Magazine Cinéma

Le Festin Nu

Publié le 25 mars 2014 par Olivier Walmacq

Le festin nu

Genre : Drame / Inclassable

Année : 1992 

Durée : 1h30

L'histoire : New York, 1953. Un écrivain tombé dans la drogue se voit reduit à jouer les exterminateurs de cafard pour gagner sa vie. Lors d'une de ses visions lui apparait une étrange créature le poussant à déjouer un mysterieux complot ou à se méfier de sa femme. Le jour ou cette dernière meurt accidentellement, l'ecrivain junkie fuit en Amerique Du Nord ou il entamme la plus etonnante des aventures.

La Critique De Titi70 :

Depuis ses débuts comme cinéaste, David Cronenberg a toujours divisé, aussi bien les spectateurs que les journalistes. En gros, il y a ceux qui prennent plaisir à analyser son cinéma et les autres qui ne comprennent rien, voir s'en fichent royalement.

Autant dire que quand le réalisateur décide de s'attaquer à l'adaptation d'un livre qui fut longtemps censuré, écrit par un auteur réputé inadaptable, mieux vaut s'attendre à quelque chose de bien barré.

Pourtant, David Cronenberg n'est pas le premier à s'intéresser au roman Le Festin Nu. Avant lui, David Lynch ou Alejandro Jodorowski ont tenté leur chance, mais devant l'impossibilité de la tâche, ils ont fini par laisser tomber.

Le Festin nu : photo David Cronenberg

Mais le cinéaste canadien parviendra à s'affranchir de la difficulté pour une oeuvre qui reste résolument inclassable.

Au générique, on trouve notamment Peter Weller, qui refusa de reprendre son rôle d'Alex Murphy pour le troisième Robocop et préféra tourner dans cette adaptation, Ian Holm, Julian Sands, Judy Davis, qui incarne deux rôles, Roy Scheider, et Robert Silverman, un nom qui ne vous dira probablement rien et pourtant, on le retrouve dans beaucoup de long métrages de David Cronenberg, souvent dans de petits rôles, comme Chromosome 3, Rage ou Scanners.

L'histoire se déroule au début des années 50, et commence à New York. William Lee est un écrivain drogué incapable d'écrire une seule ligne. Pour survivre, il s'est trouvé un petit boulot d'exterminateur de cafards. Un jour, il découvre qu'il lui manque un peu de la fameuse poudre capable d'exterminer les animaux.

Il s'avère que c'est sa femme, toute aussi camée que lui, qui lui a piqué pour se shooter. Sur ses conseils, il commence à essayer le produit et les résultats se font rapidement sentir. William Lee devient alors la proie d'hallucinations multiples dont une où lui apparaît une créature bizarre baptisée le mugwump.

La curieuse bestiole lui parle alors d'un complot contre ce qu'il appelle l'international zone, lui demande de rédiger des rapports et conseille à William Lee de se méfier de son épouse, dont il doit impérativement se débarrasser dans les plus brefs délais.

Quelques heures plus tard, l'écrivain tue accidentellement sa femme en voulant jouer à Guillaume Tell, et décide de prendre la fuite à Tanger, là où il pense trouver l'international zone.

Il y rencontre notamment un couple très singulier, dont le mari est également écrivain, un dandy homosexuel, un jeune gay déjà croisé à New York. Sans oublier des machines à écrire vivantes et qui parlent par l'intermédiaire d'un curieux orifice.

Le Festin nu : photo David Cronenberg

Pour vous faire comprendre la particularité de ce film, imaginez que vous ayiez pris un substance assez forte pour vous procurer des hallucinations durant 1h40. Voila, en gros, à quoi ressemble Le Festin Nu, un véritable trip hors du réèl.

Comme pour le roman dont il s'inspire, David Cronenberg prend comme personnage central l'écrivain William Lee, qui s'avère être une représentation du véritable auteur du Festin Nu, William Burroughs.

Ce dernier s'est d'ailleurs largement inspiré de sa propre vie pour écrire son roman et les similitudes entre l'écrivain et son personnage sont nombreuses. Par exemple, Kiki, est en fait le pseudonyme d'un homme avec qui l'auteur a eu une relation amoureuse.

En ce qui concerne le film de David Cronenberg, le spectateur a le mérite d'être prévenu dès les premières secondes du film, qui s'ouvrent par cette phrase de William Burroughs : "Rien n'est vrai, tout est autorisé".

Et effectivement, on peut clairement se demander ce qui est vrai dans cette histoire. Hormis les deux amis de New York (et encore, ce n'est pas certain), il y a peu de chance que les autres personnages existent réellement en dehors des délires du personnage central.

D'ailleurs, David Cronenberg ne manque jamais une occasion de rappeler qu'on est bien dans la tête du personnage central, notamment dans une scène où deux amis de William Lee parviennent à lui prendre son sac.

Le Festin nu : photo David Cronenberg

L'homosexualité, qu'elle soit masculine ou féminine, tient une place particulière dans le film. On a, notamment,  le mugwump qui impose à William Lee de coucher avec des hommes, ou la femme mariée devenu une lesbienne docile quand ce n'est pas la machine à écrire elle même, qui gémit de plaisir sous les doigts de l'écrivain. 

Au niveau du casting, Peter Weller trouve là un de ses meilleurs rôles et aussi l'un de ses plus difficiles, tout comme Julian Sands, parfait en dandy séducteur, et Ian Holm qui ne peut vivre sans sa machine à écrire. Mais le plus surprenant vient de la prestation de Roy Scheider lors d'une scène absolument incroyable.

Il serait vraiment injuste de ne pas souligner le talent de Chris Wallas, qui s'illustre en créant un bestiaire de créature unique (la machine à écrire avec la verge qui pousse en son centre, Julian Sands devenue une créature cauchemardesque plantant ses pattes dans la tête d'une pauvre victime, etc...) 

Au final, Le Festin Nu constitue une expérience singulière dont on se remet difficilement, un film qui se vit bien plus qu'il ne se raconte, et une oeuvre complexe, insolite et curieuse. Un long métrage qui peut aisément se classer dans le haut du panier de la filmographie de David Cronenberg. Mais attention, si le voyage en vaut la peine, il ne plaira pas forcement à tout le monde, vous voila prévenus. 

Note : 16/20

 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines