Magazine Cuisine

Saperlipopette !

Par Gourmets&co

10669035 676581562437376 4575384314224951222 o

… une table qui vous fait regretter de ne pas habiter Puteaux. Un comble ! …

Le nom fleure bon son album de Tintin et les fameuses interjections du jeune reporter. Un aimable juron qui vient du mot sacré, sacrement, devenu sapristi, puis saperlotte et enfin saperlipopette ! Rimbaud, le poète, avait lui même inventé le juron saperlipouille. Des mots très courants au XIXème siècle.

10272657 683485965080269 3989710770123999505 o
Pourtant, aucune nostalgie à l’horizon dans ce nouveau « bistrot chic » comme annoncé sur la porte. Un lieu immense, situé sur une nouvelle place piétonne de Puteaux avec la bénédiction de la municipalité qui relooke de fond en comble la vieille ville auparavant délabrée. Un nouveau Levallois est en train de naître et Saperlipopette est en première place depuis son ouverture fin novembre.

Accueil souriant et motivé, très bon casting féminin des serveuses, beaucoup d’espace, tables basses et hautes, chaises et fauteuils, grandes baies vitrées pour mettre en lumière les tons sombres de l’ensemble, beaucoup de monde très content d’être là le midi, même chose le soir, pain et saucissons sur les tables dès votre arrivée, tout le monde est beau, cool, souriant et positif.

Il fallait un chef qui ressemble à tout ça. Norbert Tarayre est le bon choix. Il s’est fait connaitre non pas par la qualité exceptionnelle de son travail mais par sa capacité à faire le malin à la télévision et à supporter Jean Imbert dans une émission de challenges culinaires aussi débiles les uns que les autres. Pari gagné, le voilà en cuisine (pas trop), surtout en communiquant du restaurant, et même sur scène dans un petit cabaret de Pigalle où il se moque gentiment des tics et excès du monde le gastronomie. Il est vivant, super actif, jeune, et bien dans le style de l’époque, mélange de superficiel revendiqué et d’ouverture d’esprit sur tout et n’importe quoi. Une sorte de Jamie Oliver à la française…

Choix judicieux de plats « bistronomiques » typiques, bien ciblés sur une clientèle locale qui veut faire comme à Paris sans y aller. Et à juste titre car la cuisine est soignée, bien travaillée, avec une présentation irréprochable, et des assiettes loin d’être chiches, et ayant oubliées les chichis modeux. On est ici pour manger… et bien si possible. Et c’est le cas.

Ravioles dagneau veloté céleri.. © P.Faus

Un bon exemple est la Raviole d’agneau, velouté de céleri, carottes cumin. Une imposante raviole à l’agneau enrobée d’un velouté de céleri (un peu épais) et le discret parfum du cumin, en une belle alliance, nourrissante mais recherchée. Le bémol, venant comme souvent, du plat servi à peine tiède.

Tourteau menthe purée avocat © P.Faus

Le Tourteau à la menthe, purée d’avocat et tuile de pain, est la tarte à la crème des entrées mais ici devenu un véritable bain de fraicheur et de saveurs bien marquées. Excellent !

LA Côte de veau © P.Faus

La Côte de veau, sauce poivre, pommes de terre grenaille est une splendeur ! Une belle bête parfaitement saisie et moelleuse, d’origine respectable, goûteuse à souhait et qui envahit quand même toute l’assiette. Pas de cuisson lente, de machin à basse température, du beau, du saisi et du goût. Sans le feu, la cuisine n’est rien ou pas grand-chose.

Mignon de porc  façon Orloff  © P.Faus

Une ancienne recette remise au goût du jour : le Mignon de porc « façon Orloff », servi avec un très bon ragoût de lentilles du Puy. À l’origine, un plat créé à Paris pour Orloff, ministre du tsar Nicolas 1er, sans doute par le chef Urbain Dubois. Une selle de veau braisée, farcie de champignons de Paris, oignons, et lamelles de truffes, nappée de sauce Mornay, saupoudrée de parmesan et passée au four. Nous sommes ici dans une variation, avec du jambon rajouté qui sèche un peu le plat, mais cependant il demeure plaisant.

Fraîcheur dagrumes sorbet citron… © P.Faus

Cheesecake mandarine sur sablé croustillant un peu lourdingue mais délicate Fraicheur d’agrumes, menthe et agrumes, sorbet citron, meringue croustillante pour un joli point d’orgue au repas.
Carte des vins soignée, entrée de gamme en bouteilles à 20 € et vins au verre bien choisis entre 6 € et 15 €, dont un excellent Chablis 1er Cru « Beauroy » de chez Isabelle et Denis Pommier.

Une bien belle adresse qui va nous faire regretter de ne pas habiter Puteaux… un comble !

10665807 683485345080331 25142645775918754 n
24, rue Mars et Roty
92800 Puteaux
Tél : 01 41 37 00 00
www.saperlipopette1.fr
Gare SNCF et tramway : Puteaux
Parking à deux pas
Voiturier
Ouvert tous les jours
Pas de réservations sauf le dimanche
Brunch le dimanche : 38 €
Terrasse en été
Menu : 42 € (3 plats)
Carte : 55 € environ

Norbert Tarayre © P.Faus
photo
10670075 683645425064323 322255913757807011 n

68137 683486085080257 4103226955478054226 n


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gourmets&co 44601 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines