Magazine Culture

The sales

Publié le 30 décembre 2013 par Pomdepin @pom2pin

On ne peut pas y couper, c’est les soldes. Les publicités pour les démarques délirantes ont remplacées celles de Noël, il faut y aller. Il y a bien sur l’option en ligne, ma préférée, on peut faire les soldes depuis son canapé. Malheureusement, mes filles ne partagent pas mon enthousiasme. Et devant leur empressement à sortir, j’ai cédé. Il faut dire que nous sommes à court d’idée pour défouler nos 5 enfants d’âges variés, enfermés depuis une semaine, bourrés de sucre et surexcités. C’est invivable, on ferait tout pour les fatiguer un peu….ça nous a conduit à faire la queue pendant une heure, pour saluer une énième fois le père Noël, la semaine dernière, à sortir au parc sous la pluie pour nourrir les écureuils, à aller admirer régulièrement les illuminations. On a même essayé les animaux, notre petite ville s’engorgueillant d’un zoo magnifique, qui attire même les londoniens, c’est dire. Le zoo a d’ailleurs fait la une de l’actualité nationale pendant près de 48 heures non stop le mois dernier quand des loups ont réussit à s’échapper. Une de ces féroces bêtes sauvages est rentrée gentiment dans son enclos à l’heure du repas. Trois autres ont été repris, mais le dernier était toujours introuvable plusieurs heures après l’évasion. On a même reçu très sérieusement des consignes des autorités locales nous demandant de ne pas sortir au cas où. Pour tous ceux qui se demandent comment un animal a pu échapper ainsi à la vigilance des employés du zoo, il faut savoir que pendant que ces mêmes employés le cherchaient frénétiquement dans toute la région, ce brave loup était dans la haie de son enclos. Du coup, comme on habite tout près, on s’attend à voir débarquer dans le jardin une girafe ou un pingouin incessamment.

Bref, j’ai cédé, et j’ai trainé les 4 plus grands en ville, en partant du principe qu’ils se déplacent en marchant et non en poussette, et que ce serait facile. Une véritable promenade de santé. L’Ado était certes rouge de honte de se promener, en public avec sa mère, mais il n’est pas bête, c’est moi qui ai la carte de crédit. Ça compense. Comme il pleut à torrent depuis une bonne semaine (la moitié du pays est sous l’eau), nous avions prévu les wellies, les bottes en caoutchoucs, les blousons à capuche et les parapluies. Habituellement, je suis très peu populaire auprès des vendeuses de boutiques cools où l’Ado traine ma carte de crédit et moi derrière. Avec toute la marmaille en mode pêcheurs bretons dans la tempête, l’accueil a été glaçant. Tout ça pour un sombre t shirt à tête de mort.

Je vous passe les détails de notre shopping, mais ce fut épique. Il m’a fallut littéralement arraché la dernière robe à smocks rose de toute la ville des griffes d’une mère de famille féroce certes, mais moins expérimentée que moi dans l’égouttage accidentel du parapluie sur les jambes avoisinantes. Les enfants ont rapidement exprimé des demandes contradictoires, l’un voulant rejoindre ses semblables chez le disquaire, où des hordes d’ados boutonneux, vêtus de hardes disgracieuses, probablement pour cacher leur indigence capillaire s’agglutinent façon zombies comme dans les films à la mode. L’autre, en pleine période geek, mais en rébellion contre la société de consommation (tous des pourris. Maman, t’as pas oublié ta carte de crédit?) hésitait devant le magasin de jeux vidéos. Justement, il y en a un avec des zombies. Les filles hurlaient devant des jupes roses, des robes roses, des chapeaux roses…finalement, les zombies, ce n’est pas si mal. Les caisses étaient prises d’assaut, les rayons dévastés et sens dessus dessous, des parents courraient avec l’air hagard après leurs gamins cavaleurs…un enchantement.

Au bout d’une demi heure, toute ma troupe boudait, moi la première. Heureusement, tout le monde fait des soldes, y compris les librairies et le magasin de bonbons. On a donc finit réconciliés, chacun avec un livre, (c’est fou le nombre d’ouvrages sur les zombies) et nageant dans le sucre d’orge. Encore une semaine de vacances.

"the oldde sweet shop", la boutique préférée de mes filles.

20131230-143524.jpg


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • No, critique

    critique

    On avait loupé No à la sortie ciné mais on se rattrape avec sa sortie aujourd’hui en vidéo. Voici donc comment la publicité a permis de vaincre une dictature. Lire la suite

    Par  Fredp
    CINÉMA, CULTURE
  • Critique de No Pain No Gain

    Critique Pain Gain

    No Pain No Gain8/10de Michael BayAvec Mark Wahlberg, Dwayne Johnson, Anthony MackieAvant-première en VOSTF le 11 juillet 2013, sortie le 11 septembre 2013Merci ... Lire la suite

    Par  U2grier
    CINÉMA, CULTURE
  • L'Amour est dans l'air

    L'Amour dans l'air

    Après les arnaques, un peu d’humour cette fois. Expédia se penche sur les voyages et l’Amour en interrogeant les vacanciers d’Europe. Vacance rime souvent... Lire la suite

    Par  Martine Denoune
    RENCONTRE, VOYAGES
  • Court Métrage du Dimanche - Sales Gosses

    Court Métrage Dimanche Sales Gosses

    Ce film parle d'un papa rapace dépassé par ses sales gosses ! Equipe du film : Alexis Kerjosse - (Réalisation / Animation) - alexiskerjosse-book.blogspot.com... Lire la suite

    Par  Bouquinovore
    CULTURE
  • "No pain, no gain" : quand la fin justifie les (pires) moyens

    pain, gain" quand justifie (pires) moyens

    15 - 072013 - var topsy_nick = "Cine_maniac"; var topsy_style = "big"; var topsy_theme = "jade"; var topsy_url =... Lire la suite

    Par  Vierasouto
    CINÉMA, CULTURE
  • No Pain No Gain – L’affiche du film !‏

    Pain Gain L’affiche film

    A Miami, Daniel Lugo, coach sportif, ferait n’importe quoi pour vivre le « rêve américain » et s’offrir maisons de luxe, voitures de course et filles de rêve…... Lire la suite

    Par  Guglielmu2bb
    CINÉMA, CULTURE
  • C-121 Pegasus Field – Antarctique

    C-121 Pegasus Field Antarctique

    En Antarctique, la piste d’atterrissage Pegasus Field a été nommé en honneur d’un C-121 Lockheed Constellation baptisé Pegasus qui y est encore... Lire la suite

    Par  One360
    CULTURE, MÉDIAS, SOCIÉTÉ

A propos de l’auteur


Pomdepin 8895 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines