Magazine Cinéma

Papa Was Not a Rolling Stone - Critique

Par Nopopcorn @TeamNoPopCorn

Papa-was-not-a-rolling-stone-Banner-1280px

Une vision Rock'N'Roll de la cité des 4000 !

Adapté à l'écran par l'auteure du roman paru en 2011, dans Papa Was Not a Rolling Stone, Sylvie Ohayon met en scène Doria Achour, Aure Atika, Marc Lavoine, Soumaye Bocoum et Sylvie Testud pour raconter son adolescence à la cité des 4000 à La Courneuve.
Papa-Was-Not-a-Rolling-Stone-Photo-Doria-Achour-Soumaye-Bocoum-02
Le(s) plus

La vie à la cité est un thème assez courant au cinéma, pourtant le film Papa Was Not a Rolling Stone de Sylvie Ohayon (qui est également l'auteure du livre du même nom), n'est jamais moralisateur, cliché voire niai.
Le cadre de la cité des 4000 à la Courneuve peut-être même vu plutôt comme un simple décor, qui joue tout de même un rôle important, mais sans être le point essentiel.
A travers le personnage de Stéphanie (Doria Achour) on vit la détermination d'un humain à s'en sortir malgré les difficultés, qu'elles soient liées à sa vie personnelle comme avec son beau-père (Marc Lavoine) qui la maltraite physiquement et moralement, le fait qu'elle n'ait pas été désiré par sa mère (Aure Atika) qui est d'ailleurs complètement irresponsable ou encore l'image des autres qu'elle subit venant d'une cité.

Le film Papa Was Not A Rolling Stone est à la fois touchant, drôle, sincère et parfois violent et virulent, ainsi que pleins de très bonnes répliques surtout de la part de la copine Fatima (Soumaye Bocoum). Certes pas très fines, mais très drôles et qui sont très parlantes comme : "Ha! tu m'as pissé dessus de la morve", "Tarte tapin", "La Shakespeare des 4000"... et bien d'autres.

Côté casting, les acteurs sont vraiment très bons !
Doria Achour interprète avec justesse Stéphanie, une fille qui veut réussir sa vie et qui puisse au fond d'elle pour en trouver la force malgré toutes les épreuves qu'elle doit affronter. Elle délivre un beau message sans que le film parte dans la niaiserie. Mais à l'écran elle n'est pas la seule à rayonner. Doria Achour est accompagnée de Soumaye Bocoum, qui interprète la très drôle et naturelle Fatima, amie et antithèse de Stéphanie. De son côté, la vie à la cité lui convient et elle ne comprend pas forcément la volonté de Stéphanie de vouloir s'envoler pour Paris. Sans oublier, Rabah Naït Oufella qui joue le rôle de Rabah, le petit ami et échappatoire de Stéphanie. Malgré son côté "bad boy" qu'il se donne, il va être un des éléments déclencheurs qui vont permettre à Stéphanie de contrer certains obstacles et surtout de vivre son premier amour.

Papa-Was-Not-a-Rolling-Stone-Photo-Doria-Achour-Soumaye-Bocoum-01Marc Lavoine incarne une ordure méconnaissable dans le rôle du beau-père. Violent, raciste, antipathique... son personnage n'a rien pour plaire et pourtant il captive l'écran.
Tout comme Aure Atika qui est superbe en interprétant Micheline, une mère irresponsable, qui nous dégoute chaque fois qu'elle regarde sa fille en la méprisant, en lui rejetant une faute dont elle n'est pas responsable et quand elle ne l'a défend pas de Christian (Marc Lavoine), le beau-père.

A noter que c'est très sympathique de retrouver quelques musiques qui ont marqués cette époque.
Ainsi que la scène très drôle du mouton dans la salle de bain.

Le(s) moins

Le seul véritable point dommageable de Papa Was Not A Rolling Stone est qu'en arrivant vers la fin de l'histoire, une baisse de rythme soudaine se fait ressentir d'un seul coup. Mais le film se terminant par une belle conclusion sans être moralisatrice, on l'oublie à la sortie de la salle.

Papa-Was-Not-a-Rolling-Stone-Photo-Aure-Atika-Marc-Lavoine-01
Conclusion

Très belle surprise avec le film Papa Was Not A Rolling Stone, à la fois touchant, drôle et parfois dur, c'est un beau premier film !
La réalisatrice Sylvie Ohayon a peut-être réussi le défi de faire de la cité des 4000 le plus bel endroit de la France !

Ma note: 8/10


Papa Was Not a Rolling Stone

Papa-Was-Not-a-Rolling-Stone-Affiche-France

Synopsis : "Dans les années 80, Stéphanie grandit à La Courneuve auprès d'une mère absente et d'un beau-père brutal. Très vite, elle décide de se sortir de son quotidien morose. Grâce à l'amour de sa grand-mère, à ses lectures, sa passion pour la danse et pour Jean-Jacques Goldman, elle se débat dans cette cité colorée où l'amitié est primordiale. Un jour, elle le sait, Stéphanie quittera la cité pour mener la vie dont elle a toujours rêvé. Le film raconte l'histoire de cet envol.
Un film inspiré du livre autobiographique de la réalisatrice"
Réalisé par: Sylvie Ohayon / Avec: Doria Achour, Aure Atika, Marc Lavoine, Soumaye Bocoum et Sylvie Testud / Genre: Comédie dramatique / Nationalité: Français / Distributeur: Pathé Distribution
Durée: 1h39min / Date de sortie: 8 octobre 2014

Plus d'informations !

  • Les Anecdotes !

    Papa Was Not a Rolling Stone est une adaptation du roman du même nom de Sylvie Ohayon paru en 2011. L'auteure a choisi de réaliser le long métrage elle-même (c'est sa première réalisation). Pour ce faire, elle a coécrit le script avec Sylvie Verheyde.

    Sylvie Ohayon a eu une démarche autobiographique en écrivant et en portant à l'écran Papa Was Not a Rolling Stone.

    Si la notoriété des Rolling Stones n'est plus à faire, le père de Stéphanie (et donc de Sylvie Ohayon), lui, n'est pas aussi connu que les papys rockeurs, puisqu'elle ne l'a jamais rencontré. D'où le titre Papa Was Not a Rolling Stone, qui fut par ailleurs conseillé à la réalisatrice par un ami. Il s'agit également d'une référence indirecte à la chanson "Papa was a rolling stones", du groupe de musique soul The Temptations.

    Le producteur Michaël Gentile en est à sa troisième adaptation de roman. Avant Papa Was Not a Rolling Stone, il porta à l'écran L'Amour dure trois ans (2012) de Frédéric Beigbeder et Syngué Sabour - pierre de patience (2013) d'Atiq Rahimi.

    La jeune Doria Achour qui incarne Stéphanie est entourée de grands habitués du cinéma, tels que Aure Atika, Marc Lavoine ou encore Sylvie Testud. Pour le reste du casting, des jeunes premiers ont été castés à "la sauvage", c'est-à-dire qu'ils ont été approchés au détour d'une rue. "Je souhaite former une troupe de jeunes talents, des révélations de la rue, me nourrir de leur fraîcheur, de leur gouaille, trouver en eux l'écho de ceux que nous étions il y a vingt ans", précise la réalisatrice.

    Le tournage de Papa Was Not a Rolling Stone a débuté en octobre 2013 et a duré huit semaines à la Courneuve et à Paris.

    Jean-Jacques Goldman, l'idole de Sylvie Ohayon, fait une apparition dans Papa Was Not a Rolling Stone. Il y interprète "Envole-moi" en guitare-voix. Le spectateur aurait également pu l'entendre en voix-off, mais la séquence fut supprimée au montage.

    Le chorégraphe Kamel Ouali, qui a déjà dansé avec Sylvie Ohayon il y a quelques années, fait une apparition dans Papa Was Not a Rolling Stone. Sa présence au casting était une évidence : "On m'a proposé des acteurs très connus, mais je ne voulais pas. J'ai préféré travailler avec des gens qui savent ce qu'est La Courneuve. La danse nous aidait à laisser tous nos problèmes aux vestiaires. Nous avions chacun d'entre nous un quotidien compliqué à porter", explique la réalisatrice.

Et vous qu'avez-vous pensé du film Papa Was Not a Rolling Stone ?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nopopcorn 12250 partages Voir son profil
Voir son blog