Magazine Cinéma

Le géant égoiste : quand le cinéma anglais fait froid dans le dos!!

Par Filou49 @blog_bazart
07 février 2014

 le-geant-egoiste-de-clio-barnard-revelation-de-la-quinzaine,M111132

Après vous avoir parlé de Philomena la semaine passée, continuons, juste une semaine après, de dresser un petit panorama du cinéma anglais, en plein festival Ciné O Clock qui bat toujours son plein.

Parlons d'un film que j'ai eu la chance de voir à sa sorties en salles mi décembre 2013 , Le Géant Egoiste, qui a notamment recu le prix du Jury au Festival du film Britannique de Dinard (un festival dont j'avais parlé ici même) et qui a également pas mal bouleversé et les festivaliers et la critique par la puissance de la mise en scène de cette jeune cinéaste anglaise, Clio Barnard.

Ce premier long métrage n'est pas sans rappeler certaines oeuvres de Ken Loach tant, tout, des personnages, des thèmes, de l'environnement sous jacent, nous fait penser au cinéma social britannique que le cinéma de Ken Loach  a rendu célèbre.

La particularité de ce film britannique est de traiter ce récit à la manière d'un conte : la réalisatrice  s'inspire d'une nouvelle d'Oscar Wilde, et fait -un peu-fi du sordide et du misérabilisme inhérent à ce cinéma social.

  Il y a, dans "Le Géant égoïste", un ton et une atmosphère qui lui confèrent des particularités ( cette scène très fantasmagorique qui voient des courses de chevaux sur une parcelle d'autoroute), qui orientent le film vers autre chose que le seul naturalisme dans lequel il pourrait plonger.

Le parti pris d'une mise en images onirique i transfigure le pessimisme désespérant ambiant , mais  le film soulève pas mal de constats d'échecs, aussi bien du côté du système scolaire, incapable de trouver d'autre solution que le renvoi quand elle a affaire à des gamins turbulents, mais aussi du  côté des familles, particulièrement démissionnaires.

Le géant égoiste : quand le cinéma anglais fait froid dans le dos!!

Et  quiconque qui se sera attaché, au fil de l'histoire, à ce personnage qui fait face à tous les obstacles avec une force et un courage bouleversants, pourra être éprouvé par toutes ces épreuves traversées.

Le problème est que, si la tentative  de la cinéaste d'élever le film loin des sentiers balisés par sa mise en scène, le film pèche, contrairement aux films de Loach, par le fond : le scénario est vraiment aussi mince qu'une feuille de papier de cigarette, et de plus, devient plus que prévisible alors qu'on s'enfonce dans un véritable drame qui semble quand  même  bien écrit à l'avance..

Et on a énormément de mal à s'attacher au jeune héros - malgré la justesse du jeu jeune Conner Chapman dont le comportement nous semble vraiment trop opaque et difficile à comprendre. 

Et malgré la mise en scène qui tend à échaper au misérabilisme, le scénario nous fait bien plonger dans cette misère noire d'aucune parcelle d'espoir ni aucun trait de légerté ( pour ne pas dire d'humour) ne surgira à un moment ou à un autre...

Malgré l'ambition de départ du cinéaste et son regard évident de metteur en scène, on ne peut s'empêcher de penser qu'il manque à ce Géant Egoiste ce petit quelque chose qui empeche ce premier long métrage de se dérouler un peu trop linéairement.

 LE GÉANT EGOISTE - Bande Annonce Francaise VOST

 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Filou49 15144 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines