Magazine Culture

All eyes on… Anjuli Stars

Publié le 07 septembre 2014 par Urbansoul @urbansoulmag

For the English version, click RIGHT HERE.

Ayant décidé de réserver ma grande escapade au soleil pour l’hiver, j’ai profité des journées pluvieuses d’été pour rattraper mon retard sur ma liste de films à voir (qui a considérablement été réduite et affiche désormais « plus que » 84 longs-métrages), sur mes séries… et puis pour me trouver une nouvelle télé-réalité parce que ce serait dommage de se priver de son péché mignon préféré après tout. Je me suis très rapidement jetée sur Make or Break: The Linda Perry Project sur la chaîne américaine VH1 après avoir eu écho de la participation des soeurs VanJess. Et, ça me fait un peu mal au coeur de le dire, mais elles ont très vite été éclipsées par une jeune femme dont le nom tutoie déjà les étoiles (et dont le prénom est l’un de mes préférés de tout l’univers) : Anjuli Stars. « Chanteuse, rappeuse, auteur, musicienne, poète » : voilà comment cette native de Miami d’origine cubaine se décrit sur sa page Facebook et croyez-moi, elle n’exagère absolument pas. Présentée comme une rappeuse au début de l’émission, j’ai été bluffée par sa maîtrise du freestyle mais ça c’était avant de la voir devant un piano, puis une guitare à la main. Et c’est en chantant qu’elle m’a achevée.

Avec un papa percussionniste et chanteur, Anjuli tombe dans le bain musical dès ses 5 ans. À 11 ans, elle apprend le piano, à 13 ans, elle écrit ses premiers textes et à 17 ans, elle se met au rap et gagne en outre le télécrochet Showtime at The Apollo (où sont également passés son idole Lauryn Hill, Luther Vandross et NeYo) à trois reprises. En 2003, elle décroche une bourse pour étudier à Berklee les programmes music business et songwriting et deux ans plus tard, toujours sur les bancs de l’école, elle se voit offrir l’opportunité de collaborer avec Pitbull (305, dale!). « J’avais fait une mixtape rap sur laquelle il y avait la chanson Raindrops, une ballade acoustique. Elle a atterri entre les mains de l’une des amies de Pitbull qui a dit ‘Wow, cette fille est incroyable’. Il a remixé le morceau avec les Diaz Brothers et il est apparu sur l’album [El Mariel] un an plus tard environ. Je n’ai pas forcé les choses. L’opportunité m’est juste tombée dessus », racontait-elle au Miami NewTimes en 2012.

Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, Anjuli Stars a également l’occasion d’être choriste pour Marc Anthony, Paulina Rubio et Laura Pausini, de se produire en première partie de Lil Kim, Young Jeezy et Lil Wayne à Miami en marge des MTV VMA en 2005 mais aussi de se rendre au Jazz Q Festival de Saint-Pétersbourg en Russie en 2006. Une fois diplômée, elle devient barmaid et serveuse avant d’envisager sérieusement de poursuivre une carrière musicale en 2011. « On m’a proposé quatre contrats avec des labels indépendants différents. Mais j’ai décidé de garder tout le contrôle créatif, de rester complètement indépendante et de lancer mon propre label South Dade Records », a-t-elle expliqué. Elle sort ainsi les mixtapes Starvation Volume I & II, toujours disponibles sur sa page Bandcamp. En 2013, elle collabore également avec ses amis du groupe hip-hop ¡Mayday! sur le titre Mortuary Mary.

Et puis est arrivée la bonne fée Linda Perry, ex-chanteuse des 4 Non Blondes à l’origine des hits Get The Party Started de Pink, Beautiful et Hurt de Christina Aguilera, What You Waiting For? de Gwen Stefani ou encore Superwoman d’Alicia Keys. Celle-ci a mis en place cette année sa propre télé-réalité afin de chercher un artiste authentique à signer sur son label Custard Records, sur lequel est signé James Blunt. Et c’est grâce au sublimissime Fish in the Water qu’Anjuli a réussi à attirer son attention.

« Elle m’a trouvée sur Twitter, a révélé Anjuli au Miami NewTimes dans une nouvelle interview cet été. C’est dingue comme histoire mais elle avait lancé un message disant qu’elle voulait entendre des artistes indépendants et je lui ai envoyé mon titre Fish in the Water où je joue du piano et chante, et elle m’a tweeté ‘J’aime ta voix’. Je l’admire beaucoup pour son travail avec Pink, Christina Aguilera et Gwen Stefani donc j’étais surprise qu’elle ait dit ça mais je ne pensais pas que quoi que ce soit en découlerait. Deux semaines plus tard, VH1 me contactait : ils faisaient des castings pour une nouvelle émission où les seules conditions étaient de jouer d’un instrument de musique et d’écrire ses propres chansons. » Il était donc hors de question d’utiliser son ancien matériel : tous les jours, les candidats devaient écrire de nouveaux textes qu’ils travaillaient avec Linda Perry et ses musiciens en studio, en ayant souvent recours à l’improvisation, une méthode chère à la productrice qui mettait un point d’honneur à ce que ses talents lui délivrent une pure émotion. Et de l’émotion, Anjuli en avait à revendre et elle a encore donné en apprenant sa victoire que j’ai regardée les larmes aux yeux, après avoir effectué une performance exceptionnelle avec son morceau Open The Door, interprété avec la complicité d’une chorale gospel. Malheureusement, la version de l’EP de l’émission ne contient pas les choeurs puissants d’une chorale mais ceux plus édulcorés de Linda Perry et le résultat a selon moi un peu moins d’impact.

Anjuli Stars n’est pas la seule à avoir décrocher un contrat avec Linda puisque Candice Martello (jadis membre du duo punk Omar qui a été séparé pour faire de Candice une artiste folk solo) est la seconde gagnante du programme. Toutes deux prévoient d’ailleurs de collaborer sur une chanson.

Depuis la fin de l’émission, Anjuli a quitté Miami pour Los Angeles où elle travaille main dans la main avec Linda Perry à l’écriture de son premier album. « Vous pouvez vous attendre à de la bonne musique, de l’émotion et de la sincérité, a-t-elle annoncé à VH1. Pour l’instant, tel est mon objectif. Je n’aurais jamais pensé que les gens connaitraient mon nom grâce à la télévision plutôt que grâce à ma musique mais c’est juste une partie de mon histoire. Je suis impatiente de montrer mon talent aux gens car j’ai beaucoup travaillé pour le cultiver pendant toutes ces années. Je suis un auteur dans l’âme et tout ce que je veux, c’est partager mes propres expériences personnelles. Je voudrais vraiment être un exemple positif pour les femmes et les jeunes filles. Je veux que les gens se sentent inspirés par ce que je crée. »

Aimez Anjuli, suivez Anjuli.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Urbansoul 6753 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines