Magazine Cinéma

Rois du désert, Les (Three kings)

Par Kinopitheque12

David O. Russell, 1999 (États-Unis)

Rois du desert


1991, opération Tempête du désert : usés par l’inaction et les non-dits du gouvernement qui les embauche, les soldats Clooney, Wahlberg et Ice Cube se détachent un temps mercenaire de leur bataillon pour rafler tout l’or volé par Saddam Hussein au Koweït. Les Beach Boys plein volume, pavillon américain dressé, les avides mutins tracent en hummer reconverti pour le trajet en stand de tir. Alors que ces messieurs dégomment des ballons de foot truffés à l’explosif, la conversation oppose les amateurs de Lexus décapotables à ceux qui, mieux renseignés, nient l’existence d’un tel modèle. Dans ces quelques scènes, ces soldats sont des nigauds. Mais, Bart Simpson en figure de proue sur leur engin tout terrain et voilà toute l’escapade bientôt justifiée par une contestation ludique et piquante.

Car, en dehors de ce plan sur le capot du hummer et de son explicite et sympathique icône, la critique de David O. Russell (qui coécrit le scénario) sur le rapport entretenu par les États-Unis avec l’Irak est très claire. Les soldats ne savent pas pourquoi ils sont là et, dès qu’il s’agit de communiquer avec les populations civiles locales, l’armée provoque elle-même les échauffourées qui ruinent sa réputation. Le gouvernement d’alors, George W. Bush senior aux commandes, entretient un flou sur les motivations de sa présence dans le Proche-Orient. Quant aux journalistes qui sont sur place, ils sont présentés comme des parasites chasseurs de scoops, prêts à prendre tous les risques pour enregistrer le prochain Pulitzer.

Les rois du désert est un brin tape-à-l’œil. Déplacements de corps ou de caméra tantôt accélérés tantôt ralentis, vague brouillon de l’effet bullet time (Matrix des Wachowski sort la même année), aperçu de corps blessés vus de l’intérieur (plan sur un poumon percé d’une balle par exemple). Ces effets sont assez comparables à ceux de Fight club de Fincher (sorti quelques semaines avant) ou Requiem for a dream d’Aronovsky (de quelques mois plus récent). Ils électrisent le récit. Pourtant dans Les rois du désert pas seulement, puisque certains de ces effets participent aussi au propos, à une critique de la médiatisation et de la propagande faite autour de cette guerre. C’est le cas d’une vision infrarouge qui empêche de voir quoi que ce soit, rappelant toutes les images filmées de nuit qui ont inondé les télés durant cette guerre « high-tech ». C’est aussi le cas des plongées dans l’anatomie charcutée des troufions, blessures réellement douloureuses, faisant écho aux frappes « chirurgicales » censées ne faire disparaître qu’un point sur un radar et effaçant par conséquent des écrans toute effusion de sang. Selon ce qui était rapporté par le mass media, la guerre était « propre ».

Par sa critique (et même si, tant pis, l’égoïste opération casse-cou se transforme finalement en une gentille opération humanitaire), par le contexte rapporté (qui place à nouveau l’armée américaine et son arrogance en territoire ennemi conquis), et surtout par son humour, Les rois du désert rappelle un peu les audaces de MASH (1970). Ce n’est pas antimilitariste, contrairement au film d’Altman et contrairement à ce que certains ont pu écrire, mais David O. Russell livre une petite comédie enlevée et, à l’égard des États-Unis, tout aussi mordante.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Kinopitheque12 258 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines