Magazine Cinéma

L'Homme Bicentenaire

Publié le 15 décembre 2013 par Olivier Walmacq

L+Homme+bicentenaire-5423

genre: science fiction
année: 1999
durée: 2h10

l'histoire: En ce début de XXIe siecle, la robotique a fait d'importants progrès. La famille Martin peut ainsi faire l'acquisition d'un robot domestique, le NDR-114, concu pour effectuer toutes les tâches ménagères. Les enfants réagissent chacun différemment à la présence d'un nouveau venu, surnommé Andrew. Grace, l'ainée, le considère comme une boite de conserve et lui ordonne de sauter du premier étage. Apres cet incident, Andrew fait preuve de créativité et developpe des sentiments. M. Martin décide de le traiter désormais comme un être humain à part entière.  

La critique d'Alice In Oliver:

A l'origine, L'Homme Bicentenaire, réalisé par Chris Colombus en 1999, est l'adaptation d'une nouvelle éponyme écrite par Isaac Asimov en 1976. Au niveau de la distribution, ce film de science fiction réunit Robin Williams, Embeth Davidz, Sam Neill, Oliver Platt, Wendy Crewson, Kiersten Warren et Hallie Kate Eisenberg. Clairement, le but de cette production est de jouer sur le succès de A.I. Intelligence Artificielle, réalisée par Steven Spielberg, et qui devait être également le dernier film de Stanley Kubrick.

En ce sens, L'Homme Bicentenaire s'apparente lui aussi à un conte de science fiction, qui n'est pas sans rappeler le mythe de Pinocchio. Aussi est-il nécessaire de rappeler les grandes lignes du scénario. Attention, SPOILERS ! En ce début de XXIe siècle où le progrès technologique s'est généralisé pour le meilleur, Richard Martin fait l'acquisition du tout nouveau robot domestique à la mode, le NDR-114. Celui-ci a été conçu pour effectuer les tâches ménagères pénibles jadis dévolues aux êtres humains : cuisine, ménage, bricolage, surveillance des enfants. Ils le baptisent Andrew.

image1

À ceci près que l'« Andrew » en question ne sera pas aussi simple que le modèle classique. Doté d'un esprit d'analyse modifié par accident, le robot va se donner des buts, des objectifs à atteindre et va au fil de ses apprentissages et de ses émotions, apprendre la vie.
Andrew ira même jusqu'à défier la mort de l'Homme en l'aidant à survivre à ses propres peurs. Mais il découvrira très vite que la vie et l'amour ont un prix, dont lui seul pourra déterminer le montant. Au même titre que A.I. Intelligence Artificielle, L'Homme Bicentenaire suit les aventures d'un robot en quête d'humanité.

Hélas, la comparaison s'arrête bien là. Dommage car Chris Colombus est loin d'être un mauvais réalisateur, à qui l'on doit de nombreuses réussites. Au hasard, nous citerons Le Secret de la Pyramide et Gremlins, films auxquels Colombus participe en tant que scénariste.
Ensuite, Chris Colombus reste le réalisateur de Harry Potter à l'école des sorciers et de Harry Potter et la chambre des secrets. Malheureusement, le cinéaste a aussi son lot de casseroles, entres autres, Maman j'ai encore raté l'avion ou encore Percy Jackson: le voleur de foudre.

l-homme-bicentenaire_236901_1

Chris Colombus fait donc partie de ces réalisateurs, scénaristes et producteurs spécialisés dans le divertissement, pour le meilleur ou pour le pire. En l'occurrence, L'Homme Bicentenaire n'est qu'un petit navet. En effet, cette oeuvre de science fiction souffre de nombreux défauts.
A la base, la nouvelle originale d'Asimov est une oeuvre plutôt optimiste. Ce qui change un peu des oeuvres de science fiction habituelles, à la tonalité généralement pessimiste. Certes, L'Homme Bicentenaire est un film ambitieux, qui engage une réflexion sur la condition humaine.

Hélas, l'androïde de service souffre d'un design pour le moins ridicule. Difficile de s'attacher aux aventures rocambolesques de cette boîte de conserve sur deux pattes, qui se découvre une conscience et même une âme au fur et à mesure du long-métrage.
Ensuite, et c'est son plus gros défaut, le film est rempli de bons sentiments et joue à fond la carte du sentimentalisme et du pathologique. De ce fait, L'Homme Bicentenaire devient rapidement agaçant, d'autant plus que le film est rempli de longueurs. Dommage, car Robin Williams n'est pas si mauvais et sauve de justesse cette production du zéro pointé.

Note: 05/20
Note naveteuse: 13/20


L'Homme bicentenaire - Bande-annonce 2 (Français) par cashboys


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines