Magazine Cinéma

C'est aussi la rentrée pour les polars..en Laponie, Islande et à Boston!!

Par Filou49 @blog_bazart
16 octobre 2014

  Allez on n'a pas encore parlé roman policiers en cette rentrée littéraire... c'est vrai que j'en lis généralement moins que la littérature générale, mais une fois de temps en temps, ca fait du bien de se glacer le sang...La preuve avec ces trois romans policiers, qui, chacun de leur manière marquent cette rentrée de littérature policière de 2014.

1. Le Détroit du Loup; Olivier Truc ( Métaillé)

Détroit-du-loup-HD-e1409828039967
Quatrième de couverture :

Le printemps dans le Grand Nord, une lumière qui obsède, une ombre qui ne vous lâche plus. À Hammerfest, petite ville de l’extrême nord de la Laponie, au bord de la mer de Barents, le futur Dubai de l’Arctique, tout serait parfait s’il n’y avait pas quelques éleveurs de rennes et la transhumance… Là, autour du détroit du Loup, des drames se nouent. Alors que des rennes traversent le détroit à la nage, un incident coûte la vie à un jeune éleveur. Peu après, le maire de Hammerfest est retrouvé mort près d’un rocher sacré. Et les morts étranges se succèdent.

En ville les héros sont les plongeurs de l’industrie pétrolière, trompe-la-mort et flambeurs, en particulier le jeune Nils Sormi, d’origine sami.

Klemet et Nina mènent l’enquête pour la police des rennes. Mais pour Nina une autre quête se joue, plus intime, plus dramatique. Elle l’entraîne à la recherche de ce père disparu dans son enfance. Une histoire sombre va émerger, dévoilant les contours d’une vengeance tissée au nom d’un code d’honneur implacable.

Ce que j'en pense :

L'année dernière, je faisais connaissance avec  Olivier Truc , que je présentais à cette occasion comme un nouvel auteur de polar français avec qui il faudrait désormais compter.

Car ce journaliste français vivant à Stockholm et correspondant pour divers journaux des pays scandinaves, nous emmènait avec le Dernier Lapon, son premier polar publié,  sur les traces des ski-doo de deux flics de la Police des rennes, là haut, tout en haut, à Kaütokeino, là où Norvège, Suède et Finlande s'enchevêtrent par dessus ce qui était la Laponie.

Nina et Klemet font partie de la police des Rennes. Ils sont chargés de veiller à ce qu'aucun incident ne vienne troubler l'ordre public. Les rennes ont en effet la fâcheuse manie de se balader où bon leur semble. Les policiers sont également amenés à gérer les conflits entre les éleveurs et la population urbaine.

Après ce Dernier Lapon qui mettait pour la première fois en scène avec une vraie réussite cette police des rennes dont j'ignorais l'existence , Le Détroit du Loup, son second roman d’Olivier Truc,  toujours paru chez Metaillié , confirme  son aura  de raconteur d’histoires et sa capacité à nous emmener sur des terrains peu usité par la littérature, policière ou traditionnelle.

Ce roman est donc avant tout extrêmement instructif puisqu'il nous amène dans une région que l'on connait que très peu.  Les thèmes du premier récit sont à nouveau présents, notamment celui de l'éternel conflit entre la  tradition contre et la modernité, sans oublier évidemment une lutte contre les menaces environnementales, qu'elles soient économiques, technologiques ou financières. Bref, même sil m'est arrivé de me perdre parfois parmi la mutltide de personnages différents, on peut dire qu'encore une fois, Olivier Truc sait nous faire réfléchir sur une population peu connue des occidentaux, tout en maitrisant parfaitement son  intrigue policière.. L'apanage des grands auteurs de polars, n'est ce pas?

2.Le grand ménage du tueur à gages; Hallgrimeur Helgason

grand ménage
Quatrième de couverture :

Balles perdues, cavalcade et accents imprononçables : le voyage d'un tueur à gages en Islande, un pays où l'été est comme un réfrigérateur laissé ouvert, lumineux mais vraiment pas chaud !
Avec soixante-six victimes et aucune balle perdue à son actif, Tomislav Bok?ic, alias Toxic pour ses camarades de la mafia croate, est le meilleur tueur à gages de New York. Malheureusement, quand il s'avère que sa dernière cible appartenait au FBI, il doit fuir les Etats-Unis. Après avoir usurpé l'identité de Father Friendly, un célèbre télévangéliste qu'il a mortellement assommé dans les toilettes de l'aéroport, Toxic embarque malgré lui pour l'Islande.
Là-bas, Father Friendly est accueilli comme le Messie... pour prêcher la bonne parole à la télévision ! Bien vite, Toxic s'habitue à ce pays si étrange et à ses habitants aux noms imprononçables. Mais le chemin vers la rédemption sera long, car tout le monde n'est pas prêt à passer l'éponge sur ses antécédents sanglants...

Ce que j'en pense :

Dans la foulée de récentes parutions mettant à l'honneur le polar scandinave loufoque et déjanté ( dont le récent
Vieux, râleur et suicidaire – La vie selon Ove de Frederick Bakman chroniqué ici même) ce polar islandais d' Hallgrimur HELGASON ( un auteur que je ne connaissais pas)  est tout aussi décapant en mettant en prise des personnages bigger than life  avec notamment ce personnage principal, ce  tueur croate obligé de fuir les USA pour aller s'enfermer dans les rues désertes de Reykjavic offre des situations et des dialogues assez percutantes.

Sur une trame  assez classique (qui pourrait rappeller Mallavita de Tonino Benacquista), ce grand ménage du tueur à gages vire parfois un peu trop au n'importe quoi, mais sa critique d'une société islandaise un peu trop sage vaut le détour!!

 3. Les Morsures du Passé, Lisa Gardner

morsures
Quatrième de couverture :

Dans un quartier populaire de Boston, cinq corps sont retrouvés gisants. Il s’agit des membres d'une même famille. Tous une balle dans la tête, le père respire encore faiblement. De toute évidence, cet homme couvert de dettes a décidé d'assassiner les siens avant de se donner la mort. Appelée sur les lieux, l'enquêtrice D. D. Warren comprend immédiatement que l'affaire est plus compliquée qu'il n'y paraît : sur la table du dîner, six couverts avaient été dressés..

Pourquoi deux familles qui, en apparence, n’ont aucun lien, sont assassinées ? Pourquoi les enfants de l’unité pédopsychiatrique de Boston semblent de plus en plus incontrôlables ? Et quel lien existe-t-il entre ces événements et Danielle, dont la famille a justement été tuée vingt-cinq ans auparavant ? Dans Les Morsures du passé, le commandant DD Warren, toujours aussi solide et fantasque, fait face à des difficultés de gestion d’enfants, ce qui déclenche des situations cocasses et inattendues. Mais ne nous y trompons pas, le roman de Lisa Gardner est bel et bien un thriller psychologique digne de son auteur. Au cœur d’univers que l’on ne connaît pas forcément et qui sont difficiles à appréhender, la maladie mentale et les croyances spirituelles, le commandant DD Warren devra, pour retrouver l’assassin, naviguer parmi divers personnages au passé troublant. En tournant ces pages, l’on s’étonne de la puissance créatrice de l’auteur.

Ce que j'en pense :

Contrairement aux deux autres romans policiers de cette revue, il ne s'agit pas d'un polar de cette rentrée, du moins pas en grand format, puisque le livre est paru au Livre de Poche et que je l'ai lu dans le cadre de la sélection des Blogueurs d'octobre. Je n'avais encore jamais lu de polar de Lisa Gardner, une grande auteur policière américaine de renom et cette sélection était donc une belle occasion de me familiariser avec son oeuvre par l'intermédiaire de ces "Morsures du passé".

Et je dois dire que cette expérience  a été bien convaincante dans l'ensemble, tant ce polar est de bonne facture. L'intrigue se déroule à Boston, comme dans les romans de Denis Lehane, sauf qu'ici l'univers est moins testostéroné puisque ce sont les femmes- et les enfants évidemment- les personnages centraux de ce livre. 

Les femmes, qui sont les narratrices de ce thriller, puisque les Morsures du passé est construit fort habilement sous la forme d'un thriller à trois voix de trois femmes différentes,  qui portent trois regards singuliers sur leurs relations par rapport aux troubles mentaux  infantiles.

Une des narratrices est l'inspectrice D.D Warren (déjà présente visiblement dans d'autres polars de Lisa Gardner), brillante enquêtrice obnubilée par la nourriture et son célibat, un personnage qui arrive à sortir un peu des stéréotypes des policier(es) qu'on voit régulièrement dans les romans. Ces trois personnages féminins nous emmènent progressivement dans leur univers, et leurs liens entre ces trois histoires et ces trois personnages deviennent de plus en plus tangibles.

Les Morsures du passé manque peut-être un peu de tension dans l'installation de son suspens, mais touche durablement par sa subtilité sur un sujet aussi casse gueule que celui des enfants psychotiques, avec en toile de fond des relents de sorcellerie et de traumatisme anciens. Une belle réussite qui donne envie d'en savoir plus sur l'oeuvre protéiforme de Lisa Gardner.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Filou49 15144 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines