Magazine Culture

Paolo Costa, président du port de Venise

Publié le 30 décembre 2014 par Oliaiklod @Olia_i_Klod

S’il est quelqu’un dont nos lectrices et lecteurs ont souvent vu le nom dans notre blog, mais que nous ne vous avons jamais réellement présenté, c’est bien Paolo Costa, le Président de l’Autorité Portuaire de Venise.

Paolo Costa

Pier Paolo Costa est né à Venise le 23 juillet 1943. Il a épousé Maura Collarini que l’on peut souvent voir promener ses sacs de marque, en manteau de fourrure, sur les quais de la Giudecca, suivie de ses domestiques sud américaines et de carabiniers qui assurent sa protection.

Il a été Président du Conseil de l’AISRE (Association italienne des sciences régionales) de 1982 à 1984.

De 1985 à 1987 il fut membre du Comité scientifique pour le plan général des transports.

Diplômé en Économie et Commerce, il fut recteur de l’Université Ca’ Foscari de Venise de 1992 à 1996.

Il a participé à la formation du gouvernement Prodi 1, occupant à partir de 1996 le poste de Ministre des Travaux Publics, en remplacement d’Antonio di Pietro qui avait été obligé de démissionner, au bout de six mois, quand il apprit qu’il faisait l’objet d’une enquête. Paolo Costa quittera ce poste au ministère en 1998.

De 1997 à 2000 il a été membre du Conseil Municipal de Venise, avant d’en devenir le maire de 2000 à 2005.

Pendant son mandat, en 2003, il fut nommé commissaire à la reconstruction du Grand Théâtre de la Fenice qui avait été détruit par un incendie quelques années plus tôt.

Il a également supervisé la construction du grand parc de loisirs San Giuliano, ouvert en 2004, au cœur de la ville de Mestre, sur des terrains qui avaient servi de dépôt de produits hautement toxiques. De nos jours, c’est donc sur ce tas de déchets sur lequel on a tenté de planter quelques arbres que viennent s’oxygéner les citadins de Mestre.

Après la fermeture de l’usine Junghans, à La Giudecca, il défendit avec ardeur le projet immobilier où il réside désormais ce qui oblige ses voisins de palier à subir la garde, 24 heurs sur 24, d’agents de sécurité pays par l’État italien.

Il a été aussi, un des plus fervents défenseurs du projet Mose, et du choix du consortium qui en est l’unique gestionnaire et constructeur.

Élu député européen de 1999 à 2009, il y a été président de la Commission des Transports et du Tourisme.

Le 13 juillet 2007 il a été nommé commissaire spécial pour l’expansion de la colonie américaine de Vicence.

Depuis juillet 2008 il est Président de l’organisme gestionnaire du port de Venise. Il est également membre du Conseil directeur d’Assoporti, l’association représentant les principaux ports italiens.

Depuis le 14 juillet 2011 il a été nommé Président du Conseil d’Administration de la SPEA Ingegneria Europea.

Comme on peut le voir après ce bref résumé de sa biographie, ce fin politique, amis de Silvio Berlusconi et d’autres repris de justices italiens connaît beaucoup de monde, très hauts placés et un peu partout en Europe (ceci explique, peut-être, diront les mauvaises langues, pourquoi ses idées sont toujours approuvées par tous les gouvernements).

Certains, qui ont un œil averti et sont plus au fait des affaires vénitiennes auront également remarqué que dès qu’il y a eu d’énormes sommes d’argent en jeu dans la lagune, il s’est trouvé là.

Toutefois, il n’a jamais été inquiété par la justice italienne, bien que la vox populi, cette ingrate malfaisante, lui prêterait de nombreuses histoires d’enrichissement personnel et de corruption. Mais si cela était vrai, la célèbre Guardia di Finanza lui aurait causé, certainement des ennuis. C’est d’ailleurs un fait constant, tout autour de lui, ses amis, les hommes et les femmes qui sont en affaire dans ses projets, ses relations proches en Vénétie ont tous eu à faire avec la justice, dans des histoires de corruption, le plus souvent. Et notre cher Pier Paolo s’en est toujours trouvé écarté… angélique innocent au milieu de crapules ou anguille agile qui a su passer, toujours, entre les mailles du filet, toujours est-il qu’il porte bien la poisse autour de lui et que celles et ceux qui enfreignent la loi devraient l’éviter comme la peste.

Comme il n’a pas encore fait assez de mal à Venise et aux vénitiens, il veut, désormais, faire creuser un nouveau canal pour faire passer les monstrueux paquebots de croisières et permettre à l’eau de mer d’arriver plus vite, plus fort et plus haut sur la millénaire cité lagunaire.  Il a même déjà choisi qui creusera ce canal, sauf que, entretemps, ces gens-là ont été jetés en prison pour corruption.

Solide comme un roc, à 72 ans, il ne semble pas avoir envie de prendre sa retraite…

… ce qui nous permettra de vous parler de lui encore longtemps.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Oliaiklod 11319 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines