Magazine Cinéma

Au cinéma : «Horns»

Publié le 07 octobre 2014 par Masemainecinema @WilliamCinephil

Alexandre Aja, réalisateur français connu pour avoir mis en scène « Haute tension », « La colline a des yeux » ou encore « Piranha 3D », nous livre « Horns », son dernier long-métrage. Il s’agit de l’adaptation du roman homonyme de Joe Hill. Daniel Radcliffe, interprète de Harry Potter dans la franchise du même nom, incarne le personnage principal. Le long-métrage fût présenté au Festival International du Film de Toronto en 2013. « Horns » sortait dans nos salles le 1er octobre 2014.

Synopsis : Soupçonné d’avoir assassiné sa fiancée, rejeté par tous ceux qu’il connaît, Ignatius a sombré dans le désespoir. Un matin, il se réveille avec une paire de cornes sur la tête. Celles-ci donnent un étrange pouvoir, celui de faire avouer leurs plus noirs secrets aux gens qu’il croise. Ignatius se lance alors à la recherche du véritable meurtrier …

« Horns » est un objet cinématographique bien curieux. Son scénario, aussi simple soit-il dans les faits, amène deux genres bien distincts. D’un côté, le long-métrage se veut très sérieux dans son traitement de l’enquête policière. On retrouve la veine des polars et autres films noirs, et il faut avouer que cela fonctionne très bien dans l’ensemble. D’un autre côté, « Horns » propose un second degré déconcertant, ramenant presque le long-métrage à un aspect complètement burlesque. Jouant sur ces deux penchants, le spectateur découvrira un long-métrage divertissant et intelligent, qui n’aura jamais la prétention d’être autre chose. Le seul défaut à ce curieux mélange est de ne pas réellement pouvoir savoir comment il faut aborder « Horns », tant le spectateur sera partagé entre le sérieux appliqué de l’atmosphère et le comique extravagant des situations. Un assemblage peu conventionnel donc, mais qui marque de manière singulière le scénario du long-métrage.

Daniel Radcliffe, enfant-star de la franchise « Harry Potter », tient le rôle principal de « Horns ». On peut dire sans mal qu’il s’agit de sa prestation la plus mature à ce jour. Arrivant pour la première fois à se débarrasser de son statut d’adolescent prépubère, il transcende l’écran grâce à une palette de jeu d’acteur très large, tant il passe de l’amoureux éperdu à l’énervement avec une facilité surprenante. À ses côtés, Juno Temple, malgré un temps de parole assez serré, arrive à créer un personnage féminin, presque de l’ordre du fantasme. Un personnage que le spectateur ne verra que très peu et qu’il regrettera d’avoir vu disparaître de l’histoire trop vite. Pour Juno Temple, l’exercice est réussi. Les autres acteurs interprètent avec qualité des personnages aux traits de caractère sur-joué certes, mais toujours dans cette logique de grotesque assumé. Car au final, seul le personnage aux grandes cornes nous intéressera, le reste n’est présent que pour servir son évolution.

L’un des grands points forts de « Horns » se trouve également du côté de sa technique. Visuellement, le long-métrage assure de bout en bout. Jamais l’effet fantastique du scénario ne vient faire tâche à l’image, mais se confond agréablement dans le tableau crée par Alexandre Aja. La réalisation du réalisateur français se révèle très efficace pour donner vie à cette fantasmagorie. Aidé de la direction photographique très travaillée de Frederick Elmes, « Horns » trouve un aspect onirique qui lui sied si bien, tout en minimisant une symbolique qui aurait pu être très lourde à l’image. Au final, l’image la plus marquante restera peut-être ce plan où le titre apparaît sur une surface circulaire qui s’enflamme avant que l’on découvre dans le plan suivant qu’il s’agit de l’allume-cigare dont ce sert le personnage principal pour allumer sa cigarette. En réalité tout est dit depuis le début : « Horns » est un long-métrage sur un personnage qui s’embrasse de l’intérieur.

« Horns » est un long-métrage qui peut déconcerter, intriguer, fasciner mais qui ne laissera aucun spectateur de marbre. Par un curieux mélange d’humour et de sérieux, Alexandre Aja amène un divertissement fantastique aux tons d’enquête policière et où Daniel Radcliffle trouve son rôle de la maturité.

Horns

Horns. De Alexandre Aja. Avec Daniel Radcliffe, Juno Temple, Max Minghella, Joe Anderson, Kelli Garner, James Remar, Heather Graham, …

Sortie le 1er octobre 2014.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Masemainecinema 6107 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines