Magazine Beaux Arts

Chocolat du jour: Arvo Pärt (by Cyril)

Publié le 03 décembre 2012 par Lifeproof @CcilLifeproof

Arvo_paert_03

Le style tintinnabuli, signifiant littéralement cloches ou clochettes en raison des tintinnabules utilisées dans la liturgie catholique, est un procédé de composition musicale créé et développé par Arvo Pärt, notamment au travers de ces trois pièces : "Für Alina" (1976), "Fratres" (1977), et "Spiegel im Spiegel" (1978). Il est principalement associé à l'expérience mystique qui baigne toute la musique de ce compositeur après 1976. L'essence de ce genre est un noyau fondamental composé de deux voix se joignant pour former quelque chose d'indissociable. Des couples de notes construites l'une contre l'autre et n'existant que par la relation de l'une à l'autre : l’accord parfait. C’est l'élément le plus petit et le plus important de la tintinnabulation.

Voici un extrait d’une citation d’Arvo Pärt à propos de ce système d’écriture : "Tintinnabulation is an area I sometimes wander into when I am searching for answers - in my life, my music, my work."

Associez-le avec cette description qu’il fait de sa musique : "I could compare my music to white light which contains all colours. Only a prism can divide the colours and make them appear; this prism could be the spirit of the listener"

Et ensuite commencez à déambuler en pensée dans ce lieu dont vous êtes le révélateur et donnez vie, épaisseur et tonalité à cet univers proposé par Arvo Pärt. Pour ce faire, je vous propose de vous plonger dans l’écoute du "Cantus In Memoriam Of Benjamin Britten", pièce d’écriture minimaliste en hommage au compositeur britannique Benjamin Britten. Elle débute par le glas d’une cloche et sa mélodie principale se construit par addition successive d'une note au thème. Celui-ci se répète en canon à tous les niveaux. De l'ensemble se dégage une musique calme, posée, assortie d’une intensité mélancolique impressionnante. Ici, on pourrait d’ailleurs prétendre errer au sein même de ce qui constitue la mélancolie par essence, chacun la révélant sous un angle quelque peu différent, tout en rejoignant les autres auditeurs autour d’une image ou d’un ressenti commun et universel de cette humeur. Dans un film, cette ode pourrait illustrer, accompagner l’agonie d’une personne, par exemple. Non pas tellement pour en souligner l’aspect définitif, cruel et douloureux, mais davantage pour signifier une délivrance. A votre tour de partager ce qu’a provoqué, évoqué ce "Cantus In Memoriam Of Benjamin Britten" en vous.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Les fêtes de fin d'année sont l'occasion de faire la fête, de se retrouver en famille ou de se pelotonner chez soi et dans certains cas de faire des réserves pour hiberner pendant l'hiver ! Pour se faire : marrons, pain d'épices et vin chaud au menu mais aussi chocolats. En ce mois de décembre, lifeproof s'ouvre et invite d'autres auteurs pour vous faire découvrir un artiste tous les jours : bonnes gourmandises à tous !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lifeproof 5971 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines