Magazine Culture

Void Vision l’interview

Publié le 12 décembre 2014 par Hartzine

Void Vision 1

Shari Vari et son projet Void Vision pourraient s’insinuer aux oreilles de n’importe lequel quidam gavé à l’internet tel l’énième projet synth-wave, dénué de force et de caractère pour dépasser les esthètes des claviers analogiques opérant en Angleterre au début des années quatre-vingt. Mais le conditionnel est de mise car l’écoute de son premier album Sub Rosa, sorti le 11 novembre dernier sur Mannequin Records, fait montre d’une assurance au chant de la jeune femme résidant à Philadelphie et d’une linéarité mélodique digne des meilleures productions dans le genre ces dernières années. Celle qui partage de nombreuses formations, dont l’excellent duo qu’elle forme avec Wes Russell Hot Guts (lire) – à la teneur nettement plus nihiliste et corrosive – , a jeté les bases de Void Vision en 2009, dans la ferveur de l’explosion du Weird Records de Pieter Schoolwerth à New-York et dont Sean McBride avec Martial Canterel et Xeno & Oaklander constitue l’égérie, bien épaulé de formations comme Led Er Est (lire), Staccato Du Mal (lire) ou encore Opus Finis. De cette époque, Shari en garde l’environnement de ses chansons – sombre et froid où des synthétiseurs dépecés sont mitraillés de boîtes à rythmes anémiées, sorte d’appendice noctambule à des rêveries glauques trempées d’alcool – , instiguant en leur sein une orientation plus pop et romantique, collant à l’intimisme exacerbée de ses paroles. Repérée assez vite par le label de Sean Ragon de Cult Of Youth, Blind Prophet Records, qui fera à la fois paraître en 2012 le debut-LP d’Hot Guts et le premier maxi de Void Vision In 20 Years, Shari Vari frappe désormais, via le label du néo-Berlinois Alessandro Adriani (lire), à la porte d’une Europe dont elle sillonnera les routes en 2015. Histoire de faire les présentations nous lui avons soutiré, en plus de quelques réponses à nos questions, une mixtape a écouter et télécharger ci-après. En prime, le LP Sub Rosa est à découvrir plus bas en intégralité.

Interview

Void Vision 2

Comment le concept de Void Vision t’es-t’il venu et d’où vient le nom ?
How did the whole concept of Void Vision come about and how did you come up with the name?

En tant que groupe, Void Vision a connu quelques changements. Pendant un temps j’avais un partenaire mais c’est finalement devenu un projet solo, ce qui est naturel pour moi puisque que je travaille seule depuis que je suis enfant. J’ai compris très tôt qu’être indépendante serait le meilleur moyen d’atteindre mes objectifs étant donné qu’il était difficile de trouver, là où j’ai grandi, quelqu’un avec une façon de penser semblable à la mienne. Je crois que travailler seule, avec les machines pour unique compagnie, est logique mes morceaux étant très personnels. Certains parlent du fait d’être isolée, indépendante et accepter la solitude, mais en même temps, la musique est un moyen de dépasser cette solitude.

Void Vision est le tire d’un morceau de Cyber People. Ce nom m’a attiré parce que j’en avais une interprétation très nihiliste, ce qui correspondait à mon état d’esprit à ce moment là. Je ne pouvais pas me projeter dans l’avenir. Quelqu’un d’autre en a fait une interprétation différente, plus positive, qui ne m’était pas venue à l’esprit – si tu as une vision du néant, alors tu peux le contourner. Je crois que je comprends mieux cette interprétation maintenant parce que j’ai appris à reconnaître le vide chez les gens que je ne voyais pas auparavant.

As a band, Void Vision went through some transitions.  For a while, I had a partner but eventually it became a solo act, which is natural for me since I’ve been working by myself since I was a child.  At an early age I realized that being self-sufficient was the best way to reach my goals since it was hard to find anyone with a similar mindset in the place where I grew up.  I think working alone, with only machines by my side, makes sense because the songs are very personal.  Some of them have to do with being isolated, independent and coming to terms with loneliness, but at the same time, the music is a way to transcend that loneliness.

Void Vision is the name of a song by the Cyber People.  I was drawn to it because my interpretation of it was very nihilistic, which was how I felt at the time.  I couldn’t see my own future.  Someone else pointed out another interpretation which was more positive and hadn’t occurred to me — that if you have a vision of the void, then you can circumvent it.  I think I understand that interpretation better now because I have learned to recognize the voids in people I couldn’t see before.

Comment décrirais-tu Void Vision et quelles sont tes influences principales pour ce projet ?
How would you describe Void Vision, and who are your biggest influences in this project?

Je dirais que Void Vision représente plusieurs aspects de moi-même. C’est personnel et en évolution. Quand on me demande, je dis que c’est de l’électronique avec un goût pour les sons vintage, plus anciens, c’est parfois dansant, parfois troublant ou un mélange des deux.

Beaucoup de mes influences sont évidentes, mais je suis avant tout inspirée par les artistes honnêtes, passionnés, uniques, qui mettent toute leur âme dans ce qu’ils font. Je suis une fan de technologie et de ses applications dans la musique, donc la première fois que j’ai entendu des artistes qui utilisaient des samplers et que j’ai compris que tous les sons imaginables pouvaient devenir de la musique, j’ai été très excitée. Evidemment j’adore les pionniers du synthétiseur expérimental des années 70 et 80, et les premiers artistes noise, avant-garde et indus mais ce qui est peut-être moins évident c’est mon immense attrait pour la pop des années 50, la musique classique, les BO, les comédies musicales, le Yeye – en particulier Françoise Hardy – , Roy Orbison, Lee Hazelwood, Julee Cruise, etc. Tout ça s’insinue dans ma musique. Je crois aussi que le premier album de Goddfrapp a eu une grande influence sur ma façon de chanter.

I would say that Void Vision is various aspects of myself.  It’s personal and changing.  When people ask I usually tell them that it’s electronic with an affinity towards older, vintage sounds, sometimes danceable, sometimes haunting or a combination.

Many of my influences are obvious, but mostly I am inspired by artists that are honest, passionate, unique, and put their entire soul into what they do. I’m a fan of technology and it’s musical applications, so when I first heard artists using samplers and realized that any sound imaginable could be music I got very excited.  I love the early experimental synth pioneers from the 70’s and 80’s of course, and the early industrial, avant garde and noise artists, but perhaps less obvious is that I am a big fan of 50’s pop, Classical music and soundtracks, showtunes, French Ye-ye (especially Francoise Hardy), Roy Orbison, Lee Hazelwood, Julee Cruise, etc .  All of these things seep into my music.  Also, I think the first Goldfrapp album had a big influence on my singing style.

Quelle sorte de sentiments mets-tu dans tes morceaux ?
What kind of feelings do you put in yours songs?

Beaucoup d’entre eux sont très personnel mais il y en a d’autres qui sont des constats basés sur des observations. Je suis fascinée par la psychologie, la biologie, les maladies mentales et la manières dont tout ça s’entrecroise pour former notre personnalité. J’aime explorer les parties de la psychée que la plupart des gens essaie de nier ou refouler. Je n’aime pas nécessairement me dépeindre comme une héroïne ou une personne parfaite parce que le monde n’est pas si simple : les zones d’ombre sont les plus intéressantes à mes yeux. J’aime les personnages méchants pour lesquels on ne peut s’empêcher d’avoir de la sympathie et les personnes qui doivent prendre des décisions compliquées. Les événements de ma propre vie inspirent souvent les morceaux qui deviennent ensuite un moyen pour moi d’explorer ces sujets et de comprendre l’esprit humain.

Many of them are deeply personal but I also have some that are commentaries based on observations.  I’m fascinated by psychology, biology, mental illness and the intersection of all these things as they come to define our personalities.  I like to explore the parts of the psyche that many people try to deny or repress.  I don’t like to necessarily paint myself as a hero or unflawed because the world is not simple.  The gray areas are the most interesting to me.  I like the villains that you can’t help having sympathy for and people facing complex decisions.  Events in my own life often inspire the songs`which then become vehicles for me to explore these subjects and try to make sense of the human mind.

Avais-tu des objectifs particuliers pour le LP Sub Rosa ?
Did you have specific goals for the Sub Rosa LP?

Mes objectifs pour Sub Rosa étaient en gros d’écrire un album dynamique du début à la fin sans besoin de remplissage. Je n’aime vraiment pas les disques où tous les morceaux sonnent pareil ou ceux qui ne contiennent qu’un ou deux bons morceaux. Même si cet album a été péniblement long à faire, c’est finalement une réussite. J’ai fini par laisser tomber des morceaux dont je n’était pas satisfaite et j’en ai écrit de meilleurs qui n’auraient jamais été sur le disque si je l’avais sorti plus tôt.

My goals for ‘Sub Rosa’ were basically to write an album that had a dynamic flow from start to finish without any filler material.  I really don’t like albums where every song sounds the same or where there’s just one or two good songs.  I think that although this album took a frustratingly long time, it worked out for the best.  I ended up discarding some songs that I wasn’t happy with and wrote better ones which wouldn’t have made it on the album if I had put it out sooner.

Void Vision 4

Après Blind Prophet Records, pourquoi avoir choisi Mannequin Records pour cet EP ? Te sens-tu proche d’eux ?
After Blind Prophet Records, why have you chose Mannequin Records for this EP? Do you feel close to them?

J’ai choisi Mannequin parce qu’ils ont travaillé avec d’autres artistes que je respectais je sentais que j’allais pouvoir m’intégrer, mais j’aimais aussi leur attitude envers la musique. J’ai le sentiment qu’ils s’intéresse réellement à l’art et à l’artiste et qu’ils font les choses par amour plutôt que par intérêt ou prétention. Le patron du label, Alessandro semblait aussi vouloir étendre Mannequin au delà des limites de genre ou de mode, ce qui est une bonne chose parce que je ne crois pas que ma musique s’en tiennent précisément à une seule catégorie. La musique doit pouvoir bénéficier d’espace pour évoluer.

I chose Mannequin because they worked with other artists that I respected and I felt like I fit in with them, but also I liked their attitudes towards music.  I feel like they really care about the art and the artist and doing things out of love rather than profit or status.  Label head, Alessandro, also seemed very open to expanding Mannequin beyond the confines of genre labels and fads, which is good because I don’t think my music fits neatly into a single category.  Music should have room to evolve.

Sour est un superbe morceau. Peux-tu m’en dire plus sur son histoire ? Est-ce-que tous tes morceaux ont une histoire spéciale pour toi ?
Sour is a magnificent song. Can you tell me about the story around it it? Have all the songs a particular story for you?

Ce morceau est intéressant parce qu’il se trouve que c’est le premier que j’ai écrit pour Void Vision. J’avais écrit quelques éléments avant mais ils étaient soit incomplets soit je n’en étais pas satisfaite. J’ai écrit Sour juste après avoir quitter un groupe et une relation toxique : c’était la preuve que je pouvais réussir par moi-même. Le morceau est devenu encore plus pertinent quand je me suis retrouvée dans une relation encore pire il y a quelques années. Cette personne avait fini par effacer toutes les parties que j’avais enregistré pour le morceau et bien que j’ai essayé de la ré-enregistrer, je n’y suis jamais parfaitement parvenu. De fait, je n’ai jamais pu la remixer ou la retravailler pour l’album. La version de l’album est donc la version originale.

En ce qui concerne les autres morceaux, oui, ils ont chacun une histoire. To the Sea est probablement un des morceaux qui m’est le plus précieux. Je l’ai écrit après avoir été physiquement agressée par deux personnes en qui j’avais confiance. Le titre du morceau Vulgar Displays est tiré d’une lettre que m’avait écrit un narcissique minable. One est librement inspiré par l’histoire La Petite Poule Rousse. Queen of Hearts est bien sûr une référence à Alice aux Pays des Merveilles mais c’est aussi inspiré d’une nuit où je me tenais avec un couteau au dessus d’une personne pendant qu’elle dormait.

This song is interesting because it was actually the first one that I wrote for Void Vision.  I had written things prior to this, but they were either incomplete or not something I felt satisfied with.  I wrote Sour immediately after leaving an old band and bad relationship.  It was my proof that I could prosper on my own.  The song became even more relevant to me when I got into an even worse relationship a few years ago.  That person ended up somehow erasing all of the tracks I recorded for the song and although I’ve tried re-recording it, it never turned out as well.  So, I was never able to go back and remix or edit it for the album.  The album version is the original copy.

As for the other songs, yes they have stories.  ‘To the Sea’ is probably one of the songs I hold dearest to me.  I wrote it after I was physically assaulted by two people I trusted.  The title of the song ‘Vulgar Displays’ came from a letter written to me by an pathetic narcissist.  The song ‘One’ is loosely based on the story of ‘The Little Red Hen’.  ‘Queen of Hearts’ references Alice in Wonderland, obviously, but it was also inspired by a night from my past when I stood over someone’s bed with a knife as they slept.

Tu joues aussi dans le groupe Hot Guts. Est-ce que ton processus d’écriture est différent pour (les morceaux de) Void Vision ?
You also perform as part of the band Hot Guts. Is your songwriting process different when writing songs for Void Vision?

Le processus d’écriture est effectivement très différent. Je n’ai pas un contrôle total comme c’est le cas avec Void Vision mais j’apprécie le travail de collaboration et ça me donne l’occasion de me pencher sur des choses qui sonnent plus dures et expérimentales et de construire à partir de ça. Les directions viennent principalement de Wes et ses lignes de chant permettent d’unifier le tout.

Pour le dernier album de Hot Guts, on est entré en studio avec pas mal de squelettes de morceaux qu’on a fini d’écrire pendant les sessions d’enregistrement. Quand j’enregistre pour Void Vision, je ne vais même pas en studio. je fais tout moi même et je passe généralement beaucoup de temps à développer les morceaux et à les laisser évoluer dans un environnement live avant de les enregistrer.

The songwriting process is very different, yes.  I don’t have complete control like I do in Void Vision, but I enjoy the collaborating and I get to work on things that are a bit more harsh and experimental sounding, which is a nice change.  Usually one of us will present a piece of of a song and develop it from there.  Wes has a lot to do with guiding the direction and brings it all together with his vocal lines.

For the most recent Hot Guts album, we went into the studio with a lot of skeletal structures of songs and finished writing them during the recording sessions.  When I records for Void Vision I don’t even go to a studio.  I do everything myself and I usually spend a lot of time developing the songs and allowing them to evolve in a live setting before I sit down to record them.

De quels groupes actuels te sens-tu proche ?
Which actual bands do you feel close to?

J’ai la chance d’avoir de nombreux musiciens talentueux comme amis. Les artistes ayant pris part aux nuits Wierd Records à NYC seront toujours ceux dont je me sens le plus proche en raison de leur philosophie et de leur approche de la musique. Dès que j’ai entendu Opus Finis et Martial Canterel, j’ai su que j’avais trouvé mon paradis. Mais il y a aussi beaucoup d’artistes locaux à Philadelphie avec qui j’ai créé des liens. Je déteste donner des noms de groupes parce qu’il y en a tout simplement trop. Mais je dirai que les groupes avec lesquels j’ai tourné par le passé sont devenus des personnes très précieuses pour moi et leur talent ne fait qu’ajouter à ça.

I am lucky to have so many talented friends that are musicians.  The artists that were involved with the Wierd Records nights in NYC will always be the ones I feel closest to because of their philosophies and approach to making music.  From the moment I heard Opus Finis and Martial Canterel I knew I had found my soul’s home.  But there are also many locals artists in Philadelphia that I have formed a bond with.  I really hate listing bands because there are just too many.  But I will say that the bands I’ve toured with in the past have become some of the most cherished people I know and their talent only adds to that.

Quels sont tes projets et prévois-tu une tournée avec Void Vision ?
What’s next for you & are you going on tour with Void Vision?

J’ai quelques concerts prévus aux Etats-Unis les mois qui viennent pour les deux groupes. En Janvier, je jouerai à Miami mais après ça, j’aimerais prendre quelques mois pour écrire et préparer une éventuelle tournée européenne. Tout n’en est encore qu’au stade de préparation donc rien n’est encore définitif.

I’m playing a few more US shows in the coming months for both bands. In January I’ll be playing in Miami but after that I’d like to take a few months off to write new material and prepare for a possible European tour.  We are still in the planning stages so nothing is set in stone just yet.

Traduction : Marie-Eva Marcouyeux

Mixtape


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hartzine 83411 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines