Magazine Culture

Israël et l'arme nucléaire

Par Alaindependant

Israël veut préserver son monopole nucléaire au Moyen-Orient

Israël est le seul pays doté de l'arme atomique au Moyen-Orient et il entend bien le rester. D'où la vigueur de la campagne menée par l'Etat juif contre tout accord entre la communauté internationale et l'Iran, qui n'aboutirait pas à un démantèlement total du programme nucléaire militaire de la République islamique. «Les trois principales menaces contre Israël ? L'Iran, l'Iran et l'Iran» confiait, il y a peu, un diplomate israélien à l'Opinion. Faute d'accord, lundi à Vienne, les négociations vont se poursuivre jusqu'en juin 2015, période durant laquelle la pression d'Israël ne se relâchera vraisemblablement pas, en particulier à Washington.

Sur la question nucléaire, Israël se trouve dans une situation très particulière : le pays ne reconnaît pas officiellement être une puissance nucléaire, ce qu'il est pourtant depuis 1967, et maintient un silence total sur ces affaires, la presse locale étant soumise à une censure militaire. En la matière, la doctrine israélienne se résume au mot «ambiguïté», «amimout» en hébreu. Cela consiste à ne jamais commenter ce que d'autres sources pourraient dire ou écrire sur le sujet. Cette attitude est partagée par les responsables américains, depuis un accord de 1969 entre les deux pays. La France observe également une grande discrétion sur cette question.

Cette doctrine de l'ambiguïté volontaire fait toutefois l'objet de débats discrets au sein de l'establishment israélien, où certains plaident pour une stratégie de dissuasion nucléaire pleinement assumée, en particulier face à l'Iran. Au mois de mai, un texte recommandant qu'Israël lève le voile sur son arsenal a fait l'effet d'une petite bombe dans le silence scrupuleusement entretenu sur le sujet. Publié par un think tank proche du pouvoir, le Begin Sadat Center for Strategic Studies (Besa) de l'Université Bar-Ilan de Tel-Aviv, il n'a pu être rendu public qu'avec l'accord tacite d'une partie des dirigeants israéliens, d'autant que ses deux auteurs ne sont pas des seconds couteaux. L'un est le professeur israélo-américain Louis René Beres, qui a présidé le «Projet Daniel», un groupe d'experts chargé de conseiller le Premier ministre sur le nucléaire. L'autre est le général John Chain, ancien patron du Strategic Air Command américain.

En droit international, Israël se trouve dans une situation paradoxale. Le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) de 1968 opère une discrimination légale entre les Etats «dotés» de l'arme nucléaire (Etats-Unis, Russie, Chine, Royaume-Uni et France) et les Etats «non-dotés», qui s'engagent à ne pas acquérir l'arme atomique, en échange d'une aide des premiers au développement du nucléaire civil. Or, Israël n'a jamais signé le TNP, tout comme l'Inde et le Pakistan. Ces trois pays ne sont donc pas tenus de respecter des textes qu'ils ne reconnaissent pas. Tous les trois ont pu développer leur arsenal nucléaire, mais seul Israël n'en reconnaît pas officiellement l'existence. Leur situation est juridiquement différente de celle de l'Iran ou de la Corée du Nord, qui ayant signé le TNP, sont mis en accusation pour avoir violé leurs propres engagements.

Selon les estimations du Bulletin of Atomic Scientists, un groupe indépendant américain, l'arsenal israélien serait d'environ 80 têtes nucléaires, pas forcément toutes opérationnelles. A titre de comparaison, l'arsenal français est d'environ 250. Les premières armes nucléaires israéliennes ont été développées en coopération avec la France et l'ancien président Shimon Peres a joué un grand rôle dans cette affaire. Les premières bombes ont été assemblées au printemps 1967, juste avant la guerre des Six Jours. Pour délivrer son armement, Israël s'appuie sur des avions de fabrication américaine (F-16 et F-15) ainsi que sur des missiles sol-sol Jéricho. Des doutes sérieux persistent sur la capacité d'Israël de tirer des missiles de croisière Popeye dotés d'une arme nucléaire depuis des sous-marins. La livraison par l'Allemagne, en septembre, d'un quatrième sous-marin Dolphin modifié (baptisé Tanin dans la marine israélienne) pourrait toutefois permettre à l'Etat juif d'acquérir cette capacité dite de deuxième frappe, l'apanage des grandes puissances nucléaires capables de répondre à une première attaque nucléaire.

D'autres signaux, comme l'établissement d'un téléphone rouge – une ligne de communication directe et cryptée – entre Israël et le Kremlin, annoncé en juin, montrent que des choses bougent. «C'est un vieux débat», assure le chercheur Pierre Razoux, auteur d'une note sur le sujet et de l'ouvrage «Tsahal. Nouvelle histoire de l'armée israélienne» (Perrin, 2008). «En plusieurs occasions (1967, 1973, 1991, 2006), le pouvoir israélien s'est interrogé sur le bénéfice, en termes de sanctuarisation de son territoire, qu'il retirerait à clarifier sa stratégie nucléaire en renonçant à sa posture d'ambiguïté, explique-t-il. A chaque fois, ce sont les pressions de l'administration américaine qui l'ont fait renoncer, Washington craignant qu'une telle annonce ne mette en difficulté sa politique à l'égard du monde arabe». Aujourd'hui, ajoute Pierre Razoux, «compte tenu du climat tendu avec Washington, les dirigeants israéliens pourraient considérer l'affirmation de leur statut nucléaire comme un pis-aller, des frappes contre les installations nucléaires iraniennes semblant chaque jour plus improbables». De son côté, Stéphane Delory, de l'Observatoire de la dissuasion à la Fondation pour la recherche stratégique, estime au contraire que «la doctrine d'ambiguïté demeure solidement ancrée». Il faudra donc se contenter de la fiction officielle selon laquelle Israël ne sera pas le premier Etat du Moyen-Orient à y introduire l'arme nucléaire.

Jean-Dominique Merchet
http://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/israel-veut-preserver-monopole-nucleaire:-moyen-orient-18945


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Alaindependant 70792 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte