Magazine Cinéma

Revue de livres sur le 7ème art spécial Festival de Cannes

Par Filou49 @blog_bazart
14 mai 2014

Comme j'ai eu tendance à le faire lors des éditions précédentes, je profite de cette période du Festival de Cannes qui s'ouvre ce soir pour vous faire une petite revue de livres sur le 7ème art . Ce sont tous des ouvrages qui faisaient partie de ma bibliothèque et que j'ai eu l'occasion de parcourir et même de dévorer  ces dernières semaines. Des livres dissembables par la forme, le contenu et l'auteur, mais qui m'ont tous semblé très passionnants à lire.

1. Premières séances; Patrick Besson ( Fayard)

premieresseances
Grand Prix du roman de l’Académie française pour Dara, Prix Renaudot pour Les Braban, Patrick Besson est  plus connu pour ses experiences de romancier que pour son coté cinéphile. Et pourtant, Patrick Besson- à ne pas confondre avec  son collègue Philippe Besson  a tenu pendant près de 10 ans  une tribune consacrée au cinéma dans VSD, mais comme je ne lis pas cette revue, je n'avais jamais eu l'occasion de voir ce que donnait Besson en journaliste cinéma. Heureusement, grâce à  Premières séances, mon tour du monde du cinéma, paru chez Fayard en ce début 2014, sont  rassemblées 438 critiques de films  publiées en cette occasion.

Nanars, reprises, séries B, blockbusters, films d’animation : toutes les formes et tous les genres défilent dans  ce qu'il appelle son tour du monde, puisque les films en question viennent de France, des Etats-Unis, de Thaïlande, d’Angleterre, d’Israël, de Corée, du Mexique, de Russie, d’Argentine, de Belgique, du Liban, d’Espagne, d’Irlande, d’Italie, d’Allemagne, de Serbie…

«Mon tour du monde du cinéma» m'a un peu fait penser au dictionnaire chic du cinéma d'eric Neuhoff que j'ai chroniqué récemment. Comme Neuhoff, Besson partage une vraie plume, une même façon de se mettre en scène avec un certain humour, et une même approche du cinéma, moins portée à gauche que la presse que je lis, et cela se ressent dans les films qu'ils préfèrent. Loach et Guédigian sont plus souvent éreintés que dans Telerama, et d'autres comme Ridley Scott sont bien mieux traités.

L'exercice m'a de toute façon passionné, j'adore l'exercice de la critique cinéma et j'ai vu une très grande partie des films chroniqués, donc le bouquin m'a permis de me refaire un petit bilan cinéma à l'aune de ses critiques.

Cependant si l'on sent que l'auteur possède dans des écrits une liberté de ton plus grande que la majorité des journalistes cinéma mais j'avoue que la mauvaise foi de Besson m'a souvent irrité. 

On sent notamment une aigreur face à ses collègues écrivains ( Philippe Claudel, Eric Emmanuel Schmitt et même le maitre Philip Roth sont descendus en flamme), et le type garde un côté donneur de leçons que j'avais déjà ressenti sur les plateaux télé et qu'on ressent tout du long de ces premières séances, qui de plus, ne possède pas de tables de matière à la fin pour ceux qui auraient aimé piocher sur une chronique d'un film en particulier.

2. Les trésors de Bruce Lee, Hors Collection

brucelee
Vous le savez, je ne suis pas forcément un passionné de cinéma asiatique et d'arts martiaux, mais cela ne m'empeche pas de vouloir en savoir plus sur les légendes qui ont faconné ce cinéma là.

 Et parmi ces grands noms, celui de Bruce Lee est certainement la plus emblématique ant c'est une icône mondiale du cinéma.  Bruce Lee est une légende. Acteur, réalisateur, écrivain, philosophe, on lui doit en grande partie la popularisation des arts martieux asiatiques en Occident.

40 ans après sa mort mystérieuse, cet album officiel, publié en octobre 2013 chez Hors Collection, nous raconte son histoire, avec de nombreux documents inédits et des fac-similés exceptionnels.

Ce livre officiel, préfacé par la fille de Bruce Lee, Shannon Lee, et de tous ses documents ont été préparés et rassemblés par Paul Bowman, professeur à l'université de Cardiff, en Grande-Bretagne. Devenu spécialiste du phénomène Bruce Lee, Bowman a écrit plusieurs ouvrages et de nombreux articles sur le maîtres des arts martiaux. 

Le livre contient un ensemble de documents rares et de photographies jamais publiées auparavant, ainsi que des fac-similés inédits : affiches de films originales en grand format, lettres manuscrites, photographies d'entraînement, chorégraphies de combat de la main du maître, notes de tournage, etc. Un ensemble exceptionnel pour mieux connaître l’homme et sa légende.

Voici un bien bel objet  incroyablement fourni en documents de toute sorte Plus qu'un simple livre, on a affaire un véritable coffret composé de l''intégrale des affiches des films ,dans leur version originale vaut le détour.  Ce coffret exceptionnel propose des photos inédites et des documents rares: des lettres et des poème, des croquis, ainsi que des notes personelles. Tous ces éléments se conjuguent pour faire revivre sous nos yeux le mythe du Petit Dragon.

3. Histoire du cinéma français, des origines à nos jours ( Nouveau Monde Editions)

histoire cinema
Dans tous les livres sur le cinéma que j'ai pu lire depuis que j'ai un blog et une rubrique régulière consacrés aux ouvrages sur le 7ème art, je n'avais encore eu peu l'occasion de découvrir un panorama  complet de l'histoire du cinéma françai.

En voilà un , écrit par René Prédal, professeur d'études cinématographiques (histoire et esthétique) et très grand connaisseur du cinéma français, paru aux Nouveau Monde éditions, là encore à la fin 2013.

Pour Prédal, chaque année, le cinéma français produit une vingtaine d'oeuvres de grande valeur, soit plus de 2 000 films depuis les origines. C'est d'abord l'histoire de ces oeuvres que l'on trouvera ici ( et recensés également à la fin du livre dans une liste de 10à 15 films français à retenir chaque année).

Mais Prédal nous relate plus globalement aussi les grands courants artistiques, le contexte politique, économique et sociologique d'un cinéma français en perpétuelle réinvention.

Cet ouvrage  a le grand avantage d'être ehxaustif et d'être accessible à tous, néophytes ou grand connaisseur du cinéma français, même si le coté un peu érudit de certains passages pourrait parfois perdre les lecteurs trop novices.

Ce qu'il y a de plus interessant dans cet ouvrage, c'est à quel point l'auteur est  positif et rejete cette théorie qu'on entend un peu partout comme quoi le cinéma français serait en déclin.du déclin. Prédal prend soin de ,  mettre en valeur les richesses connues ou moins connues de chaque époque, et prend parti au sein de la production la plus récente pour les jeunes cinéastes qui pourraient s'affirmer comme les prochains «grands». Bref,un livre passionnant et optimiste, on prend forcément!!

 4. Mireille Darc, Une femme libre de Richard Melloul ( ed Flammarion/Pop Culture)

darc
Je connais assez peu la carrière de Mireille Darc, actrice certes mythique des années 60-70, mais qui n'est pas vraiment de ma génération pour que je connaisse avec attention son parcours et sa vie privée. Pour moi, Mireille Darc, si on met de coté son rôle de vamp  à fameuse robe noire moulante au décoletté dorsal vertigineux porté dans "Le grand blond avec une chaussure noire", c'était surtout l'actrice des "Coeurs brulés", la saga de l'été de TF1 de ma jeunesse ou alors la réalisatrice de documentaires féministes engagés comme un étonnant sur la prostitution.

Autrement dit, ce livre, intitulé " Mireille Darc, une femme libre", paru chez Flammarion en novembre 2013 arrivait à points nommés pour que je me fasse une autre opinion sur cette actrice qui fait mine de rien partie du patrimoine du cinéma français.

Après trente ans de complicité et de photographies ensemble, Mireille Darc se confie à Richard Melloul, son ami et photographe, dans cette autobiographie exclusive en images. Née d'un père jardinier et d'une mère épicière, Mireille Darc "monte" à Paris en 1959 pour tenter sa chance en tant que comédienne. Après avoir donné la réplique à Jean Gabin dans Monsieur, elle explose au cinéma en 1963 aux côtés de Louis de Funès dans Pouic-Pouic.

Dans cette biographie en images réalisée avec le photographe et ami Richard Melloul et commentée par l'actrice, Mireille Darc se livre comme rarement. Elle y raconte bien sûr ses premiers pas au théâtre, à la télé et au cinéma, et lève le voile ce faisant sur les coulisses de sa carrière et mais aussi sur nombre de blessures intimes. Elle revient notamment sur son enfance triste et difficile (avec des doutes liés à son père, qui tentera de se suicider sous ses yeux),sur ses complexes d'adolescente, son éducation sexuelle particulière, sur sa rencontre et sa vie avec Alain Delon, ainsi que sur sa seconde et toute récente opération du coeur et les visions de cauchemar qu'elle a enduré à l'hôpital.


Icône sexy et glamour, Mireille Darc a symbolisé la femme moderne française des années soixante-dix. Depuis, elle a réalisé de nombreux documentaires sur des sujets difficiles et s'est investie dans des initiatives caritatives.

Bref, cet ouvrage illustré de plus de 200 photographies cultes, rares ou inédites, reste parfois un peu trop à la surface des choses et qui vire aussi un peu trop à l'hagiographie, mais qui permet à coup sur d'apprendre pas mal de choses pour les fans de cinéma qui comme moi, connaissait mal Mireille Darc.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Filou49 15144 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines