Magazine Côté Femmes

Avocat ou Avocate ? Trois femmes pionnières pour le Droit et les droits des femmes

Par Arnaudgossement

220px-Sarmiza_Bilcescu.jpgEn cette journée internationale des droits des femmes (et non "journée de la femme"), il est utile de rendre hommage à trois femmes, rarement citées et dont l'action a pourtant certainement été décisive, non seulement pour les droits des femmes mais pour le Droit tout simplement (photo : Sarmiza Bilcescu-Alimănișteanu)


A titre liminaire, je tiens d'avance à préciser que ces trois noms ne sont que trois des noms des nombreuses femmes qui auront contribué au progrès de l'Histoire. Mais l'Histoire du Barreau n'est pas sans intérêt pour celle de toute notre société.

 

220px-Sarmiza_Bilcescu.jpg

Sarmiza Bilcescu-Alimănișteanu (1867 - 1935), née en Roumanie, fut la première femme a soutenir une thèse de doctorat en droit à l'Université de Paris, le 12 juin 1890.

serment Olga Petit.jpg
Sonia Olga Balachowsky-Petit (1870 - 1965) née Scheïna Léa BALACHOWSKY à Korson (Russie) fut la première femme à prêter serment, le 6 décembre 1900 à l'âge de 30 ans.

JeanneChauvinT.jpg
Jeanne Chauvin (1862-1926) fut la première femme à plaider, en 1907, après avoir soutenu sa thèse en 1892 et après avoir prêté serment le 7 décembre 1900, soit peu après Olga Petit, et grâce à un combat exemplaire pour faire changer la loi. C'est généralement Jeanne Chauvin qui est considérée comme la première femme avocate car elle fut en effet la première à plaider. La bibliothèque de l'Ordre des avocats de Paris porte son nom. (photo : Ordre des avocats de Paris)

Ces trois femmes sont inconnues du grand public et très rarement citées. Elles ont pourtant très concrètement fait progresser et le droit et les droits des femmes en leur ouvrant enfin les portes de la Faculté et du Palais et en démontrant ainsi, malgré des réactions d'une incroyable mysoginie, qu'elles étaient en mesure de contribuer à l'édification d'un Etat de droit.

Pour ce faire - Jeanne Chauvin principalement - elles ont fait changer la loi : Il faudra attendre en effet la "Loi du 1 décembre 1900 ayant pour objet de permettre aux femmes munies des diplômes de licencié en droit de prêter le serment d'avocat et d'exercer cette profession" pour qu'une femme puisse plaider la défense d'un autre homme ou d'une autre femme. Les femmes ne pouvaient pas encore voter mais pouvaient plaider.

En France, plus de la moitié des avocats sont des femmes. Cette féminisation de la profession fait écho à celle de la population étudiante qui fréquente la Faculté de droit et les écoles de formation des barreaux (CRFPA - EFB).

Pourtant, l'augmentation du nombre de femmes exerçant la profession ne signifie pas encore tout à fait qu'elle se soit réellement féminisée "dans les têtes". La plupart des associés sont des hommes et il faudra attendre presque un siècle après la loi du 1er décembre 1900 pour qu'une femme - Dominique de la Garanderie - soit élue "Bâtonnier" de l'Ordre des avocats de Paris.

L'idée qu'un "avocat" doit être un "avocat" et non une "avocate" perdure. Le vocabulaire de la profession demeure organisé pour que les femmes se sentent "avocats" et n'intériorisent pas la féminisation de la profession. Car l'idée demeure malheureusement répandue qu'une profession qui se féminise est une profession qui se dévalue. C'est ainsi qu'un avocat homme appellera un avocat femme "Cher confrère" alors que deux femmes pourront s'appeler "Chère consœur" entre elles. Même si une femme est élue Bâtonnier elle sera appelée "Madame le Bâtonnier". Et la confusion règne : il est parfois question de "confrères avocates" !

Je vous recommande la lecture de cette lettre de mon "confrère" Michèle Bauer. Je me rappelle avoir lue cette lettre à de jeunes femmes (qui se reconnaîtront) qui venaient de prêter serment devant la Cour d'appel de Paris : elles étaient toutes horrifiées à l'idée d'être appelées "avocates"... La peur sans doute d'être taxées de "féministes".

Les droits des femmes ont donc encore du chemin à faire dans le monde du droit.

A lire aussi

"Sonia Olga Balachowsky-Petit (1870 - 1965), première femme à prêter serment", article de Maître Dominique Piau

"Avocat ou Avocate ?" La tribune de Maître Michèle Bauer.

Statistiques sur la Profession - Conseil national des Barreaux 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Arnaudgossement 7804 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte