Magazine Conso

Comment la grossesse m’a fait accepter mon corps?

Par Charlotte @LSTBlog

Drôle de question pour un article très personnel aujourd’hui mais j’avais envie de partager cela avec vous.

Attention… Roman… Par où commencer?

J’avais très peur des transformations de mon corps pendant la grossesse, je ne les ai d’ailleurs pas très bien vécues au début, même si j’ai mis du temps à prendre un vrai ventre de femme enceinte, l’épaississement de la taille a été le plus dur à vivre. Ne pas se sentir encore grosse et pourtant ne plus porter ses jupes favorites. J’ai pris 10 kg que j’ai perdu rapidement, il est peut être malvenu de se plaindre mais je pense que chacun vit sa transformation différemment, et même si je n’ai pas beaucoup pris je savais que ce moment serait compliqué.

En effet, il y a plusieurs années, 6 exactement, je pesais 10 kg de plus… Je me détestais, et un jour, en rentrant d’un voyage en Angleterre, plein de junk food, je me suis vue en photo et j’ai décidé de me prendre en main et de perdre ces 10 foutus kilos. Mon amoureux, mari d’aujourd’hui, m’a énormément aidé dans mon régime et ma transformation, ainsi que le régime de ma nutritionniste. Je n’étais pas vraiment grosse, mais j’étais potelée, rondelette on dira. Au bout d’environ 8 mois, mon objectif était atteint, les 10 kilos étaient partis et moi je devais me ré-approprier ce corps, que je n’avais pas vu depuis longtemps.

J’étais très fière de moi, je me savais fine en essayant des vêtements, j’avais perdu 2 tailles de fringues, voire 3 parfois dans certaines enseignes, j’aimais ça. Seulement, quand on fait un régime, celui-ci était encadré, il a duré longtemps (ça me fait bien rire d’ailleurs les 4kilos en 3 semaines des magazines féminins… bref) , et bien je trouve que l’on a du mal à se voir telle que l’on est. C’est vrai que les premiers kilos sont partis vite, mais sans transformation réelle de mon corps, les derniers par contre ont été les plus efficaces sur ma silhouette. Mais, moi dans ma tête j’étais toujours rondelette, je ne m’aimais pas vraiment, sauf mes jambes. Je portais d’ailleurs essentiellement des robes qui mettaient cet atout en valeur et cachaient habilement fesses, hanches, ventre, poitrine et taille. Je n’avais aucun plaisir à porter des pantalons, évidemment j’en portais car c’est pratique parfois et j’aime ça (sur le cintre et sur les autres) mais je détestais me voir dans le miroir : tout était toujours gros.

Cette image de moi je l’ai gardé, longtemps, jusqu’au début de ma grossesse.

Là, la joie d’être enceinte, la joie d’attendre un petit bébé mais la peur, la peur de redevenir comme avant, de devoir refaire un régime pour perdre 10kg. J’étais apeurée rien qu’à l’idée d’imaginer retrouver ce corps avec 10kg de plus mais aussi rassurée de savoir que 10kg je les avais déjà perdus une fois, je saurais le refaire. La peur d’être grosse comme j’ai longtemps dis enceinte. Je scrutais mon visage à la recherche du moindre signe de prise de joues, de double menton (je faisais des exercices de gymnastique faciale pour les éviter, RI-DI-CU-LE), les cuisses, les hanches, les fesses, les bras, tout sauf ce que je ne pouvais évidemment maîtriser : mon ventre et ma poitrine. J’avais peur de l’irrémédiable, prendre 10 kg, accoucher et les garder comme si en fait ce bébé n’allait rien peser, cette eau allait partir mais se transformer en graisse. J’ai, du coup, je l’avoues ,surveillé mon alimentation mais avec un suivi médical également et de bons conseils. Ma généraliste connaissant mon rapport délicat à mon corps m’a donné les clés pour garantir tout le nécessaire à bébé, mais manger équilibré et surtout éviter le « grosse pour grosse je finis le pot de Nutella ». Alors attention ne lisez pas dans ces lignes une quelconque propagande anti gros bidou, je ne dis absolument pas qu’il faille faire un régime pendant sa grossesse ça serait bien trop dangereux. J’ai mangé de tout en quantités normales, voire parfois excessives, je ne me suis pas privée de chocolat, ni de mac do, je mangeais des féculents à chaque repas, du fromage, du pain, des gressins avec du nutella quand juste cela passait en période de nausées etc… Mais j’ai fait attention, je ne faisais pas viennoiseries le matin, mac do à midi, paquet de biscuits au goûter et pizza le soir. Et surtout j’ai largement miser sur les sucres lents, fruits et légumes.

Pendant ces 9 mois, mon corps s’est transformé, comme je vous le disais plus haut, le début a été le plus difficile finalement, être enceinte mais perdre juste sa taille et avoir une poitrine de mama italienne ça transforme considérablement le reflet dans le miroir. Quand le bidou a commencé à vraiment se rendre visible, là aussi j’étais dans cette phase d’entre-deux, je ne m’aimais pas je me trouvais moche. Et finalement, les derniers mois, c’est là que je l’ai le plus accepté, il était là, gros, rond, mais honnêtement je le trouvais presque mignon, moi la psychorigide de la prise de poids (et qui ne se retournait jamais sur un ventre de femme enceinte) et du changement de silhouette, je m’y suis faites, j’étais enceinte! Enfin! Si je puis dire.

L’accouchement est arrivé, ce ventre qui se dégonfle mais reste toujours un peu là pendant quelques jours et semaines mais finalement qui habillé il faut le dire se voit de moins en moins. Et là, j’ai eu un déclic, finalement, je n’étais pas grosse les 6 années auparavant, mais je ne me voyais pas du tout comme j’étais. Je n’ai pas un corps de modèle mais je ne suis pas grosse (et je peux même porter des pantalons, si si ^^)

Finalement cette prise de poids subite tant redoutée m’a aidé car sa perte tout aussi soudaine m’ont permis de vraiment voir pour une fois la différence dans le miroir. J’avais un gros ventre et d’un coup plus de gros ventre. L’immédiateté m’a permis d’en prendre conscience.

Article publié pour la première fois sur www.lovelysmallthings.com


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Charlotte 560 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte