Magazine Cinéma

Herbert Léonard "Demi-Tour"

Par Gjouin @GilbertJouin
Herbert Léonard
Herbert Léonard est de retour aux sources avec Demi-Tour, un album qu’il définit comme « un CD de rhythm’n’blues – du vrai, pas du R’n’B – la musique selon mon cœur ».Il ne faut pas oublier qu’avant de connaître un formidable succès avec des chansons d’amour dans les années 80, Herbert a longtemps pratiqué le rock’n’roll et le rythm’n’blues au sein de différents groupes puis en solo. Ce Demi-Tour qu’il opère près d’un demi-siècle plus tard est donc chargé de symboles. C’est pour lui un véritable bain de jouvence dans lequel il se plonge avec délices, uniquement « pour le plaisir ».
Cette musique lui colle à la peau. Avec sa voix chaude et veloutée, son swing musclé, il est fait pour elle. Herbert est un enfant nourri à la soul de la Motown et de la Stax. Il aime les rythmes syncopés, les guitares fluides et saturées, et les cuivres qui balancent.
Herbert Léonard
Le CD contient onze titres dont deux en anglais. Il s’ouvre et se termine avec Elle est divine, une très bonne adaptation de Keep On Running.Personnellement, j’ai un faible pour son interprétation de Teppaz Rock, une petite merveille de slow rock joliment écrit et truffé de délicieux « wap wap » de choristes qu’on dirait venues des Sixties… De toute façon, Herbert est redoutable dans les chansons lentes, dans les slows épidermiques, comme You Are So Beautiful et Si j’avais le courage avec leurs solos pleins de sensualité.Mais il est tout aussi à l’aise avec les titres qui pètent comme le trépidant Show Me, le très chaloupé Comme dans un rhythm’n’bluesoù il s’autorise un superbe dialogue avec les chœurs et une section de cuivres aux petits oignons, le vibrant hommage qu’il rend à Otis Redding dans Big O, la seule chanson inédite de cet opus, et le joyeusement tonique Une lettre (The Letter), qui tourne, tourne et avance tout le temps à un rythme effréné.
Herbert Léonard
On partage véritablement un chouette moment en compagnie d’Herbert Léonard. Cette musique est intemporelle, vivifiante, elle exhale la joie de vivre, elle nous fait inévitablement bouger les jambes et nous donne aussi une irrésistible envie de revivre les langoureux slows de papa si générateurs d’idylles et responsables quelque part, il faut bien le reconnaître, du fameux baby boom…Il y a des Demi-Tours qui font vraiment du bien !

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gjouin 18712 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines