Magazine Cinéma

Philomena : Judi Dench, perfection

Par Unionstreet

Philomena

Irlande, 1952. Philomena Lee, encore adolescente, tombe enceinte. Rejetée par sa famille, elle est envoyée au couvent de Roscrea. En compensation des soins prodigués par les religieuses avant et pendant la naissance, elle travaille à la blanchisserie, et n’est autorisée à voir son fils, Anthony, qu’une heure par jour. À l’âge de trois ans, il lui est arraché pour être adopté par des Américains. Pendant des années, Philomena essaiera de le retrouver.
Quand, cinquante ans plus tard, elle rencontre Martin Sixmith, journaliste désabusé, elle lui raconte son histoire, et ce dernier la persuade de l’accompagner aux Etats-Unis à la recherche d’Anthony.

Philomena

Stephen Frears poursuit mine de rien une carrière assez formidable. En plus d’être longue (il a débuté dans les années 70), sa filmographie est dense. Il réalise environ un film par an comme Woody Allen, à la différence que, dans son ensemble, sa filmographie est moins inégale et paradoxalement moins connue. Stephen Frears, c’est le réalisateur des Liaisons Dangereuses, de The Queen, de l’étonnant Tamara Drewe et de Madame Henserson présente, avec déjà Judi Dench. Véritable machine à cérémonies de récompenses du monde du cinéma, le réalisateur devrait avec Philomena refaire le tour du monde pour présenter son film. Le film a remporté le prix du meilleur scénario au Festival de Venise et est nommé à plusieurs reprises aux Golden Globes, BAFTA. Et le sera sûrement aux Oscars. Comme souvent, Stephen Frears adapte une histoire vraie, met en scène la vie d’un personnage ayant existé qu’il pose dans un écrin classique.

Le film traite d’un sujet que le cinéma aime. A savoir, un sujet tire-larme >>>INSPIRÉ D’UNE HISTOIRE VRAIE<<<. Une mère recherche son fils que des nonnes lui ont arraché dans sa jeunesse. Cinquante ans après les faits elle part sur ses traces avec l’aide d’un journaliste cynique et snob. Le film se repose sur ce duo mal assorti pour éviter avec soulagement le pathos et lorgner vers la comédie. Steeve Coogan est excellent en journaliste d’un snobisme exquis et si british qui supporte difficilement Philomena et sa « petite culture » ainsi que ses lectures, ses convictions religieuses… Il accepte d’aider la femme à retrouver son fils pour un article d »Human Interest ». Judi Dench, elle, est tout à fait extraordinaire dans ce rôle de femme simple. Ce que l’on imaginait être un personnage parfait pour émouvoir la ménagère est en fait, à travers Judi Dench, une personne extrêmement attachante. Les deux personnages évoluent avec leurs défauts, ensemble, et s’acceptent l’un et l’autre. Ils découvrent ensemble et avec le spectateur, ce qu’est devenu le fils de Philomena. L’attachement est total. C’est ainsi que naît l’émotion.

L’utilisation des flash-back n’est absolument pas exagéré (même si le début du film peut faire craindre le contraire) et ne scinde jamais le récit en deux. Le film est touchant puisqu’il se repose sur un personnage avec qui le réalisateur est bienveillant. Pourtant, si le film dans sa forme est simple, Stephen Frears se permet une critique de la religion chrétienne. Et son personnage féminin n’en est que plus beau quand, blessé, il ose le pardon. Une leçon, d’une simplicité agréable.

Philomena

Comments

comments


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Unionstreet 88609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines