Magazine Cinéma

Queen Kong

Publié le 22 avril 2014 par Olivier Walmacq

queenkongaff

genre: fantastique, parodie, comédie fantastique
Année: 1976
Durée: 1h25

l'histoire: Une équipe de tournage féminine voyage en Afrique. C'est alors qu'une femelle singe géante, Queen Kong, tombe amoureuse de la star masculine de l'équipe du film.  

La critique d'Alice In Oliver:

Lorsque le remake de King Kong sort en 1976, le film de John Guillermin engendre de nombreux avatars, entre autres, Le Colosse de Hong-Kong ou encore King Kong revient. Pourtant, toutes ces copies avariées laissent le producteur, Dino de Laurentiis, totalement silencieux et indifférent.
Seul le film Queen Kong, réalisé par Frank Agrama en 1976, provoque la colère et les foudres du célèbre producteur. D'ailleurs, Dino de Laurentiis attaquera le long-métrage en justice, l'accusant de mauvais plagiat.

Paradoxalement, Queen Kong n'a aucune prétention et appartient à ces nombreuses parodies qui jouent la carte du ridicule et de l'humour foireux. Il s'agit, ni plus ni moins, que d'un détournement du célèbre film de John Guillermin, visiblement peu apprécié par son producteur (donc le même Dino de Laurentiis, au cas où vous n'auriez toujours pas compris).
Pourtant, Dino de Laurentiis gagnera son procès et Queen Kong paiera très cher la facture. En effet, le long-métrage ne sortira qu'en Allemagne et en Italie. 

Queen_Kong

Ce qui explique pourquoi ce long-métrage est aussi méconnu et demeure une curiosité du nanar. Toutefois, aujourd'hui, Queen Kong est disponible en dvd. Néanmoins, le film sera resté anonyme pendant de très longues années.
On peut le considérer comme une sorte de Y-a-t-il un pilote dans l'avion ? avant l'heure. Par là, comprenez que Queen Kong n'est rien d'autre qu'une parodie volontaire. Pour le reste, le scénario du film ne fait que reprendre celui du remake de John Guillermin, à la seule différence qu'il inverse les rôles. 

Cette fois-ci, ce sont les femmes qui apparaissent comme le sexe fort, alors que les hommes sont jugés comme laches et faibles. Attention, SPOILERS ! Une équipe de tournage féminine voyage en Afrique. C'est alors qu'une femelle singe géante, Queen Kong, tombe amoureuse de la star masculine de l'équipe du film. Sinon, c'est tout ? Oui, c'est tout.
Inutile ici de regarder le scénario, pour le moins idiot. En dehors du film de John Guillermin, Queen Kong se moque également des Dents de la Mer avec un requin en mousse. 

vlcsnap-00019

La première demie heure est assez décevante et se contente de recycler des gags d'un goût douteux. En revanche, les choses s'accélèrent lorsque nos héros débarquent sur l'île. Enfin, le film accumule les séquences les plus insensées et propose même un combat entre la "Queen Kong" de service et un tyranosaure en plastique.
La "singette" géante est sans cesse tournée en ridicule, se casse régulièrement la figure. Le seul problème, c'est que le film tourne rapidement en rond et provoque surtout la consternation. En vérité, on se demande comment les producteurs ont pu financer une comédie aussi farfelue, qui relève évidemment du non sens et de l'absurdité la plus totale.
Encore une fois, Queen Kong apparaît comme une véritable curiosité du nanar. A ce titre, le film reste une petite rareté, que vous pourrez visionner en entier et en version originale non sous-titrée sur You Tube.

Note: je passe...
Note nanardeuse: 15/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines