Magazine Concerts & Festivals

Tower of Power @ Het Depot- Leuven, le 3 novembre 2014

Publié le 03 novembre 2014 par Concerts-Review

Mitch "ZoSo" Duterck

10369985_10152846435584301_5280476587693462780_n.jpg

Tower of Power - 2014.11.03 -  Het Depot, Leuven (BEL)

1376539_10152846435254301_3301279513240056711_n.jpg

Line up :
Emillio Castillo : second tenor sax and backing vocals
Stephen "Doc" Kupka : baritone sax
Tom E. Politzer : lead tenor sax and backing vocals
Adolfo Acosta : second trumpet and backing vocals
Sal Cracchiolo lead trumpet
David Garibaldi : Drums
Roger Smith : Keyboards and backing vocals
Jerry Cortez : Guitar and backing vocals
Ray Greene : Lead vocals
Raymond McKinley : Bass
Setlist :
01. We Came To Play
02. Soul With a Capital "S"
03. Ain't Nothing Stopping Us Now
04. You Ought To Be Havin' Fun
05. Only So Much Oil In The Ground
06. You Strike My Main Nerve
07. Just Enough And Too Much.
08. As Surely As I Stand Here.
09. Soul Vaccination
10. Maybe It'll Rub Off
11. Willing To Learn
12. So I Got To Groove
13. So Very Hard To Go
14. What is Hip?
15. Souled Out.
524135_10152846435639301_6617228008074371467_n.jpg

Quelques jours à peine après le concert des Géorgiens de Blackberry Smoke, pareil à une vieille locomotive, me voilà déjà de retour au Depot mais cette fois ce sera pour y recevoir de plein fouet la déferlante de Tower of Power, les sociétaires d'Oakland, Californie. Les dix anges de la Bay Area débarquent enfin en terre belge pour nous faire déguster une musique qu'Emilio Castillo co-fondateur du groupe avec Stephen "Doc" Kupka ont qualifié de "Urban Soul Music".
Depuis 1968, les compères ne sont sont pas quittés et ont gouverné leur vaisseau avec bonheur et adresse au travers des modes et des époques sans jamais se départir de leur cap initial. La section rythmique de Tower of Power groove comme aucune autre formation. La sonorité du groupe emmenée par ses cinq cuivres est tout simplement unique et la manière dont ils approchent chaque chose depuis l'écriture jusqu'aux arrangements et du mixage jusqu'à la prestation scénique leur est tout à fait propre. Si vous combinez tout cela avec un chanteur exceptionnel, depuis le 31 décembre 2013 Ray Greene remplace Larry Braggs qui fut le chanteur titulaire de  2000 à 2013 vous obtenez une des groupes les plus incroyables qui se produit sur scène. Le concert de ce soir aurait lui aussi mérité le "sold out" mais ce n'est pas le cas et pourtant pour 23€ il est impossible de trouver l'équivalent au niveau qualité / prix. Même pour 46€ ça n'existe pas! croyez moi sur parole. Dernière petite précision Francis "Rocco" Prestia, le bassiste légendaire de Tower of Power est absent de la formation pour cette tournée car il subira une transplantation rénale le 5 décembre prochain. Souhaitons lui bonne guérison et un prompt retour au sein du band.
10408078_10152846435699301_4878097652361939597_n.jpg

A 21.00 les lumières d'ambiance font place aux projecteurs de scène pour saluer l'entrée des musiciens et pendant 90 minutes, ils ne vont plus nous laisser un instant de répit. En matière de soul, de groove et de funk, ça tue! Les bougres ne sont pas là pour faire dans la dentelle auquel cas il eut fallu jouer à Bruges et encore! Dès les premières notes, on prend le Tsunami en plein coeur, ça rentre par tous les pores de la peau et vous pénètre jusqu'aux tréfonds de l'âme, cette fameuse "soul" n'a jamais aussi bien porté son nom. Nous sommes rassurés d'emblée quant aux qualités vocales de Ray Greene qui a ce petit je ne sais quoi de Seal en plus. D'ailleurs qui aurait pu en douter? Pour monter sur scène avec des monstres de talents pareils, il faut avoir plus qu'un certain bagage à faire valoir. C'est bien simple, le moins bon des musiciens est excellent et c'est peu dire. Les rythmiques sont à tomber le derrière au sol; c'est la même chose que le cul par terre mais pour les mamans qui hésitent encore à livrer ma prose à leurs rejetons en mal de découvertes, ça peut faire la différence.
Les morceaux s'enchaînent sans répit, mon voisin a la bouche qui bée (de San Fancisco) depuis le début du concert, il ne la refermera que pour déglutir une fois que les lumières de la salle reprendront leur fonction première : celle de nous empêcher de tomber en allant vers la sortie. Au niveau puissance, je ne sais pas chers amis rockers si vous êtes au courant mais une section de cuivre comme celle-là dégage autant que des guitares bien grasse et saignantes, ne croyez pas que la Soul soit une musique réservée à des ménagères sous bigoudis en mal des années 70/80, que nenni mes braves, ça déménage à tous les étages quand les cinq cuivres s'y mettent.

10463984_10152846436194301_4835847376177072532_n.jpg

De "We Came To Play" à "Souled Out" en passant par "Soul Vaccination" nous allons recevoir notre antidote contre le virus Ebola auditif qui hante bon nombre de nos stations de radio et autres bacs de disquaires qui n'en n'ont plus que le nom. Cette soirée c'était une leçon de rythme, de soul, de musique tout simplement. Pour vous faire une idée, je ne saurais trop que vous conseiller d'écouter leur Live de 1999 qui s'appelle justement... "Soul Vaccination"
Mitch "ZoSo" Duterck


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Concerts-Review 35011 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte