Magazine Concerts & Festivals

Casse-Pipe

Publié le 09 décembre 2013 par Euphonies @euphoniesleblog

marechal_maurice_01.jpg

Chic Gamine / Big Moneymakers / Chassol (remix Yuksek)

Le saviez-vous ? Au pays du petit monde de la musique, il est très facile de sauter sur une mine anti-personnelle. Vous pensiez vous adonner à un plaisir inoffensif, légitime, sans savoir qu’une fois mis le pied à l’étrier, le champ de coquelicots allait se transformer en champ de bataille. Et là c’est chacun pour sa peau : on vous jaugera aux couleurs de votre blason, de vos goûts, de votre escadrille d’adoption. Les plus vils n’hésiteront pas à pactiser avec l’ennemi pour mieux vous abattre. D’autres joueront la feinte pour mieux vous poignarder. On raconte  même que certains sont devenus fous, et errent sans but l’entonnoir sur l’oreille avec force persévérance. Ne riez pas, personne n’est à l’abri. La paranoïa guette. Saufs quelques seigneurs de guerre ont une impunité magique, parfaitement incorruptible. Pour les autres, c’est un combat de tous les jours, à coups de posts bien sentis, de références abyssales, de concessions calculées. Cela fait bientôt deux ans que je fréquente le terrain. Et si je n’en connais pas tous les recoins, toi jeune rookie, mélomane pétulant qui pense que la mélodie est reine, prends garde à toi. Permets-moi de te donner quelques conseils, si tu ne veux pas finir la tête entre deux bastos de haters tireurs d’élite.

  1. N’avoue jamais. Même sous la contrainte, l’humour ou l’éthylisme. N’avoue jamais que tu aimes le zouk, la country populaire ou les slows mièvres. Méfies-toi de ceux qui t’y invitent. Si doute, joue-la donnant-donnant. Je t’avoue un Céline Dion si tu me confesses un Chimène Badi. Et surtout, on n’en parle plus. Tu attendras le verset n°3 pour oser une exposition plus large.
  2. Reste connecté, informe toi. Mesure les côtes de popularité, à la radio, dans la presse et sur internet. Sois prudent avant d’aimer publiquement. Tu sais que derrière ton talus, tu peux toujours trouver le répit. Te restaurer. Mais sois vigilant : Sous ses airs de no man’s land, le dance-floor est rempli de chausse-trappes qui n’attendent de toi qu’un faux pas.   
  3. Trouve-toi des parrains, des bataillons exemplaires, des pelotons d’exception. Il en existe encore de ces noms qui imposent le respect. Sur lesquels tu pourras compter et qui au pire ne susciteront QUE de l’indifférence. Va chercher du côté du jazz, de la soul, de l’électro. La pop est beaucoup moins sécure. Deviens en une semaine le plus grand fan de Mingus, d’Hattaway, de Cut Chemist : ce sera ta carte de visite. Evite les premiers noms dans Google, sois malin : pense confidentiel, pense culte. Dans ce monde hostile, Coltrane, Redding, Shadow ne suffisent plus. Il te faut débusquer la perle rare, le soldat qui te sauvera. Alors, une fois les alliés convaincus, tu pourras te délester d’un Simon & Garfunkel ou d’un Supertramp obscur. Voire, si la sauce prend bien, d’un Genesis ou d’un U2. Fais gaffe quand même.
  4. N’avoue jamais. Même sous la contrainte, l’humour ou l’éthylisme. N’avoue jamais que tu n’aimes pas Joy Division. Ou que tu goûtes peu les Smiths. Meilleure façon de se trouver à poil désarmé sous les tirs en rafale. Joue-la comme Bonham : martèle à grands coups de grosses caisses et de charleys que ta came pour l’instant, c’est de revisiter l’œuvre du Zeppelin. Sursis garanti : reste à trouver un parachute quand tu auras sauté du conductible. Allez, Love will tears us apart, c’est quand même pas mal non ?
  5. En cas de crise : ne fais confiance qu’à toi. Reste seul. Ne parle à personne. Désactive les partages Spotify et Facebook. Ecoute la musique au casque ; l’ennemi est partout, derrière la cloison, prêt à te montrer du doigt si tu chantonnes Fauve sous la douche. Surprise connard. Méfies-toi des amis, des enceintes, des compils, celles que tu laisses trainer sur l’ampli, où y a écrit en gros « Scorpions » ou « Duran Duran ». Ne siffle plus, pas même du bout des lèvres. Jette tes cds, tes vinyles, les cassettes ferro-chrome qui trainent. Brûle tes affiches, tes idoles, ils sont là ils s’approchent ils vont le savoir que tu as gardé ton badge de Kim Wilde, allez sois raisonnable, il est encore temps de sauver la face, ne va plus aux concerts, refile tes t-shirts G’n R / Nirvana / Pearl Jam, sois fort, revends Sony et Phillips, supprime Itunes, désinscris-toi partout tout le temps. Ne laisse pas de trace. Aucune trace. Le plus simple : n’écoute plus de musique.

Voilà, tu es sain et sauf.

Tu peux maintenant, innocemment, découvrir comme au premier jour ces quelques découvertes des dernières semaines. Rassure-toi, cela reste entre nous, personne n’en saura rien :

Chic Gamine - Closer (forte impression aux Transmusicales de Rennes)


(Merci Régis !)

Big Money Makers - Hope it's not too soon :


Remix de Chassol par Yuksek (Oddity part II)


Bonne écoute ! (mais pas trop fort...)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Euphonies 2578 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte