalière se superposent les enjeux du partage des territoires maritimes et de leurs ressources halieutiques, minérales et énergétiques.

Les îles Kouriles, situées sur la ceinture de feu, forment deux chaînes d'îles longilignes : les Petites Kouriles et les Grandes Kouriles. Le terme "Kouriles" en russe Курильские острова, Kourilskie ostrova et en japonais Chishima rettō: la chaîne des mille îles, est associé au peuple autochtone des Aïnous, la population originelle qui subsiste aujourd'hui principalement dans l'île japonaise d'Hokkaïdo. L'archipel comprend une trentaine d'îles volcaniques (et de rochers), éparpillées sur une ligne discontinue d'environ 1.200 kilomètres allant de l'extrême nord du Japon à la pointe sud de la péninsule de Kamtchatka et séparant la mer d'Okhotsk de l'océan Pacifique. On distingue traditionnellement les Kouriles méridionales, proches du Japon et revendiquées par celui-ci sous le nom de "territoires du nord", des Kouriles septentrionales. Quatre de ces îles sont habitées ; les îles méridionales sont celles comportant le plus d'habitants :

- Itouroup ou Etorofu : la plus grande des Kouriles (3.238 km²) et la plus peuplée (7.000 habitants)

- Kounachir ou Kunashiri : à 7 km de l'île d'Hokkaidō au Japon, 1.550 km² pour 4.000 habitants

- Shikotan : 182 km² pour 1.500 habitants 

Les îles septentrionales ne comportent qu'une seule île peuplée : Paramouchir ou Paramushiru/Horomushiro : plus grande des Kouriles septentrionales, 2.042 km² pour 3.500 habitants.

Ce conflit territorial est le plus important et le plus ancien des contentieux territoriaux auxquels doit faire face la Russie. Il paraît surprenant que les deux États ne soient pas parvenus à un accord : le Japon, puissant économiquement n'a pas besoin de ces îles et la Russie dispose d'un très grand territoire qu'elle a déjà du mal à contenir. Ainsi, en quoi le contentieux des îles Kouriles constitue-t-il encore un obstacle dans les relations russo-japonaises ? Avant de nous intéresser aux enjeux de l'appropriation des îles Kouriles, nous reviendrons dans un premier temps sur l'historique de l'attribution de cet archipel. Pour finir, nous étudierons le jeu politique des États parties dans la résolution du contentieux.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Theatrum Belli 20892 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte