Magazine Cinéma

La Cité Des Enfants Perdus

Publié le 27 novembre 2012 par Olivier Walmacq

La Cité Des Enfants Perdus

Genre : Fantastique

Année : 1994

Durée : 1h44

L'histoire : Dans une base au milieu de la mer, un inventeur devenu fou s'est mis en tète de kidnapper des enfants et voler leurs rèves. Après l'enlevement de son petit frère, un homme, aidé d'une gamine débrouillarde, décide de tout tenter pour le retrouver.

La Critique De Titi70 :

Attention, voici un véritable OFNI du cinéma. Quelques années après leur premier long métrage, Delicatessen, le duo Marc Caro et Jean Pierre Jeunet réalise ensemble ce second film qui sera leurs dernier en tandem, chacun prendra ensuite un chemin différent. 

Co production entre la France, La Suisse Romande et L'Allemagne, l'oeuvre est interprété par Ron Perlman, Dominique Pinon (qui joue six rôles), Daniel Emilfork, Jean Claude Dreyfus, Ticky Olgado, et la voix de Jean Louis Trintignant. A noter également que Mathieu Kassovitz fait une petite apparition parmi les spectateurs du show de l'athlete One.

La Cité Des Enfants Perdus

Le film nous raconte l'histoire d'une cité perdu au milieu de la mer ou tout les orphelins traînant dans les rues sont enlevé par les Cyclopes de Krank, un vieil inventeur fou dont le plus grand malheur est de ne pas savoir rêver.

C'est pourquoi il fait enlever tout les enfants de la cité pour leur voler leur rêves, à l'aide d'une machine. Mais, Krank ne vit pas seul sur son île artificiel, il est entouré de cinq clones qu'il à fait fabriquer, d'une femme naine et d'Irvin, un cerveau contenu dans un liquide vert et parlant grâce à un dispositif.

Une nuit, les cyclopes attaquent la caravane de One, un athlete de cirque un peu simplet, mais, possedant une force démentiel. Malgré ses efforts, il ne peut empêcher l'enlevement de Denrée, son petit frère boulimique.

Dés lors, l'athlète n'a plus qu'une seul idée en tète, retrouver l'enfant. Il fait la connaissance d'orphelins vivant de petit larcin pour le compte de deux soeurs siamoises, Zete et Line. A la tète de ce groupe se trouve la seule fille,Miette. D'abord plutôt sèche avec One, elle finira par le retrouver un peu par hasard et, par affection (et aussi un peu par amour), décidera de l'aider, mais, la tache ne sera pas simple.

La Cité Des Enfants Perdus

Dés la première scène, le film met dans l'ambiance particulière du film, illustrant un rêve qui se terminera en cauchemar pour Krank.

Faisant preuve d'une imagination débordante, le duo de réalisateur nous entraîne dans une aventure fantastique, mais, dont le style ne plaira pas à tout le monde.

L'oeuvre nous fais découvrir des personnages complètement barré,  tel que  Marcello, un homme de cirque ayant dréssé des puces à se glisser sur la tète de personnes et injectant un produit capable de faire obéir n'importe qui, ou encore les cyclopes, des êtres ne voyant qu'a travers une énorme loupe calqué sur l'oeil.

Encore une fois, l'histoire est riche en aventure et en émotion (la scène ou Miette questionne One sur ces intention lorqu'il aura retrouvé son frère est très belle).

Par contre, le film, aussi unique soit il, n'est pas sans défaut et notamment une réalisation pas toujours bien maîtrisé avec parfois, un abus des gros plans. Coté interprétation, Ron Perlman est parfois un peu caricaturale dans le rôle de One, mais c'est surtout les personnages de clones, tous interprété par Dominique Pinon, qui rendent parfois le film un peu lourd.

Malgré tout, ça reste un joli film, assez atypique dans notre cinéma français. une oeuvre bien barré qui, encore une fois, ne plaira pas à tout le monde (je sais, je me répète).  

Note : 14/20


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines