Magazine Cinéma

Madhouse

Publié le 18 janvier 2014 par Olivier Walmacq

a6b3fe10

genre: épouvante, horreur, thriller
année: 2004
durée: 1h25

l'histoire: Alarmé par l'atmosphère pesante et sordide de l'asile dans lequel il vient d'être affecté, Clark Stevens, jeune interne en psychiatrie, décide d'enquêter sur le passé de cet hôpital. Il rencontre alors un étrange patient qui semble pouvoir lui en apprendre davantage sur le petit garçon qui arpente les couloirs la nuit.    

La critique d'Alice In Oliver:

Certes, Madhouse, sorti en 2004, est le tout premier long-métrage de William Butler, mais ce dernier est loin d'être un novice dans le milieu du Septième Art. En effet, William Butler a fait ses armes en tant que scénariste et spécialiste des effets spéciaux.
Avec Madhouse, William Butler signe également un film ambitieux qui oscille entre le thriller, l'enquête policière, le fantastique et le genre épouvante. Reste à savoir si Madhouse tient les promesses annoncées.

Hélas, le film ne bénéficiera pas d'une sortie dans les salles obscures et sera relégué dans la case "direct-to-dvd". Madhouse est donc un film méconnu en France. Néanmoins, vous le trouverez facilement en dvd sur les sites spécialisés (Amazon, Ebay et Priceminister).
Encore une fois, le scénario est plutôt intéressant. Malheureusement, le script ne parvient jamais à passionner. Attention, SPOILERS ! Clark Stevens vient effectuer son internat de médecine à Cunningham Hall, un hôpital psychiatrique vétuste dirigé d'une main de fer par un directeur réactionnaire.

madhouse_02

L'étudiant va alors faire connaissance avec les patients et les employés de l'établissement (notamment la jolie Sara) et y découvrir quelques disfonctionnements et surtout des actes de maltraitance. Dans la zone d'isolation réservée aux cas les plus graves, située dans un sous-sol insalubre, il va rencontrer un étrange patient qui semble détenir quelques honteux secrets concernant la tenue de cet hôpital. Il est également intrigué par la présence dans les couloirs, la nuit, d'un jeune garçon que personne ne semble connaître. Le scénario mélange plusieurs éléments, à savoir le huis clos horrifique et des événements en lien avec le paranormal.

Certes, présenté comme cela, Madhouse a l'air passionnant. Hélas, c'est le traitement opéré par le cinéaste qui fait toute la différence (mais pas dans le bon sens du terme). La faute revient principalement à l'interprétation, au mieux médiocre.
Au niveau de la distribution, le film réunit Josh Leonard, Jordan Ladd, Natasha Lyonne et Lance Henriksen. C'est donc Josh Leonard qui tient le rôle de cet étudiant en médecine, un peu trop curieux aux yeux de l'étabalissement psychiatrique.

madhouse_03

Malheureusement, l'acteur manque totalement de charisme. A sa décharge, son personnage est totalement insignifiant. Quant à Lance Henriksen, le pauvre acteur a l'air de se demander comment il a pu se fourrer dans une telle galère.
Toutefois, le plus gros défaut du film reste sa révélation finale, hélas archi prévisible. La faute revient à un script qui ne parvient jamais à surprendre. En résumé, on devine déjà la fin du film après 20 petites minutes de bobine. De ce fait, Madhouse est un film terriblement vain et surtout sans grand intérêt. Certes, on a vu largement pire dans le même genre.
Néanmoins, Madhouse ne reste qu'un petit navet, que l'on aura vite fait d'oublier.

Note: 04/20
Note naveteuse: 14.5/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines