Magazine Concerts & Festivals

Billy Cobham - Spirit of '66, Verviers, le 27 mai 2014

Publié le 27 mai 2014 par Concerts-Review

Par Mitch ZoSo Duterck

10155896_10152459844689301_2949629966145047748_n.jpg

Billy Cobham - 2014.05.27 - Spirit of '66, Verviers (BEL)
Line up :
Billy Cobham : drums
Michael Mandesir : bass
Christophe Cravero : keyboars - violin
Marco Lobo : guitars
Camelia Ben Naceur : keyboards

10367814_10152459844734301_7715023017297310175_n.jpg

Hier soir à Verviers, une légende vivante du jazz et de la fusion occupait le centre de la scène. Agé de 70 ans depuis le 16 mais dernier, monsieur Billy Cobham en personne nous rendait une visite de courtoisie.
Connu au début des années 70 comme batteur au sein du Mahavishnu Orchestra de John MacLaughlin, Billy né au Panama va connaître une carrière époustouflante et ce, au niveau mondial.
Il jouera non seulement pour quelques albums avec Mahavishnu mais aussi avec l'immense Miles Davis ou encore Santana, Peter Gabriel, Tommy Bolin (Deep Purple, James Gang) et Jeff Beck. Très actif au niveau de sa carrière solo qui compte pas loin de 35 albums dont 4 sortis la même année (1977) ce qui doit constituer un record, on peut en arriver à se demander quand il se repose.
Autre interrogation, que vaut-il encore à 70 ans?

 Réponse dès les premières notes du concert, Billy reste le batteur flamboyant qu'il a toujours été. C'est une sommité dans son art qu'il dispense avec beaucoup de modestie. Assis derrière les fûts de sa batterie Evans.
Il arrive presque à faire parler son instrument, aussi rapide sinon plus encore que ses musiciens quand ils partent en solo, la frappe de l'homme est diabolique de précision, tant en puissance qu'en retenue. On prend une leçon sous forme de baffe et heureusement que je suis bien assis. C'est le genre de musicien qui vous fait douter de vos possibilités techniques, l'espace d'un instant, on en arrive à se demander si il ne vaudrait pas mieux laisser tomber pour devenir assistante de direction, secrétaire économe ou aspirant gagnant au Lotto.
C'est net, précis, irréprochable, c'est du jazz comme on l'aime et aucun des 4 musiciens qui l'accompagnent n'est en reste non plus. Donc quand ça part en solo, on écoute, médusé, bouche ouverte, presque en apnée. Le concert est exclusivement axé sur "Tales From The Skeleton Coast" le dernier album en date dont nous découvrirons l'intégralité ou presque.

10426641_10152459844819301_4297570456160973978_n.jpg

1958503_10152459844829301_7422518592798904163_n.jpg

Billy nous gratifiera de deux passages solo qu'on oubliera pas de sitôt et avant de partir, on aura droit au célèbre "Stratus" extrait de l'album "Spectrum" où on retrouve Tommy Bolin. En un peu plus d'une heure trente, maître Cobham nous a rappelé qu'il restait l'un des plus grands batteurs de tous les temps, au cas où on l'aurait oublié. 

Bravo!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Concerts-Review 34816 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte