Magazine Cinéma

Dommage Collatéral

Publié le 02 octobre 2014 par Olivier Walmacq

aff_dommagecoll

genre: action (interdit aux - 12 ans)
année: 2002
durée: 1h50

l'histoire: A Los Angeles, Gordy Brewer, vétéran des sapeurs pompiers, arrive avec quelques minutes de retard à un rendez-vous et assiste, impuissant, à un attentat à la bombe contre le Consulat de Colombie. Le terroriste visait une poignée de hauts dignitaires colombiens oeuvrant à la signature d'un traité de coopération avec les Etats-Unis. Parmi les victimes de cet attentat figurent des dizaines de passants innocents dont Anne et Matt Brewer, l'épouse et le fils de Gordy. Cet acte terroriste est rapidement imputé au dangereux criminel Claudio "El Lobo". Alors que l'enquête officielle piétine et que les autorités américaines n'ont pas l'intention de mettre la main sur le principal responsable, Gordy décide de venger la mort de ses proches en partant en Colombie sur les traces de Claudio. 

la critique d'Alice In Oliver:

Andrew Davis appartient à la catégorie de ces réalisateurs tâcherons. Finalement, seule l'adaptation de la série télévisée Le Fugitif mérite le coup d'oeil. Le reste de sa filmographie ressemble surtout à un champ de nanars ou de navets (vous choisirez): Piège en haute mer, Nico, Sale Temps pour un flic ou encore La morsure du Lézard. Vient également s'ajouter Dommage Collatéral, sorti en 2002.
La présence d'Arnold Schwarzenegger n'a rien de très surprenante. Avant 2002, son dernier bon film en date se nomme True Lies de James Cameron. Depuis, "Mister Universe" enchaîne les navets et/ou les films sans intérêt.

Au hasard, nous citerons La Course au jouet, Junior, L'Effaceur, Batman et Robin, La Fin des Temps ou encore A l'aube du sixième jour. Bref, en l'espace de presque dix ans, la carrière de Schwarzy est au point mort. Certes, l'acteur continue d'enchaîner les films mais ne parvient pas à renouer avec le succès. En l'occurrence, Dommage Collatéral rencontrera surtout l'indifférence dans les salles obscures. Pour l'anecdote, le film devait sortir à la fin de l'année 2001, mais la sortie sera repoussée l'année suivante en raison des attentats terroristes du 11 septembre.
En dehors d'Arnold Schwarzenegger, le long-métrage réunit Elias Koteas, Francesca Neri, John Turturro, Miguel Sandoval, Cliff Curtis et John Leguizamo.

dommage_collateral_collateral_damage_2000_portrait_w858

Pourtant, à la base, le scénario de Dommage Collatéral est loin d'être inintéressant. En effet, le film résonne comme une production post-11 septembre. Reste à savoir ce que le long-métrage nous réserve. Attention, SPOILERS ! A Los Angeles, Gordy Brewer, vétéran des sapeurs pompiers, arrive avec quelques minutes de retard à un rendez-vous et assiste, impuissant, à un attentat à la bombe contre le Consulat de Colombie. Le terroriste visait une poignée de hauts dignitaires colombiens oeuvrant à la signature d’un traité de coopération avec les Etats-Unis.
Parmi les victimes de cet attentat figurent des dizaines de passants innocents dont Anne et Matt Brewer, l’épouse et le fils de Gordy.


Cet acte terroriste est rapidement imputé au dangereux criminel Claudio "El Lobo". Alors que l’enquête officielle piétine et que les autorités américaines n’ont pas l’intention de mettre la main sur le principal responsable, Gordy décide de venger la mort de ses proches en partant en Colombie sur les traces de Claudio. Indéniablement, Dommage Collatéral est un film de propagande, réalisé dans un climat antiterroriste. Schwarzy joue les redresseurs de torts.
C'est aussi un ancien pompier qui n'hésite pas à se déplacer en Colombie pour retrouver ceux qui ont massacré sa famille. Mouaif...

ph5

On a rarement vu Arnold Shwarzenegger aussi peu concerné dans un film. Visiblement, l'acteur se contente du minimum syndical et cabotine dans ce film d'action assez mou du genou et au scénario archi prévisible. C'est très simple: Arnold Schwarzenegger est totalement inexpressif et monolitique.
Pour le reste, Andrew Davis ne parvient jamais à exploiter un scénario en or. Au mieux, nous voici devant une énième production à la sauce très hollywoodienne qui pourra peut-être convaincre les inconditionnels de Schwarzy. Mais ne soyons pas dupe, Dommage Collatéral est un gros ratage dans les règles. Même pas le charme d'un bon vieux nanar !

note: 03/20
note naveteuse: 15/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines