Magazine Cinéma

Invincible (Unbroken)

Publié le 11 janvier 2015 par Cinephileamateur
Invincible De : Angelina Jolie.
Avec : Jack O'Connell, Domhnall Gleeson, Miyavi, Garrett Hedlund, Jai Courtney, Finn Wittrock, Vincenzo Amato, Maddalena Ischiale, Alex Russell, C.J. Valleroy, John D'Leo...
Genre : Drame - Biopic.
Origine : États-Unis.
Durée : 2 heures 17.
Date de sortie : 7 janvier 2015.
Synopsis : L'incroyable destin du coureur olympique et héros de la Seconde Guerre mondiale Louis "Louie" Zamperini dont l'avion s'est écrasé en mer en 1942, tuant huit membres de l'équipage et laissant les trois rescapés sur un canot de sauvetage où deux d'entre eux survécurent 47 jours durant, avant d'être capturés par la marine japonaise et envoyés dans un camp de prisonniers de guerre.
Bande annonce française
"Si je tiens, c'est gagné !"
3.5
Invincible
Si j'ai voulu aller voir "Invincible" en salles, je dois reconnaître que c'est surtout pour voir ce qu'était capable de faire Angelina Jolie derrière la caméra ayant raté pour le moment ses précédentes réalisations. De plus, le sujet fort intéressant me laisser présager d'un bon film c'est donc sans trop d'appréhension que je me suis dirigé vers ma salle de cinéma.
Le résultat m'a plutôt bien plu. Je ne connaissais pas du tout cette histoire de Louis Zamperini et pourtant, quand on voit tout ce qu'il a pu endurer, on se demande encore comment ça se fait qu'aucun long métrage n'avait vu le jour à ce sujet jusqu'à présent (Universal ayant acheté les droits de cette histoire vraie en 1957 pourtant...). Le scénario écrit par Joel Coen, Ethan Coen, William Nicholson et Richard LaGravenese d'après l’œuvre de Laura Hillenbrand est en tout cas très intense.
Dès le début, j'ai été happé par son histoire et même si j'admets qu'il y a certaines lenteurs, je ne me suis jamais ennuyé bien au contraire, on ressent même bien durant tout le long métrage le calvaire que Louis Zamperini a pu subir durant cette guerre. Sans trop rentrer dans les détails (la bande annonce en dévoile déjà beaucoup), j'ai aimé cette façon de combattre la vie, de résister, de survivre avec toujours cette idée en tête de tenir jusqu'à la fin de la guerre pour triompher.
Si parfois, j'ai trouvé qu'il pouvait y avoir des moments de creux (pas forcément dommageable), le film regorge en tout cas d'une violence intense qui ne nous laisse pas indifférent. Cette violence est plus morale que physique mais son évolution est constante à tel point que je suis ressorti de ma salle lessivé. De plus, chose assez rare dans le genre, j'ai apprécié que le récit ne nous étouffe pas avec une romance qui n'aurait rien apporté. Ici, on va à l'essentiel et ce n'est pas plus mal.
Pour interprété Louis Zamperini, l'acteur Jack O'Connell est impeccable. J'ai eu un peu de mal avec lui au début, je le trouvais un peu trop léger mais très vite, il m'a contredit et fait bien évoluer son jeu au même rythme que son personnage. Il devient même assez charismatique même lorsque son physique en prend un coup. Face à lui, Miyavi en Mutsushiro Watanabe m'a lui aussi bien plu même si j'avais déjà l'impression d'avoir déjà vu à plusieurs reprises ce genre de personnages. Après, malgré les libertés qu'on a pu prendre, on ne va pas changer l'Histoire vraie, les clichés étant nourris de la réalité.
Domhnall Gleeson dans la peau de Russell Allen 'Phil' Phillips est lui aussi très bon. J'aurais d'ailleurs bien aimé en voir plus. C'est un personnage que je trouve très intéressant et dont la complémentarité avec Louis Zamperini me plait. Jai Courtney en Hugh 'Cup' Cuppernell est pas mal de son côté (je ne pensais pas le trouver dans ce film) tandis que Garrett Hedlund en Commandant John Fitzgerald prend bien la relève par la suite. Dans l'ensemble, c'est vraiment un très bon casting qui se met bien au service du long métrage s'en jamais prendre le dessus sur son sujet.
Maddalena Ischiale et Vincenzo Amato, respectivement Louise et Anthony Zamperini, incarne bien les parents de Louis. L'importance de la famille dans la vie d'un homme est d'ailleurs bien montrer dans la première partie du long métrage, celle où on voit Louis s'engager et ne plus être le petit rebelle du coin. Alex Russell en Pete Zamperini joue très bien aussi tout en se faisant discret. A noter que si en temps normal je suis rarement fan des jeunes comédiens, C.J. Valleroy en Louis jeune et John D'Leo en Pete jeune font du très bon boulot. J'ai bien apprécié également Finn Wittrock en Francis 'Mac' McNamara même si on le voit trop peu dans la deuxième partie du film, celle du naufragé qui par moment m'a fait penser à "L’Odyssée de Pi", le côté "conte" en moins bien entendu. La troisième partie du film qui traite de la survie dans un camp de prisonnier nous offre aussi de bonnes prestations d'acteurs. Dans l'ensemble, chaque comédiens fait bien ce que l'on attend de lui et colle bien avec l'esprit de ce long métrage.
Pour un premier film que je découvre d'Angelina Jolie réalisatrice, le résultat me plait beaucoup. Ça m'a même fortement donné envie de découvrir ses autres longs métrages. C'est propre, bien découpé, bien monté et malgré quelques longueurs nécessaires afin de ressentir les différentes évolutions de la douleur morale qu'a pu ressentir Louis, on ne s'ennuie pas. J'ai eu un peu de mal au début à rentrer vraiment dedans (sans pour autant détester) mais j'ai très rapidement été pris grâce justement aussi à cette mise en scène soignée.
Un tel engagement de la part d'Angelina Jolie ne me surprend pas. Elle démontre en tout cas qu'elle a un talent certain et même si son film ne se hisse pas à mes yeux dans les meilleurs films traitant de la guerre que j'ai pu voir, elle a cependant réussi à me captiver dans un genre auquel je ne suis pourtant pas spécialement friand. Tout semble bien millimétré, bien pensé et c'est aussi pour ça je pense que cette violence morale m'a atteint et n'a eu de cesse d'augmenter durant mon visionnage.
Visuellement, c'est vraiment impeccable. Il n'y a jamais de surenchère visuelle, la réalisatrice se concentre principalement sur son sujet sans jamais user d'artifices superficiels. J'ai beaucoup aimé également la photographie ainsi que les différents costumes et maquillage tandis que les décors s'avèrent bien exploité. Tourné en Australie, on n'y voit que du feu. Quant à la bande originale composée par Alexandre Desplat, elle se fait elle aussi assez discrète même si par moment on la sens appuyer peut être un peu trop pour accentuer le côté dramatique de cette histoire. Là aussi ce n'est pas dérangeant c'est juste que ça fait parfois un chouia "trop". Petite mention à la chanson "Miracles" interprété lors du générique de fin par Coldplay que j'aime bien aussi.
Pour résumer, pour ce premier film estampillé 2015 que je vois en salles et pour ce premier film que je découvre d'Angelina Jolie réalisatrice, je ne suis pas déçu. "Invincible" est une histoire poignante à la violence morale assez intense qui m'a fait sortir de ma salle un brin lessivé. S’il manque un petit je ne sais quoi pour véritablement sortir du lot et être encore plus marquant, ce long métrage vaut malgré tout le détour. L'histoire est très intéressante, c'est bien joué, bien mis en scène et même si il y a des longueurs, on ne s'ennuie pas vraiment. C'est un très bon film que je reverrais même sans doute tout en sachant qu'il ne faudra pas que j'en abuse afin de mieux l'apprécier. A voir.
Liens divers :

Invincible
Invincible Invincible



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cinephileamateur 3469 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines