Magazine Conso

Que mangent nos enfants à la cantine ?

Par Rozennlefeuvre @aladom

Que mangent nos enfants à la cantine ?

Nos enfants mangeraient mieux dans les écoles publiques élémentaires que dans les lycées privés

Avoir le choix entre une pizza et un croque-monsieur, ne pas avoir le choix et manger un poisson avec du riz et des brocolis... Les résultats de l'étude menée par l'UFC-Que choisir dans les cantines de France laissent apparaître que tous les enfants ne sont pas logés à la même enseigne et que l'équilibre est parfois bien loin.

Vous avez du mal à leur faire manger des légumes verts et des fruits frais ? A juste titre, vous vous demandez comment ça se passe à la cantine et vous avez raison de vous poser la question... Nul doute que si on lui laisse le choix entre frites ou haricots verts, poire ou glace au chocolat, vous devinez, sans aucune marge d'erreur, ce qui atterrira sur le plateau de votre bambin au self du collège... 

Des repas équilibrés, mais aussi de la malbouffe

L'inquiétude sur l'équilibre des repas des enfants est donc justifiée. Pour en avoir le coeur net et savoir si, à l'école, nos enfants mangent bien, bon et des produits de qualité, l'association de consommateurs UFC-Que choisir a disséqué 12.000 menus proposés dans 606 communes et établissements scolaires. De l'élémentaire au lycée, dans le privé et le public, à partir de repas préparés sur place ou par les sociétés de restauration privées, tous ont été examinés à la loupe. 

Et le résultat n'est pas à la hauteur de notre fierté nationale en matière de cuisine. Alors qu'en 2010, « le repas gastronomique des Français » était inscrit au patrimoine immatériel de l'Humanité de l'UNESCO, consacrant notre gastronomie maison au rang de chef d'oeuvre reconnu sur la scène internationale, force est de constater qu'au pays de Rabelais et de Vatel, les enfants n'apprennent pas à devenir gastronomes à la cantine. 

Pire que ça, dans les résultats de son étude, UFC-Que choisir utilise le terme de junk food que l'on peut traduire par malbouffe... c'est dire. Mais le constat est là, bien que tous les établissements soient contraints de respecter les mêmes normes, celles définies par l'arrêté entré en vigueur en 2011 et qui a pour objectif de faire respecter l'équilibre nutritionnel des repas, tous les enfants de France et de Navarre ne mangent pas à la même cantine. 

C'est un poncif, mais une fois de plus, la diminution des coûts se fait aux dépends de la qualité nutritionnelle et les choix proposés en self contribuent à faire baisser encore un peu plus cette qualité en " privilégiant une invasion de produits gras et sucrés au détriment des crudités et des fruits crus". 

Les bons élèves et les mauvais 

  • Les écoles élémentaires publiques avec une moyenne de 15,2/20.  
  • Les établissements secondaires publics avec 12,6/20 (13,1 pour les collèges et 12,2 pour les lycées). « En cause, les menus avec choix qui laissent les élèves consommer certains aliments à des fréquences très inférieures à la norme. 
  • Les écoles élémentaires privées avec une moyenne de 11,3/20 
  • Les établissements secondaires privés avec à peine 10/20 en raison de l'absence de maîtrise de l'équilibre nutritionnel. Dans la moitié des établissements, la mauvaise conception des choix aboutit à la possibilité pour les élèves de ne manger aucune crudité, poisson, viande rouge non hachée durant les 20 jours de l'étude. 

And the loser is.. 

Parmi les 10 cantines les plus mauvaises du secondaire privé, 7 sont gérées par des grandes sociétés de la restauration collective. Pire encore, dans 48 établissements secondaires, la cantine est en concurrence directe avec une cafétéria, un fast-food ou une sandwicherie implantés dans les murs et non soumis à la réglementation de 2011. Devinez ce qu'ils proposent ?

Illustration : © senkaya - Fotolia.com


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Rozennlefeuvre 5972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte