Magazine Culture

The Clash

Publié le 26 janvier 2015 par Hunterjones
The Clash 10 ans de fort intérêt britannique.
1973:
John Graham Mellor est fils d'ambassadeur à l'étranger. Quand sa famille déménage en Afrique, son grand frère et lui ne suivent pas. C'est l'école qui les logeront et ils seront bien souvent laissés à eux-mêmes. en juillet 1970, le grand frère se suicide et c'est John, 18 ans,  qui doit aller identifier le corps laissé inerte pendant trois jours. Le choc est énorme. Il change sa vie, devient végétarien pour toujours, et fortement intéressé par la musique, se rend à des concerts à volonté. Il travaille comme fossoyeur dans un cimetière. Il a 21 ans en 1973.
The Clash Mick Jones suit depuis un an Mott The Hoople et The New York Dolls lors de leurs tournées. Il a la piqûre des spectacles. Il joue de la guitare, de l'harmonica, du piano, il veut définitivement faire une carrière dans la musique, il co-fonde le band The Delinquents. Il a 18 ans.
Paul Simonon est bel homme. Les filles le lui font réaliser. Il tente donc de capitaliser sur ses beaux traits et étudie à la Byam Shaw School of Art sur Campden Street à Kensington. Il a 18 ans.
Nicholas Bowen Headon est batteur pour le groupe de rock progressif Mirkwood. Le groupe obtient beaucoup de succès dans l'underground et fait même les premières parties de Supertramp en tournée. Il a 18 ans.
The Clash
1974:
John devient le chanteur et guitariste du band Flaming Youth rebaptisé The Vultures. Il habite Newport, ce qui le rapproche des salles de spectacles. Quand le band ne dure pas, il en fonde un autre avec ses co-locs, tout en jouant avec un chapeau dans les rues, les 101ers du nom de l'adresse où les membres logent.
Mick Jones fait la rencontre de Tony James futur bassiste de Generation X et de Sigue Sigue Sputnik.
The Clash Paul Simonon étudie toujours à la Byam Shaw School of Art, il veut bien devenir un artiste, mais ne sait pas encore trop sous quelle forme.
Headon fait toujours partie de Mirkwood. Le groupe fait la première partie des Temptations. Quand il sera engagé par les trois autres, il mentira en prétendant avoir été batteur pour les Temptations.
1975:
John G. Mellor qui se faisait appeler Woody Mellor (par amour pour Woody Guthrie) sur scène, change son nom pour Joe Strummer, car il ne se juge pas super bon à la guitare (Strumming:gratter) l'apprenant de la droite alors qu'il est naturellement gaucher. Il écrit ses premières compositions originales, en amour avec la batteuse du groupe The Slits, il s'inspire d'elle pour leur premier single.
Mick et son band, The Delinquents deviennent London SS. Il chante, compose et joue de la guitare. Tony James est leur bassiste. Jones a une excellente relation avec son bassiste, moins avec son batteur, aussi co-fondateur du band. Il gardera cette dynamique toute sa vie. Jones n'est pas convaincu qu'il doit toujours chanter.
The Clash Paul Simonon auditionne pour un poste de chanteur pour Mick Jones. On ne le veux pas à ce poste, mais il est si beau qu'on sait que les filles viendront pour le voir. On le garde dans l'entourage et on lui trouvera quelque chose à faire plus tard.
Nick "Topper" Headon passe aussi une audition à la batterie, est engagé, mais quitte après une semaine, il ne croit pas aux chances du band.
1976:
The Clash Joe et ses 101ers ont en première partie de leur spectacle, des alors inconnus Sex Pistols. Le groupe de Johnny Rotten détrône l'acte principal. Toutefois dans le public se trouvent le gérant Bernie Rhodes et Mick Jones. Rhodes introduit Strummer à Jones et se propose d'être le gérant d'un projet commun. Jones essaie d'apprendre la guitare à Paul Simonon, mais c'est si ardu, et avec Strummer maintenant à bord, Jones apprendra la basse à Simonon à la place. Keith Levene, ancien London SS est aussi un temps guitariste et Terry Chimes commence à la batterie avec ce qui deviendra The Clash (nom trouvé par Simonon) en juillet en première partie... des Sex Pistols. Levene quitte presqu'aussitôt et tend la main à Johnny Rotten des Sex Pistols pour des projets futurs. Projet qui trouvera son chemin jusqu'en studio deux ans plus tard. The Clash, fait des tournées avec les Buzzcocks, les Sex Pistols, Siouxie & The Banshees et Subway Sect.
The Clash
1977:
Le punk est en vogue. The Clash a un contrat studio avec CBS ce qui est jugé comme anti-punk. Mais en avril l'album fait l'unanimité. Le band, qui a utilisé une tonne de batteurs en studio et qui était entre deux batteurs le temps de la photo sur la jaquette, est donc présenté en trio, Topper Headon étant le dernier batteur, croit maintenant aux chances du band, il restera le batteur principal pour les albums suivants. Une chimie importante est née.
The Clash
1978:
Le printemps de cette année-là cimente le band. Ils composent et enregistrent l'excellent second album qui en font des incontournables de la scène rock/punk. Mais ils ont de grands élans de pop aussi. Sandy Pearlman, qui produit l'album, n'est pas un grand fan de la voix de Strummer, il s'organise donc pour que la batterie de Headon soit légèrement plus forte sur les morceaux où il chante. L'album est unanimement encensé. Simonon et Headon, en bons punks, sont arrêtés et écopent d'une amende pour avoir "tiré au pigeon" du toit de leur immeuble de pratique.
The Clash
1979:
En août et septembre l'enregistrement d'un album mythique se tient. Punk, rock, reggae, rockabilly, pop, ska, rock'n roll, l'Amérique adore. Le monde entier aussi. The Clash est au sommet de la pyramide.
The Clash 1980:
Fortement politisés depuis toujours, le nouvel effort de (principalement) Jones & Strummer comprendra 36 chansons (!!!) et sera un album triple!. Enregistré sur presque 12 mois cette année-là, le groupe glisse du punk/reggae au dub, rythm'n blues, au calypso et même au gospel. Il s'agira du seul album où les 4 membres chantent au moins une chanson. Les conflits politiques évoqués sont clairs: Chili, Nicaragua, Cuba, Afghanistan, Tibet. Le projet d'écoute est ambitieux et si certains considèrent que c'est leur album le moins bon, ils disent aussi dans le même souffle qu'il s'agit du meilleur band de rock au monde, c'est donc un excellent prix de consolation. Il est lancé en décembre et est si éclectique qu'il déroute le fan de punk de la première heure. De plus, les sujets lourdement politiques ne sont pas sexy aux oreilles de gens, ce qui réduit l'intérêt populaire.
The Clash
1981:
Le band épuisé ne lance qu'un single qui présente cette fois des touches de hip hop. Le band veut éviter d'être stéréotypé et veut être en communion, sinon en avance sur son époque. À l'automne ils travaillent un nouvel album double qui devait s'appeler Rat Patrol From Fort Bragg. Mick Jones en est le maître d'oeuvre et le producteur. Toutefois les trois autres ne sont pas satisfaits du résultat. Le travail de production est remis entre les mains de Glyn Johns. Celui-ci fera tomber un album au complet et gardera les meilleurs morceaux pour un album simple. Topper Headon est depuis quelques années très intoxiqué. Il passe de séjour de réhabilitation en séjour de réhabilitation.
The Clash
1982:
L'album travaillé à l'automne jusqu'en janvier sera leur dernier gros morceau. Il est lancé en mai. Allen Ginsberg y participe. Kosmo Vinyl et Futura 2000 aussi. On a demandé à Headon de quitter le groupe afin qu'il soigne sa dépendance à l'héroïne qui le rend presqu'inapte sur scène et en studio. Ce geste renforce les tensions entre les membres restants, principalement entre Strummer et Jones. The Clash part en tournée mondiale mais fait la première partie de The Who. Décision étrange puisque le band défraîchi a prédominance sur un band supposé être en pleine ascension. Leurs deux singles les plus vendus de l'histoire de The Clash seront issus de cet album.
The Clash
1983:
The Clash est en tournée avec David Bowie et Van Halen. Outré par le prix exorbitants des billets, ils exigent qu'un important don des recettes des spectacles soit versé à une oeuvre de charité. Le 28 mai le band se donne en spectacle devant 140 000 personnes et est impliqué dans une échafourée avec l'équipe de sécurité du spectacle. C'est le dernier spectacle de Mick Jones qui en a assez. Il a d'autres avenues à explorer. Sans 50% des membres originaux, The Clash ne seront plus jamais les mêmes. Dans trois ans, ils n'existeront officiellement plus.
The Clash
Jones sera de General Public (jamais officiellement), de Big Audio Dynamite (surtout), de Carbon/Sillicon et de Gorillaz.
Strummer sera le leader des Mescaleros jusqu'à sa mort précoce à l'âge de 50 ans il y a 12 ans.
Paul Simonon sera de Havana 3am, The Good, the Bad & the Queen & Gorillaz.
Topper Headon sera de quelques projets lui aussi, mais sera surtout sobre.
Séparés ils seront plus discrets.
Ensemble, ils auront été mémorables.
Merci la vie pour The Clash.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Hunterjones 432 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines