Magazine Culture

Fuel to Fire

Publié le 29 juin 2014 par Polyphrene
Do you want me on your mind?Or do you want me to go home?It might be yoursIs as sure as I can sayBut can't be far awayOoooohOooooh
Roses on paradeThey follow you aroundUpon your shoreIs as sure as I can sayBut can't be far awayOoooohOooooh
Like fuel to fire
To the town we'll goAnd to your hideawayWhere the towers growGone to be far awaySit quietlyAlone.
Eyes want to cryAnd doThey undo?Upon your shoreThen as sure as I can sayBut can't be far away
Oh, what a dayTo chooseTorn by our worldAll that is safeTo youIs like fuel to thefire
To the town we'll goAnd to your hideawayWhere the towers growGone to be far awayNever do we knowNever do they give awayWhere the towers growOnly you will lead usthere
Sit quietlyAloneSit quietlyAlone.
Fuel to FireTant de douceur, tant de délicatesse, pour chanter l’amour qui brûle et consume !Et la passion qui fait voir le soleil au fond de la nuit, les fleurs sur le béton des villes, la paix dans le tumulte de la foule…L’amour qui fait voir au-delà des chosesMais aussi l’amour qui fait souffrir au-delà de tout.Les yeux qui attendent un regard…Le cœur qui espère la chaleur…L’âme qui voudrait espérer…Agnes Obel vous chante tout cela à l’oreille, et sa voix vous fait frissonner comme un courant d’air frais au cœur de la nuit.ALN
L’Huile sur le Feu
Me veux-tu dans tes penséesOu veux-tu me renvoyer ?Comme il te plaitC’est ce que j’en dis, du moinsOu ça n’en est pas loinOoooohOooooh
Des roses bien sagesTe suivent en cortègeSur ton rivageC’est ce que j’en dis, du moinsOu ça n’en est pas loinOoooohOooooh
Comme l’huile sur le feu
Nous irons en villeNous cacher dans ton coinOù les tours s’empilentPour s’en aller au loinAssieds-toi seulTranquille
Les yeux veulent pleurerQue peuvent-Ils changer ?Sur ton rivageC’est ce que j’en dis, du moinsOu ça n’en est pas loinOoooohOooooh
Oh, quelle journéePour choisirNos mondes nous déchirentCe qui est sûrPour toiEst comme l’huile sur le feu
Nous irons en villeNous cacher dans ton coinOù les tours s’empilentPour s’en aller au loinQuand cèderont-ils ?Nous n’en saurons jamais rienToi seul peux nous y conduire
Assieds-toi seulTranquilleAssieds-toi seulTranquille

(Traduction – Adaptation : Polyphrène)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Polyphrene 49 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines