Magazine Amérique du nord

Nalbandian n’a jamais pu encadrer Del Potro

Publié le 02 octobre 2013 par Rene Lanouille

Nalbandian n’a jamais pu encadrer Del Potro C’est en coupe davis que les deux hommes vont apprendre à se connaître et à se brouiller. Les deux hommes sont réunis brièvement en 2007 lors de la défaite en quart de finale contre la Suède. L’année suivante, l’Argentine brille dans la compétition. Lors de la demi-finale à domicile contre la Russie, Juan Martin Del Potro, jeune espoir de 19 ans, fait de l’ombre au roi David en remportant le 5ème match décisif. Porté en triomphe, Del Potro fait la une des journaux argentins.

La finale à Mar Del Plata contre l’Espagne se présente sous de beaux hospices. Rafael Nadal est absent sur blessure et remplacé par Feliciano Lopez tandis que David Ferrer est peu à l’aise sur la surface ultrarapide choisie par les argentins. Mais quelques jours avant le début de cette finale, la polémique éclate. Nalby reproche au jeune Delpo d’avoir disputé le Masters de Shanghaï quelques jours avant la finale alors qu’il est blessé. D’autre part, c’est le père de Del Potro qui négocie directement avec la fédération sur le montant des primes, provoquant l’ire d’ »El Rey ».

Trois jours avant le début du premier simple, Nalbandian provoque la tour de Tandil lors de leur unique entraînement commun : « As-tu besoin de ton papa pour venir sur le court ? » Nalby est amer, furieux contre sa fédération qui a préféré les retombées économiques de la station balnéaire de Mar Del Plata plutôt que de disputer la finale à Cordoba, la ville natale de Nalbandian. Pendant la finale, la tension entre les 2 joueurs est palpable. Ils s’évitent, ne se parlent pas et, lorsque Delpo doit déclarer forfait pour le 5ème simple décisif à cause de sa blessure qui s’est révéillée, Nalbandian explose dans les vestiaires. Après la défaite, Nalbandian refusera de se rendre en conférence de presse. Quelques jours plus tard, il se répandra en critiques sévères contre son nouvel ennemi dans la presse argentine.

En 2009,Lobo, le nouveau capitaine argentin, tente de rapprocher les deux hommes en les forçant à disputer le double ensemble à Indian Wells. Mais Nalbandian se blesse à la hanche pendant le tournoi et sera forcé au repos toute la saison. En 2010, c’est Delpo qui est sur le flanc, blessé au poignet gauche pendant plus de 10 mois. L’année suivante, la tension semble retomber. Les deux hommes s’ évitent lors des 2 premiers tours, déclarant forfait à tour de rôle. En demi-finale, ils se retrouvent à Belgrade pour défier les serbes de Djokovic. A la surprise générale, Del Potro remporte le point décisif contre le n°1 mondial. La paix semble être revenue, d’autant plus que Nalbandian sera le premier à consoler Delpo après sa défaite contre Rafael Nadal lors de la finale contre l’Espagne à Séville.


Mais en 2012, avec l’arrivée de Martin Jaite au poste de capitanat, la guéguerre reprend. Jaite est l’ancien coach du natif de Cordoba et proche du joueur. Del Potro ne fait pas confiance à Jaite et n’aime pas les pratiques du capitaine argentin. Lors de la demi-finale à Buenos Aires contre la République Tchèque, l’Argentine est favorite. Mais Delpo décide de faire bande à part. A peine revenu de l’US Open, il décide bizarrement de ne pas s’entraîner dans le même club que ses coéquipiers de coupe davis. Il remporte son premier simple mais les argentins cèdent les deux points suivants. Del Potro a l’occasion de remettre les deux équipes à égalité mais il doit renoncer car son poignet gauche le fait de nouveau souffrir. Le public argentin ne comprend pas et décide de siffler Del Potro lorsqu’il prend place dans la tribune pour regarder Charly Berlocq se faire démolir par Berdych. La fracture est totale entre Delpo et les autres joueurs argentins.

On connait la suite : en 2013, Del Potro décide de ne pas disputer la coupe davis et se brouille avec Jaite, par presse interposée. Comme à l’époque de Vilas et José Luis Clerc, les deux stars du tennis argentin n’ont jamais pu exprimer leurs talents ensemble. Une grande nation de tennis comme l’Argentine n’a jamais pu remporter la moindre coupe davis en presqu’un siècle de compétition !
Johnny Utah

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Rene Lanouille 34849 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte