Magazine Autres musiques

Un hommage à Claude-Robin Pelletier, directeur du Théâtre-Opéra de Rimouski

Publié le 27 octobre 2012 par Turp

27 octobre 2012
(No 2012-43)

Un hommage à Claude-Robin Pelletier, directeur du Théâtre-Opéra de Rimouski

L’Opéra-Théâtre de Rimouski tiendra son Gala Opéra 2012 le dimanche 28 octobre 2012 et proposera « un après-midi festif empli de lyrisme où les passionnés d’opéra, et ceux qui désirent s’initier, se donnent rendez-vous pour apprécier les plus belles pages du répertoire ». Les voix qui seront entendues lors de cet événement seront celles de la soprano Kripa Nageshwar, de la mezzo-soprano Jessica Bowes, du ténor Xavier Vivier-Julien et du baryton Nicolas Hébert. Le  pianiste Pierre McLean accompagnera ces interprètes ainsi que le choristes de l’Opéra-Théâtre de Rimouski, La direction musicale du Gala sera assumée par Josée Fortin. Ce gala de déroulera à la salle des Congrès de l’Hôtel Rimouski à compter de 13 h 30.

Lors de ce Gala, l’Opéra-Théâtre de Rimouski soulignera le 10e anniversaire de sa fondation. C’est au sein du Chœur de Rimouski que naquit en 2002 la compagnie lyrique et dont la mission est de promouvoir le théâtre lyrique en organisant, produisant et présentant sur scène des œuvres du grand répertoire lyrique.

Membre et fondateur de l’Opéra-Théâtre de Rimouski, Claude-Robin Pelletier en est le directeur général et artistique depuis novembre 2002 et le Gala de 2012 sera l’occasion de rendre hommage à celui dont on célébrera également les 30 ans de carrière dans le monde de l’art lyrique.

Formé aux Conservatoires de musique et d’art dramatique de Québec et de Montréal sous la tutelle du ténor André Turp, il a fait ses débuts en 1982 à l’Opéra de Montréal dans le rôle de Flavio dans l’opéra Norma de Vincenzo Bellini et a également incarné le personnage de Flavio dans La Fille du régiment de Donizetti à  l’Opéra de Québec en 1986. L’Orchestre symphonique de Montréal, l’Orchestre symphonique de Québec, l’Orchestre métropolitain et l’Orchestre symphonique de l’Estuaire ont également appel à ses services lors de la tenue de nombreux grands concerts et événements.

Finaliste au Pavarotti International Voice Competition en 1988, il fait ses débuts américains en 1989 avec le National Grand Opera de New York. Il s’est ensuite rendu en Europe où il a participé à des productions du Wexford Opera Festival en Irlande, du Welsh National Opera au Pays de Galles, de l’Òpera de Malaga et l’Òpera de Palma de Majorca en Espagne, de l’Opéra-théâtre de Metz, de l’Opéra de Vichy, l’Opéra de Rennes, l’Opéra de Nantes, l’Opéra d’Avignon et des Pays de Vaucluse et l’Opéra de Tours en France. Au Canada, il s’est produit au Vancouver Opera, au Calgary Opera, au Manitoba Opera et au Saskatchewan Opera. Dans ces maisons lyriques, Claude-Robin Pelletier a incarné plusieurs rôles principaux, notamment dont Werther dans Werther de Jules Massenet, Faust dans Faust de Charles Gounod, Hoffmann dans Les Contes d’Hoffmann de Jacques Offenbach et Don José dans Carmen de Georges Bizet.

Découvert par le célèbre metteur en scène Peter Brook, le ténor s’est distingué dans le rôle de José dans La Tragédie de Carmen produite par le Centre international de créations théâtrales (CICT). Il a interprété celui-ci au Japon, en Australie, en Grèce, en Israël et lors des Jeux olympiques d’hiver à Calgary en 1988.

Il a chanté sous la direction de chefs réputés, notamment Bertrand de Billy, Marius Constant, Charles Dutoit, Antonio Papano et Marco Armiliato.

Claude-Robin Pelletier a reçu en 2012 l’insigne de Chevalier de l’Ordre de La Pléiade. Aux yeux des personnes qui ont contribué à l’attribution de ce titre de Chevalier, cette distinction honorifique est le reflet de tout ce que cet homme représente dans le développement culturel, artistique, professionnel et personnel et, plus particulièrement, dans la défense de la langue française et dans l’échange des cultures.

Pour être témoin de cet hommage et assister au Gala Opera 2012, vous pouvez vous procurer vos billets au bureau de l’Opéra-Théâtre de Rimouski au 418-722-1985 (info@operarimouski.com et www.operarimouski.com), à la billetterie de la salle Desjardins-Telus (spectart@spectart.com et www.spectart.com) ou à la librairie L’Alphabet au 418-723-8521 . Le coût est de 50 $ pour les adultes et de 25 $ pour les étudiants. Les enfants âgés de 12 ans et moins, accompagnés d’un adulte, seront admis gratuitement.

Un hommage à Claude-Robin Pelletier, directeur du Théâtre-Opéra de Rimouski

La conclusion des Journées Debussy par la soprano Kimy McLaren

Dans le cadre des Journées Debussy présentées par la Fondation Arte Musica, la soprano Kimy McLaren proposera le dimanche 28 octobre un récital de mélodies de Claude Debussy. Accompagnée au piano par Patil Harboyan, elle interprétera les mélodies suivantes :

La mer est plus belle (Paul Verlaine)
La belle au bois dormant (Vincent Hyspa)
Beau soir (Paul Bourget)
Proses lyriques (Claude Debussy)
Fêtes galantes I (Paul Verlaine)
Chansons de Bilitis (Pierre Louÿs)
Noël des enfants oubliés (Claude Debussy)
Trois ballades de François Villon

Un hommage à Claude-Robin Pelletier, directeur du Théâtre-Opéra de Rimouski

Le clarinettiste Jean-François Normand prendra également part à ce récital et interprétera avec la pianise Patil Harboy la Première Rhapsodie pour clarinette et piano de Claude Debussy.

Je serai présent à ce récital et anticipe avec plaisir de découvrir d’assister à cet événement qui clôturera les Journées Debussy.

Marie-Nicole Lemieux dans un programme Schumann au Théâtre Hector-Charland de l’Assomption

Un hommage à Claude-Robin Pelletier, directeur du Théâtre-Opéra de Rimouski

Marie-Nicole Lemieux

Notre contralto nationale Marie-Nicole Lemieux présentera quant à elle un récital à l’occasion duquel elle interprétera le cycle Frauenliebe und Leben Robert Schumann. Elle sera accompagnée par le pianiste François Zeitouni. Ce récital aura lieu au Théâtre Hector-Charland de l’Assomption le dimanche 28 octobre à 19 h 30.

La Traviata de l’Opéra de Québec : une Violetta remarquable de la soprano Laura Whalen

Un hommage à Claude-Robin Pelletier, directeur du Théâtre-Opéra de Rimouski

Laura Whalen (Violetta)
La Traviata
de Giuseppe Verdi
Opéra de Québec
, 2012

La très grande qualité de la production de La Traviata de Giuseppe Verdi qui ouvrait 29e saison de L’Opéra de Québec le samedi 20 octobre 2012 consacre la compagnie de notre capitale nationale comme l’une des lieux d’excellence pour l’art lyrique au Québec.

Le succès de ce premier opéra de la saison 2012-2013, dont les trois premières représentations et la quatrième et dernière de ce soir auront été jouées à guichets fermés, repose principalement sur une prestation remarquable, tant au plan vocal que dramatique, de la soprano Laura Whalen. Après avoir interprété ce rôle au Edmonton Opera et à Opera Lyra d’Ottawa, sa prestation de Québec confirme qu’elle est devenue une grande Violetta. L’artiste lyrique canadienne réussit à rendre le personnage complexe de Violetta crédible du début à la fin de l’opéra. La scène finale dans laquelle elle meurt dans les bras d’Alfredo est l’une des plus belles que j’ai eu l’occasion de voir ces (et bien plus émouvante que celle que j’ai pu voir à Montréal avec Myrtò Papatanasiu ou New York ou Santa Fe avec Natalie Dessay). La voix est colorée, les vocalisations sont belles et son contre-mi bémol du premier acte est d’une fine puissance.

Elle n’est toutefois pas seule à se distinguer. Dans son rôle  de Giorgio Germont, le baryton québécois Gaétan Laperrière offre également l’une des plus belles performances lyriques de sa carrière. On sent le chanteur en possession de ce rôle qu’il a interprété tout au long d’une carrière dont il nous annonce qu’elle se terminera avec cette production de l’Opéra de Québec. Il faut l’implorer de poursuivre car la voix est, dans tous ses registres, toujours belle et équilibrée. L’incarnation dramatique du personnage n’a rien à envier à celle de ceux qui, sur les grandes scènes du monde, incarne l’un des plus exigeants rôles de baryton dans le répertoire lyriques. Dans son rôle d’Alfredo Germont et en dépit de certaines hésitations vocales au premier acte, Antoine Bélanger gagne en assurance au fur et à mesure de la performance et offre de beaux moments de lyrisme. Andrew Love (Baron Douphol), Alexander Savtchenko (Docteur Granvil) et Michel Cervant (un commissaire/un serveur) offrent aussi des prestations dignes d’intérêt et celles desdes jeunes artistes de la distribution, qu’il s’agisse de Geneviève Lévesque (Flora), Keven Geddes (Gastone), Marie-Michèle Roberge, (Annina) et Guillaume Boulay (Giuseppe), démontrent la compagnie lyrique de Grégoire Legendre prépare une belle relève. Seule petit ombre au tableau, la prestation de la basse  Réal Toupin qui ne rend pas justice è la partition de Verdi dans son rôle du Marquis d’Obigny, mais à qui l’on doit par ailleurs en sa qualité de chef du Chœur de l’Opéra de Québec, une telle belle préparation de ses choristes.

Dans sa direction musicale de l’Orchestre symphonique de Québec, Daniel Lipton réussit dès les premières notes du célébrissime prélude de l’opéra à créer l’atmosphère à la fois romantique et tragique de l’opéra de Verdi. Les instrumentistes de l’OSQ répondront par ailleurs très bien pendant tout l’opéra aux instructions d’un musicien  qui a démontré, comme il l’avait fait lors de ses présances antérieures à Québec, qu’il est un chef lyrique. La mise en scène de François Racine est aussi très réussi et il impose tout au long de l’opéra  des rythmes et contrastes qu’il met brillamment au service de la musique et du livret. Empruntés à une compagnie américaine qui n’est pas identifiée dans le programme, les décors et costumes ne sont pas sans émerveiller parfois. Le jour viendra où l’Opéra de Québec réussira à nous offrir des productions qui seront, dans cette dimension, irréprochables.

Une dernière représentation est prévue ce soir et, si j’étais à Québec, j’y retournerais assurément !

Je vous invite à lire le commentaire élogieux publié le 21 octobre 2012 dans le journal Le Soleil par son critique musical Richard Boisvert sous le titre « La Traviata : force et vérité de la passion ». Vous pouvez aussi prendre connaissance des commentaires formulés dans le Journal de Québec par Yves Leclerc dans un article intitulé « Superbe et grandiose ! Une réussite sur toute la ligne pour lancer la nouvelle saison ».

Un hommage à Claude-Robin Pelletier, directeur du Théâtre-Opéra de Rimouski

À L’Opéra du samedi, l’animatrice Katerine Verebely prend la relève de Sylvia l’Écuyer cette semaine et présentera le samedi 27 octobre 2012 de 13 h à 17 h un programme double de la Canadian Opera Company (COC). Elle diffuse d’abord l’opéra Gianni Schicchi de Giacomo Puccini. La distribution comprend Alan Held, baryton (Gianni Schicchi), Simone Osborne, soprano (Lauretta), René Barbera, ténor (Rinuccio), Barbara Dever, mezzo soprano (Zita), Donato Di Stefano, basse (Simone), Rihab Chaieb, mezzo (La Ciesca) et Philippe Sly, baryton-basse (Ser Amantio di Nicolao). L’on pourra ensuite entendre Eine florentinische Tragödie (Une tragédie florentine) d’Alexander von Zemlinksy sur un livret d’Oscar Wilde. La distribution comprend Alan Held, baryton (Simone), Gun-Brit Barkmin, soprano (Bianca) et  Michael König, ténor (Guido Bardi). Ces deux opéras sont sous la direction musicale d’Andrew Davis. À l’entracte, l’animatrice s’entretiendra avec Jürgen Maehder qui est professeur de musicologie à la  Freie Universität Berlin. En complément de programme, Katerine Verebely présentera Die Abreise (Le départ) d’Eugen D’Albert. La Philhamonia Hungarica sera sous la direction de Janos Kulka et les interprètes seront Hermann Prey, baryton (Gilfen), Edda Moser, soprano (Luise) et Peter Schreier, ténor (Trott).

À « L’opéra…le dimanche aussi ! », l’émission que j’anime sur les ondes Radio Ville-Marie et qui sera diffusée le dimanche 28 octobre de 13 h à 15 h, je ferai entendre- en prévision de la production de L’Opéra bouffe du Québec (voir ci-haut) les deux premiers actes de La belle Hélène de Jacques Offenbach. L’enregistrement de Virgin Classics auquel je ferai appel sera celui de la production du Théâtre du Chatelet de l’an 2000 avec notamment Felicity Lott dans le rôle d’Hélène, reine de Sparte ainsi que Laurent Naouri et François Le Roux qui incarneront respectivement les rôles d’Agamemnon, roi d’Argos et Calchas, grand augure de Jupiter. Les Musiciens et le Chœurs des Musiciens du Louvre sont sous la direction de Marc Minkowski. Et pour donner aux lyricomanes le goût d’aller entendre Marie-Nicole Lemieux au Théâtre Hector-Charland de l’Assomption demain soir, l’air Mon cœur s’ouvre à toi de l’opéra Samson et Dalila de Camille Saint-Saëns qu’interprète si bien notre contralto nationale conclura l’émission en beauté !

Bonne semaine lyrique !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Turp 238 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte