Magazine Cinéma

Les orques, la captivité et Blackfish

Par Roza2kincaid @RozaKincaid
Bonjour à tous !
Je suis navré du manque d'articles la semaine dernière (voir même de l'absence d'article) mais la semaine a été dure et assez largement occupé, que j'ai pas pris le temps d'écrire un peu. Néanmoins, cette semaine, on reprend comme d'habitude et le lundi c'est le jour de la réflexion.
Ces dernières semaines je n'avais pas eu trop d'idées, pour ne pas dire pas du tout mais je me suis intéressé de près aux orques (ou du moins réintéressé) et bien sûr c'en suis rapidement le grand débat de la captivité, le fameux documentaire Blackfish, les accidents de soigneurs, etc, etc...
Les orques, la captivité et Blackfish
Alors je suis consciente que je vais peut être même très probablement me faire jeter des pierres, j'en suis consciente mais je n'ai à priori rien contre tout ça.
Commençons par exemple par une brève présentation de ce qu'est une orque.
L'orque ou épaulard (Orcinus orca) est une espèce de mammifère marin du sous-ordre des cétacés à dents, les odontocètes. Elle a une répartition cosmopolite ; elle vit dans les régions arctiques et antarctiques jusqu'aux mers tropicales. Son régime alimentaire est très diversifié, bien que les populations se spécialisent souvent dans des types particuliers de proies. Certaines se nourrissent de poissons, tandis que d'autres chassent les mammifères marins tels que les lions de mer, les phoques, les morses et même de grandes baleines. Les orques sont considérées comme des superprédateurs. Les orques sont fortement sociales ; certaines populations sont composées de plusieurs familles matrilinéaires qui sont les plus stables de toutes les espèces animales. Les techniques de chasse sophistiqués et les comportements vocaux, qui sont souvent spécifiques à un groupe particulier et sont passés à travers les générations, ont été décrits comme des manifestations culturelles. L'Union internationale pour la conservation de la nature évalue actuellement le statut de conservation de l'orque comme « données insuffisantes » en raison de la probabilité que les types d'orque soient des espèces distinctes. Certaines populations locales sont menacées ou en voie de disparition notamment à cause de la disparition de leur habitat, de la pollution (par les PCB), de la capture des mammifères marins et des conflits avec les pêcheries. Les orques sont très présentes dans les mythologies des cultures autochtones, avec leur réputation allant du protecteur d'âmes humaines à celle de tueur impitoyable.
Tout ça, dixit Wikipédia.

Les orques, la captivité et Blackfish

Un jolie sourire de Trua de Seaworld Orlando

Je vous explique mon point de vue. Concernant les aquariums, les parcs aquatiques etc... Que celui qui n'est jamais venu voir des animaux dont on ne connaît que le nom et l'image approximative, me jette la première pierre. Honnêtement, on s'est tous ébahi devant les animaux marins dans les aquariums qu'on se proclame anti captivité ou pas. Alors je trouve que c'est trop facile de suivre le mouvement général alors que vous réprimez au fond de vous que vous allez au zoo tous les étés, au Pal pour voir le spectacle des otaries ou au Marineland pour nager avec les dauphins parce que c'est votre rêve de gosse. Tout ça pour vous donner bonne conscience et ne pas avoir à vous justifier en face de gens qui n'ont pas la même opinion que vous, c'est vraiment petit et lâche.
Concernant la captivité, je pense que l'idée de base ne visait pas à mal. Souvent la captivité, c'est le seul moyen qu'on a de protéger des espèces en voie de disparition. Je ne dis pas que c'est forcément bien de le faire, c'est comme si on vous disait de rester dans votre chambre toute votre vie, vous avez juste le nécessaire pour vivre mais pas les loisirs mais ça a quand même ces petits avantages scientifiques. Ça a notamment permis de comprendre beaucoup de choses, de comportements, des données que seuls les scientifiques comprennent j'imagine. Des choses qu'on ne peut pas forcément observer dans la nature. Je pense que la chose qui me dérange vraiment c'est les captures dans la nature, ça c'est barbare je suis d'accord surtout dans le cas des orques où les structures et les attachements sociaux sont très importants pour le développement des individus. La capture, ça c'est la torture, à côté je trouve que la captivité c'est quand même un promenade de santé, on ne bat pas les animaux, on ne leur fait pas de mal, ils sont nourri à leur faim, ils ont des conditions quasi optimales si ce n'est l'espace de vie j'ai envie de dire. Alors d'accord, on les donne en spectacle, c'est pas bien, bla bla bla mais encore une fois arrêtez de vous cacher derrière votre pseudo activisme, votre pseudo statut d'avocat des bêtes, vous êtes tous allé au moins une fois dans un parc, un zoo ou quoi que ce soit de ce jour. Mais si on relâche ces bêtes, qu'est ce qu'il va advenir d'elles hum ? Le peu de spécimen qui viennent des captures ont quitté l'océan à à peine 1 an, les autres sont nés en captivité et ne connaissent rien de la nature. Est ce que vous avez pensé à ce que ça donnerait ? Des animaux qui n'arriveront pas à se nourrir, qui vont bouger seul et quand on sait que les orques ont besoin de contacts sociaux avec leurs pairs, c'est moche. Ce serait les donner en pâture que de les libérer maintenant. Et la réhabilitation n'y changera pas grand chose, désolé de vous décevoir.
Mais bien sûr ce qui a fait le plus de bruit et pas forcément du « vrai » bruit c'est le fameux documentaire Blackfish. On dit qu'il faut le voir et faire ses petites recherches personnelles par la suite pour se faire une vraie idée du problème. C'est presque ce que j'ai fait, j'ai vu plusieurs morceaux du film (pas tout, je suis pas fan de ce genre de film exposition), j'ai fait des recherches, j'ai regardé des vidéos pour et contre et je me suis fait mon avis.

Les orques, la captivité et Blackfish

Oh mon beau Tili

Et désolé pour tous les contributeurs de Blackfish mais je ne suis pas d'accord. Je ne ferais pas partie de tous ces moutons qui se trouvent un âme d'activiste en ayant regarder juste un documentaire qui ne montre qu'une seule vision de la question en poussant aux extrêmes. Je ne vais pas dire que je suis d'accord avec ce qui est dit parce que c'est à la mode de dire qu'on se proclame avocat des animaux en captivité ou pour me coucher le soir en ayant la conscience tranquille.
Je suis d'accord sur quelques points. La capture dans la nature, c'est moche et je suis totalement contre. Les programmes d'insémination entre parcs, c'est pas ce que je préfère. Je veux dire d'accord on veut avoir des spécimens nés en captivité mais ne doit on pas laisser toute cette logistique entre les mains de la nature ? Bref.
Mais pendant mes recherches je suis tombé sur plusieurs incohérences concernant le film. Tout d'abord comme l'ont montré et prouvé de nombreuses personnes, Blackfish est un film qui ne contient qu'un seul point de vue. Quand on veut créer un vrai documentaire, de la même manière que quand on écrit un dissertation, il est plus intéressant de développer plusieurs arguments selon plusieurs points de vue avant de démontrer son propre avis pour conclure. Or Blackfish se contrefiche de cette nécessité, quitte à détourner les propos recueillies auprès d'anciens soigneurs et j'en passe. De plus, comme l'a très bien expliqué Kyle Kittleson, le film est fait pour choquer, on montre les images chocs pour faire compatir le spectateur. J'ai envie de dire : bien joué, c'est une très bonne manœuvre de psychologie pour obtenir des réactions directes et inéchangeables. Mais ce n'est pas forcément les réactions qui auraient obtenu si le film avait été réalisé de manière réglo.
Les orques, la captivité et Blackfish

De plus le film comporte des erreurs. Prenons l'exemple quand une ancienne soigneuse parle de la première fois qu'elle a nagé avec un orque. Le truc c'est que la vidéo montrée n'est pas la sienne ! C'est pas elle dessus, on a volé cet instant précieux à quelqu'un ! De même, il a été prouvé que les fameux anciens soigneurs n'ont pour la plupart jamais travaillé avec Tilikum, responsable de la mort de la soigneuse Dawn Brancheau. Comment peuvent-ils discuter sur cet orque sans le connaître vraiment ? On parle pas de quelque chose qu'on ne connaît pas non ?
Il y aurait encore tellement à relever mais n'hésitez pas à regarder l'interview réponse de Kyle Kittleson sur Youtube, c'est très intéressant ce qu'il y raconte.
http://greenglobaltravel.com/wp-content/uploads/dawn_Brancheau.jpg

Pour ce qui est du manque de respect à la mémoire de Dawn je ne sais pas quoi dire si ce n'est imaginez-vous à la place de sa famille, ils éprouvent encore de la douleur parce qu'une des leurs leur a été enlevé bien trop tôt. Ce n'est la faute de personne, elle connaissait Tili, elle connaissait les risques de son métier. Je pense que c'est un malheureux concours de circonstances et comme beaucoup j'aurais aimé que ça n'arrive pas. Et je trouve que Blackfish salit sa mémoire. Oui. Comme l'a dit sa famille, pensez vous honnêtement que si ces orques étaient si mal traités, si mal en point, elle qui adorait les animaux, serait resté travailler à Seaworld pendant plus de 15 ans ? Je veux pas m'étendre sur le sujet mais c'est une honte d'utiliser la mort de quelqu'un pour se faire une petite pub.
En conclusion, non je ne suis pas contre les parcs aquatiques. Je vais me cacher, j'aime pouvoir voir ces animaux de plus près et je trouve que c'est aussi intéressant pour les enfants, ils découvrent, ils ont envie de protéger ces créatures, ils développent un amour pour elles. Ça c'est beau.

Les orques, la captivité et Blackfish

Sourire de Kasatka, Kalia et Nakai!

Les orques, la captivité et Blackfish

Et un coucou de Trua, Makaio, Malia et Nalani!

Les photos de cet article proviennent essentiellement de Deviantart si toutefois, votre photo y apparait, merci de laisser un commentaire que je vous crédite!

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Roza2kincaid 89 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte